Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 22 Juin 2012

L'avenir de la robotique en France et dans le monde

Le ministère du redressement productif a publié une grande étude sur l'avenir de la filière robotique en France, et plus particulièrement de la robotique destinée aux "services personnels" (aussi bien les robots ménagers comme les aspirateurs que les jouets humanoïdes ou les assistants médicaux). Une analyse de la concurrence mondiale qui montre que la France a des atouts à faire valoir, si elle sait traduire son expertise universitaire en projets industriels viables.

Une fois n'est pas coutume, il arrive à des cabinets de consultants de réaliser un excellent travail lorsqu'ils sont mandatés par l'administration pour livrer une étude. Le Pôle Interministériel de Prospective et d'Anticipation des Mutations Economiques (PIPAME) et la Direction Générale de la Compétitivité, de l'Industrie et des Services (DGCIS) ont publié cette semaine une étude extrêmement fouillée réalisée par le cabinet Erdyn, à propos du développement industriel futur de la robotique personnelle et de service en France (.pdf).

Le document de près de 200 pages est une somme incontournable pour qui s'intéresse à l'avenir des gadgets robotisés qui commencent à envahir notre quotidien, qu'il s'agisse de robots aspirateurs, de robots tondeuses, de jouets humanoïdes, ou d'agents de surveillance, d'assistants divers et variés... Le marché de la "robotique de service personnelle" est estimé à 8 milliards de dollars à horizon 2015, mais il commence tout juste son éclosion (actuellement plus de 90 % du marché des robots domestiques est accaparé par les robots aspirateurs). Or la France, si elle sait se positionner avec davantage de conviction qu'aujourd'hui, a son épingle du jeu à tirer.

Cependant le rapport fait résonance à toute la problématique du déficit de la production industrielle française, incarné par le nouvel intitulé du "ministère du redressement productif" d'Arnaud Montebourg.

Le cabinet déplore en effet qu'en France, les entreprises seraient "essentiellement tournées vers la technologie plutôt que vers les marchés", et donc qu'elles font preuve d'une certaine immaturité commerciale. Si "la France est reconnue comme un acteur important de la robotique sur la plan académique", "elle se caractérise cependant par une industrie composée principalement de petites entreprises, relativement jeunes, qui n'ont pas encore trouvé leur marché". Les grands groupes français, eux, considèrent souvent la robotique comme "un objet de veille plus qu'un sujet d'actualité". Les rares pure players qui ont émergé s'appellent Aldebaran Robotics ou Robopolis.

Aussi en France, Erdyn note principalement des atouts dans la maîtrise des logiciels utilisés dans la robotique, dans la navigation, ou la robotique humanoïde, mais constate une faiblesse dans la capacité à produire industriellement les robots. "Pour la filière française, le robot domestique ne semble pas être une voie de développement industriel à court terme", estime donc le cabinet, qui explique avec force détails pourquoi l'Allemagne, le Japon, les Etats-Unis, la Corée du Sud ou dans une moindre mesure l'Italie sont mieux pourvus, avec chacun leurs forces et leurs faiblesses. En revanche, "les positions sont à prendre sur des marchés à plus long terme comme le compagnon, qui pourrait voir de premiers produits à horizon de cinq à dix ans". Le robot Nao, produit par Aldebaran, fait office de belle promesse.

Mais au delà des aspects purement industriels et économiques, le rapport du cabinet Erdyn s'intéresse aussi à l'environnement sociétal dans lequel doit nécessairement évoluer la robotique.

Il dresse ainsi une liste de facteurs sociétaux qui favorisent l'essor de la robotique personnelle. Certains sont osés ("l'augmentation du niveau d'emploi des femmes" qui est "marginalement compensé par un investissement des hommes dans les tâches ménagères", ce qui favorise les "solutions de substitution" à bobonne), voire cyniques ("l'augmentation du niveau d'éducation du public diminue les ressources humaines moins qualifiées. On manque ainsi actuellement de personnes pouvant réaliser des tâches courantes").

Par ailleurs, le rapport se penche sur les questions éthiques et juridiques posées par la robotique. Par exemple :

La robotique humanoïde ou à forme animale est-elle acceptable ? Cette question pose un problème éthique important. Considérant la robotique humanoïde, mais la question se pose aussi avec les robots en forme d'animaux, une position couramment exposée pose comme postulat que le robot humanoïde sera plus facilement accepté par les personnes, notamment les personnes âgées ou en état d'altération des facultés mentales. La raison, vérifiée notamment dans le cas du robot thérapeutique Paro au Japon, de cette acceptabilité améliorée, est imputée à la dimension affective que prend la " relation " avec le robot. Cette dimension pose cependant un problème éthique important, qui semble aujourd'hui peu traité par la communauté de la robotique, mais qui est présente à l'esprit des prescripteurs potentiels et des acteurs de l'offre de service liée. Certains observateurs pointent en effet du doigt les potentiels leurres affectifs que représentent ces objets. Les différences d'approche de ces questions éthiques selon les zones géographiques ne sont pas mises en évidence aujourd'hui. Autre question éthique liée à l'humanoïde : l'imprévisibilité potentielle des réactions des robots au regard de leur aspect humain

Evidemment, se pose aussi la question de l'emploi. Le rapport raconte par exemple que dans les années 1980, la RATP avait été à la pointe en commandant à une PME française une vingtaine de robots ménagers. Mais l'exploitation a été arrêtée quelques années plus tard notamment à cause des "difficultés d'acceptation par le personnel" (rappelons qu'à ce sujet, Numerama a trouvé que l'embauche par Foxconn d'une armée d'un million de robots pour remplacer ses ouvriers était sur le long terme une excellente nouvelle sur le plan social) :

La question de l'emploi. Cette question (...) est de facto très liée à des questions d'acceptabilité sociale : le robot, en reproduisant des gestes humains, est-il intrinsèquement destructeur d'emplois ? La réponse est évidemment négative : aucun lien systématique ne saurait être fait entre l'usage d'un outil et les impacts en termes d'emploi. Cependant cette question peut être un réel frein à l'acceptabilité des robots dans des environnements professionnels, privés, ou dans les espaces publics.

Sur le plan juridique, comme nous l'avions vu dans une grande enquête consacrée aux futures voitures automatisées, c'est surtout la question de la responsabilité civile voire pénale en cas de problème qui pose des difficultés. Hors automobile, la question est très importante pour les robots dédiés à des tâches de sécurité (surveillants de prison, vigiles, drones de protection des frontières, etc.) :

Même si cela va dépendre d'un pays à l'autre, il y a peu de chance pour que la réglementation autorise des robots à intervenir de façon physique pour éviter une infraction par exemple, ce qui limite les avantages à employer ces derniers. À noter qu'aujourd'hui, les robots de surveillance sont soumis aux mêmes contraintes réglementaires que les systèmes de vidéosurveillance. On peut aussi citer l'inexistence de cadre réglementaire pour les drones à usage civil en France. Du fait de leur utilisation dans un cadre strictement privé, les contraintes réglementaires devraient être moins fortes pour les robots de surveillance domestique.

Un vaste sujet, pour un domaine promis à devenir la vraie révolution sociétale après l'invention de l'informatique au 20ème siècle.

Publié par Guillaume Champeau, le 22 Juin 2012 à 17h40
 
16
Commentaires à propos de «L'avenir de la robotique en France et dans le monde»
Inscrit le 16/10/2011
1626 messages publiés
"l'embauche par Firefox d'une armée d'un million de robots"

Et par Foxconn surtout.
Inscrit le 13/08/2002
24554 messages publiés
liolfil, le 22/06/2012 - 17:50
"l'embauche par Firefox d'une armée d'un million de robots"

Et par Foxconn surtout.


Non non, Firefox va nous envahir avec tous ses robots !!!!!
Inscrit le 16/07/2004
913 messages publiés
Pas vraiment étonnant,ayant un fragin qui bosse dans cette filière,la France a suffisamment d'atout pour rivalisé sans mal avec le Japon dans le domaine de la robotique,surtout concernant l'IA.
Inscrit le 12/11/2009
138 messages publiés
Super synthèse Guillaume! Merci!

Allez avoue t'y est depuis le début de la semaine!
Inscrit le 13/08/2002
24554 messages publiés
Narann, le 22/06/2012 - 19:08
Super synthèse Guillaume! Merci!

Allez avoue t'y est depuis le début de la semaine!


Non mais j'y ai passé toute ma matinée
Inscrit le 10/07/2008
3089 messages publiés
Primo, je n'ai jamais compris cet intérêt pour les robots humanoïdes. C'est plus de la foire qu'autre chose. Sans compter l'effet de "leurre affectif" mentionné. Il joue à la babale mais il ne sait pas repasser mon linge (ou alors il met 3 plombes pour une chaussette). Je préfère un chat, et peu m'importe que ma repasseuse ressemble à une boîte de conserve.

Secondo, je ne vois pas le lien entre reproduction des gestes humains et destruction d'emploi. Un robot industriel détruit des emplois, un ordinateur détruit des emplois et je ne crois pas du tout à la fable qu'ils en créent autant qu'ils en détruisent.
Inscrit le 27/04/2009
263 messages publiés
le truc en lequel je crois et j'ai beaucoup d'espoir, ce sont les exoscquelettes.

par contre, les humanoïdes et divers gadgets domestiques 100% automatisés, franchement... les premiers me donnent plus envie de gerber qu'autre chose, et les second représentent d'une certaine façon le paroxysme des excès de la société de consommation
Inscrit le 28/06/2006
2715 messages publiés
Il y a aussi la difficulté d'acceptation due à l'image de jouet ou de gadgets peu fiables des robots. Réalité ou préjugé, c'est en tout cas un frein lorsque qu'il faut dépenser jusqu'à 500 euros pour l'achat d'un robot aspirateur, par exemple.
Inscrit le 15/08/2008
2851 messages publiés
Intéressant tout ça. Je connais certaines personnes qui ont des projets dans la robotique. Mais il faut que ce soit viable industriellement sinon... ça reste au stade privé.
Inscrit le 02/03/2010
1138 messages publiés
*Bziiiiii* "SA-RAH CON-NOR?"
*BLAM BLAM BLAM*
[message édité par goalposthead le 23/06/2012 à 18:00 ]
Inscrit le 08/02/2005
920 messages publiés
le royaume uni semble larguer...
Inscrit le 28/03/2012
676 messages publiés
Ils détruisent des emplois ? Oui, c'est sûr.
Le probléme c'est que l'homme est la seule créature du régne animal qui ne sache pas réguler sa population. On est trop sur terre, et si le robot peut permettre d'abaisser la population sans perdre de niveau de vie allons y.
Inscrit le 31/05/2011
216 messages publiés
Seulement 1/5 en énergie? Moi qui pensé que c'était le point fort du pays!
Idem 0/5 sur les capteurs, mais avec Airbus et les consorts de l'aeronautique, on a un fort pôle dans ce domaine.
Bref, d'où viennent ces données? Elles ont été vérifiées/confirmées/validées?
Inscrit le 26/06/2012
1 messages publiés
L'étude est certes détaillée, mais ne parle que peu de la dynamique d'innovations que peuvent apporter les technologies robotiques dans de multiples filières et notamment pour les PME et ETI industrielles afin de renouer avec la compétitivité et la croissance en France. De même, la convergence avec le numérique doit être explorée plus avant (tablettes qui deviennent des interfaces universelles, smartphone qui s'équipent de plus en plus de capteurs "robotiques"...).


Pour ce qui est de l'emploi, une étude de l'IFR a démontré que la robotique a permis de créer 300 000 emplois directs et près de 3 millions d'emplois indirects entre 2000 et 2008. Les entreprises qui ont franchi le pas de la robotique n'ont pas détruit d'emplois, mais en ont créés.

Quant à la robotique et l'éthique, vaste sujet !
Connaître les technologies et leurs potentiels nous permet, à nous, humains, d'en décider et maîtriser les usages...Ne diabolisons pas les technologies par méconnaissance...
Inscrit le 27/06/2012
1 messages publiés
@/dev/tty: "Un robot industriel détruit des emplois, un ordinateur détruit des emplois et je ne crois pas du tout à la fable qu'ils en créent autant qu'ils en détruisent."

Qu'est ce qui vous permet de "ne pas croire a cette fable"? C'est juste que vous n'avez pas envie d'y croire, ou avez-vous une vraie raison de contester cette affirmation?
Par exemple, j'aurais tendance a croire qu'une entreprise qui ne fait pas appel aux ordinateurs (mais prefere par exemple recourir a des messagers humains pour transmettre ses emails) va en effet perdre beaucoup d'emplois, voire deposer le bilan?

PS: je tape sur un clavier anglais, sans accents. Mes excuses pour l'orthographe qui en decoule.
Inscrit le 09/11/2012
1 messages publiés
est ce que quelqu'un peut me faire un paragraphe sur le futur de la robotique ? svp.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Juin 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8