L'auteur de Fahrenheit 451 Ray Bradbury est décédé mardi, à l'âge de 91 ans. "Internet, c'est sans intérêt", avait condamné l'écrivain dans les dernières années de sa vie, toujours pour protéger son même objet fétiche : le livre papier.

Triste nouvelle pour les amateurs de science-fiction. Ray Bradbury, l’auteur entre autres œuvres des célèbres Chroniques martiennes et du roman Fahrenheit 451, est décédé mardi à Los Angeles, à l’âge de 91 ans. Ces dernières années, l’écrivain né dans l’Illinois s’était manifesté à plusieurs reprises comme un opposant à Internet, qu’il voyait comme un recul par rapport à la littérature.

« Internet est une grande distraction« , expliquait Bradbury. « C’est sans intérêt, ça n’est pas réel. C’est quelque part dans les airs« . Amoureux des livres, grand défenseur des bibliothèques dont il redoutait la disparition, l’écrivain avait publié son Farenheit 451 en 1953 pour dénoncer la montée en puissance d’une télévision qui abrutit les foules, et pour rappeler l’importance des livres qui les élèvent. Montag, le pompier pyromane chargé de brûler les livres dont le papier se consume à la température de 451°F, était une métaphore du divertissement télévisé. Or Bradbury ne voyait pas internet autrement que comme un autre écran de télévision menaçant le livre de disparition.

« Ils voulaient mettre un de mes livres sur Yahoo. Vous savez ce que je leur ai dit ? « Allez au diable. Allez au diable vous et Internet« , avait raconté Ray Bradbury au New York Times en 2009. Son roman majeur a tout de même été adapté en livre électronique deux ans plus tard, mais uniquement parce que Bradbury avait dû céder pour ne pas perdre ses droits.

« Nous avons trop de téléphones portables. Nous avons trop d’Internets. Nous devons nous débarrasser de ces machines. Nous avons trop de machines maintenant« , avait encore jugé Ray Bradbury en 2010.

En 1998, l’opérateur français Club Internet s’était inspiré de Fahrenheit 451 pour vanter les mérites d’Internet :

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés