La World Wide Web Foundation a lancé un indice destiné à mesurer l'impact du web dans chaque pays du monde. Pour l'heure, 61 nations sont passées au crible et la France se place dans le top 20 en arrive en 14ème position. Si la dimension économique est l'un des atouts de l'Hexagone, l'indice du site Web Index pointe du doigt l'usage du web.

Peut-on évaluer l'impact d'Internet dans un pays ? C'est à cette question que le site Web Index va s'efforcer de répondre. Voulu par Tim Berners-Lee, inventeur du world wide web et actuel président du W3C, cet indice attribue une note à chaque nation en fonction de sept critères. En tout, 61 États ont été passés en revue par la World Wide Web Foundation et la France arrive en 14ème position avec un score de 78,96 sur 100.

  Score Rang
Index global 78,93 14
Préparation 73,95 17
Infrastructure de communications 80,35 13
Infrastructure institutionnelle 69,49 18
Le Web 70,67 17
Usage du web 62,93 19
Contenu du web 69,29 15
Impact 78,82 12
Impact social 74,4 13
Impact économique 78,88 8
Impact politique 75,13 12
Rang régional 8

L'impact économique salué…

D'après l'évaluation effectuée par la World Wide Web Foundation, c'est dans l'impact économique que la France s'en sort le mieux en atteignant la huitième place du classement général. Une surprise ? Pas tout à fait : une étude conduite (.pdf) l'an dernier avait mis en lumière que le numérique avait un rôle important, pour ne pas dire déterminant, dans l'économie française.

Selon McKinsey, ce secteur a permis la création de 700 000 emplois supplémentaires en quinze ans et a participé à hauteur d'un quart de la croissance française entre 2004 et 2009. Dans trois ans, la part du secteur Internet dans le PIB national pourrait dépasser les 5 % (5,5 %) contre 3,2 % aujourd'hui. 450 000 nouveaux emplois pourraient voir le jour d'ici là.

… mais pas l'usage du web

À l'inverse, la France arrive en dix-neuvième place pour la catégorie usage du web. Il s'agit, selon la foire aux questions du site, de prendre en compte le pourcentage d'individus utilisant Internet dans le pays. Ici, il paraît évident que la note souffre de la fracture numérique qui sépare les citadins des ruraux  mais aussi du décalage générationnel que peut représenter Internet pour certains seniors.

D'ailleurs, la World Wide Web Foundation a remarqué la faible pénétration du net au sien des classes d'âge avancées. Pour ce seul critère, la France se situe en 60ème position. Le pays remonte dans le classement concernant les illettrés (25ème position), les malentendants (19ème), ceux touchés par des troubles d'apprentissage (21ème) et les mal-voyants (12ème).

Les pays occidentaux en tête du classement

Arrivés les premiers dans la toile et soutenus par leur puissance économique, les pays occidentaux occupent naturellement les premières places du classement général. On notera toutefois la présence de Singapour à la 11ème place, la Corée du Sud à la 13ème, Israël à la 15ème, le Chili à la 19ème et le Japon à la 20ème. Le pays le mieux classé est la Suède, le Yémen fermant la marche.

Pour établir un pareil classement, la World Wide Web Foundation indique avoir puisé dans de nombreuses sources : la Banque Mondiale, le Forum économique mondial, Reporters Sans Frontières, l'ONU, la CIA, la fondation Wikimédia, l'Agence internationale de l'énergie ou encore l'Union international des télécommunications.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés