La Haute Autorité aura moins d'argent pour fonctionner. La ministre de la culture a indiqué que les crédits attribués à la Haute Autorité seront réduits, estimant que la mission de développement de l'offre légale est un échec et qu'une telle somme pour envoyer un million d'e-mails n'est pas justifiée. Par ailleurs, l'avenir de la Haute Autorité demeure incertain.

Les membres de la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet vont devoir gérer leur budget avec plus de parcimonie. À l'avenir, les crédits attribués par le ministère de la culture et de la communication à l'Hadopi seront nettement moindres que les sommes validées jusqu'à présent par les services dirigés par Frédéric Mitterrand.

Dans une interview accordée au Nouvel Observateur, Aurélie Filippetti annonce qu'elle va "demander que les crédits de fonctionnement de l'Hadopi soient largement réduits pour l'année 2012". Deux raisons justifient cette décision. La première est liée à la situation budgétaire du pays, touché par une dette publique abyssale et un déficit public important. Des "efforts budgétaires" doivent donc être accomplis.

La seconde concerne directement l'efficacité de la Haute Autorité. Or sur ce point, la ministre n'est pas du tout satisfaite. "L'Hadopi n'a pas rempli sa mission de développement de l'offre légale. Sur le plan financier, 12 millions d'euros annuels et 60 agents, c'est cher pour envoyer un million d'e-mails. […] Je préfère réduire le financement de choses dont l'utilité n'est pas avérée".

L'avenir de l'Hadopi est-il scellé ? Si la ministre "ne sait pas ce que deviendra cette institution", estimant par ailleurs que son autre grande mission, à savoir la lutte contre le téléchargement illicite , ne donne pas non plus entière satisfaction, Aurélie Filippetti estimant que "la suspension de l'accès à internet me semble une sanction disproportionnée face au but recherché", la ministre ne veut laisser la mission Lescure se dérouler.

La Haute Autorité a demandé 12 millions d'euros pour son budget 2013. Pour cette année, elle a obtenu 11 millions d'euros et 12 millions d'euros l'année précédente. Mais au cours de son audition devant les membres de la commission des affaires cultures à l'Assemblée nationale, Aurélie Filippetti avait envoyé un premier signal en estimant que le fonctionnement de l'Hadopi coûte cher.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés