SFR relance indirectement la question de la séparation fonctionnelle entre France Télécom et Orange dans une plainte liée aux résidences secondaires. La filiale du groupe Vivendi estime qu'elle ne peut pas lutter à armes égales avec Orange, à cause de la mainmise de l'opérateur historique sur les lignes téléphones en cuivre.

Pas de trêve estivale entre les opérateurs de télécommunications. Même en plein cœur de l'été, ces derniers continuent de surveiller avec attention les agissements de leurs concurrents. Et en l'occurrence, SFR vient justement de trouver un angle d'attaque contre Orange. La Société Française du Radiotéléphone vient en effet de porter plainte contre l'opérateur historique et réclame 218 millions d'euros de dommages et intérêts.

Les raisons de cette action en justice sont expliquées par l'Express. La filiale de Vivendi considère qu'elle ne peut pas rivaliser avec Orange au niveau des résidences secondaires, estimées à 3,2 millions en France. L'opérateur historique propose une solution sans engagement et sans frais particulier (Découverte) facturée 21 euros par mois (plus l'abonnement téléphonique à 16 euros par mois).

Le Français se rendant dans sa résidence secondaire peut prendre cette offre le temps de son séjour et la résilier lors de son départ. SFR pourrait également s'aligner sur l'opérateur historique, dont l'offre est qualifiée de "prédatrice", mais avec un handicap majeur : il faudrait payer chaque mois France Télécom, puisque ce dernier a le monopole des lignes téléphoniques en cuivre.

Or, ça ne vaut pas le coup : les résidences secondaires ne sont habitées qu'une quarantaine de jours par an en moyenne. De quoi relancer la séparation fonctionnelle de France Télécom / Orange, avec une structure dédiée aux réseaux de télécommunications et une société commerciale classique. La plainte a été déposée devant le tribunal de commerce de Paris.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés