Ne parlez plus jamais de Fahrenheit 451 pour défendre la liberté d'expression contre le filtrage et la censure sur Internet. Vous trahiriez la pensée de son auteur, Ray Bradbury, qui souhaite voir Internet "aller au diable".

Mise à jour : N’est-il pas temps pour Ray Bradbury de soutenir la liberté et la quasi gratuité d’accès aux œuvres que permet Internet ? Le célèbre auteur a perdu son combat aux Etats-Unis contre la fermeture d’une bibliothèque municipale californienne, dont les budgets ont été restreints et qui est victime d’un désintérêt croissant du public. Le 30 novembre dernier, la bibliothèque H.P. Wright de Ventura, en Californie, a fermé ses portes. « Les bibliothèques m’ont élevées« , raconte Brabdury au New York Times pour expliquer son attachement vicéral pour les bibliothèques municipales. « Je ne crois pas dans les facultés et les universités. Je crois dans les les bibliothèques, parce que la plupart des étudiants n’ont pas d’argent. Lorsque j’ai été diplômé au lycée, c’était pendant la Dépression et nous n’avions pas d’argent. Je ne pouvais pas aller à la faculté, donc j’ai été à la bibliothèque trois jours par semaine pendant 10 ans« .

Article du 25 juin 2009 – L’auteur de science-fiction américain Raby Bradbury est un incompris. Son livre Fahrenheit 451, écrit en 1953, est souvent présenté comme une apologie de la liberté d’expression et de communication des hommes, contre le totalitarisme des Etats qui veulent contrôler la diffusion des connaissances. A ce titre, il a souvent été exploité pour valoriser Internet, qui permet aux hommes de communiquer sans limite, et de partager tout leur savoir. On se souvient par exemple d’une publicité pour Club-Internet, ensuite détournée pour protester contre la loi Hadopi. Elle était directement inspirée de l’œuvre de Bradbury. Mais Bradbury déteste Internet.

Aujourd’hui âgé de 88 ans, l’écrivain avait déjà expliqué il y a quelques années avec force que Fahrenheit n’était « pas un livre sur la censure gouvernementale« , ni même une critique du McCarthysme comme ça a été souvent analysé. Mais simplement un livre contre la télévision. « La télévision vous donne les dates de Napoléon, mais ne vous dit pas qui il était« , avait expliqué Bradbury au Los Angeles Weekly. Son livre était en fait une ode aux livres, à la littérature qui instruit contre la télévision qui abrutit les masses.

Internet, pour lui, relève de la même catégorie. Il défend toujours le bon vieux livre papier contre tous les autres médias. En demandant que les municipalités ouvrent des bibliothèques publiques, Ray Bradbury a ainsi expliqué la semaine dernière au New York Times tout le mal qu’il pensait du réseau mondial. « Internet est une grande distraction« , dit-il. « C’est sans intérêt, ça n’est pas réel. C’est quelque part dans les airs« .

« Yahoo m’a appelé il y a huit semaines« , raconte avec colère Ray Bradbury. « Ils voulaient mettre un de mes livres sur Yahoo. Vous savez ce que je leur ai dit ? « Allez au diable. Allez au diable vous et Internet« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés