Free n'a pas oublié son réseau fixe haut débit. Après s'être occupé du lancement de son offre mobile, l'opérateur réoriente ses efforts dans la fibre optique, le dégroupage avec la commande de nouveaux répartiteurs et la montée en débit avec le déploiement de répartiteurs dédiés.

Ces derniers temps, Free a mobilisé l'essentiel de ses forces dans le lancement de son offre mobile. Neuf mois après, le quatrième opérateur a réussi son pari : il a conquis 3,6 millions de clients en un temps record. L'entreprise peut désormais réorienter une partie de son énergie à la réalisation d'autres projets. C'est d'ailleurs ce qu'il fait en annonçant un plan (.pdf) pour réduire la fracture numérique.

Free va accentuer la couverture en FTTH

Trois axes seront poursuivis par l'opérateur à cette fin. Le premier concerne sa politique en matière de déploiement du très haut débit. Free va apporter la fibre optique jusqu'à l'abonné (FTTH) dans des zones moyennement denses comme Brest, Dijon, Le Havre et Reims, dont leurs agglomérations. Le raccordement des premiers abonnés surviendra début 2013.

Cet effort dans le FTTH s'inscrit dans le cadre de l'accord de cofinancement signé en juillet 2011 avec France Télécom afin de couvrir en très haut débit une soixantaine d'agglomérations. En tout, pas moins de 1300 communes – représentant 5 millions de logements – sont concernées par le partenariat conclu entre l'opérateur historique et Free.

1500 nouveaux répartiteurs commandés

Soucieuse de démontrer que "l'amélioration des débits et des services ne doit pas être limitée aux seules grandes villes, mais  doit concerner également les villes moyennes et les territoires plus ruraux", la société va déployer 1500 nouveaux répartiteurs (NRA) sur plus de 2660 communes. Ce chantier d'une durée d'un an doit permettre à environ 1,5 million de lignes d'être éligibles aux offres dégroupées.

Deuxième fournisseur d'accès à Internet en France, Free espère bien que l'arrivée de ces répartiteurs incitera les abonnés de ces zones à changer d'opérateur. À l'heure actuelle, Free compte un peu plus de 5 millions de clients haut débit (4,7 millions sous la marque Free, le reste sous la marque Alice, FAI absorbé en décembre 2008 par le trublion des télécoms).

La montée en débit

Reste enfin le problème des zones blanches, qui privent les foyers d'un accès au haut débit. Free fait savoir qu'il a commandé des NRA-MeD (montée en débit) "déployés par France Télécom et les collectivités locales". Cela doit lui permettre "d'installer ses équipements au sous-répartiteur, d'améliorer considérablement les débits proposés et de résorber des zones  blanches ADSL". Ce troisième axe démarrera en 2013.

Selon le dernier rapport annuel de l'ARCEP, "environ 265 000 lignes demeureraient inéligibles aux services DSL" fin 2011. Cela représente 0,9 % du total des lignes. Si des solutions théoriques existent pour les zones blanches, comme le recours au satellite ou au WiMAX, elles ne sont pas véritablement satisfaisantes en comparaison de l'ADSL, du câble.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés