Le député André Chassaigne a interpellé Éric Besson sur l'installation des antennes-relais. Réagissant à l'avis récemment émis par l'Autorité de la concurrence, l'élu a demandé au ministre de préserver la libre information des riverains vis-à-vis des projets de déploiement des antennes-relais de téléphonie mobile.

Comment concilier le légitime droit du public à se renseigner sur l’installation des antennes-relais et la nécessaire protection de la stratégie de déploiement des opérateurs pour éviter de livrer trop d’informations aux concurrents ? Telle est la question, épineuse, soulevée par le député communiste André Chassaigne et qu’il a adressé à Éric Besson, ministre de l’industrie et de l’économie numérique.

Le parlementaire du Puy-de-Dôme s’est en effet inquiété de lavis de l’Autorité de la concurrence (et non de l’Arcep, comme il l’a écrit dans sa question) de « restreindre l’accès à l’information concernant les projets d’installation des antennes-relais de téléphone mobile« , afin « de donner aux opérateurs la possibilité d’installer leurs antennes, sans que les concurrents puissent en être informés préalablement« .

Pour l’élu, « cette décision rendrait plus difficile l’information des citoyens sur les projets d’implantations des différents opérateurs« , alors que de telles données permettent « une concertation et la recherche de solutions alternatives satisfaisantes, […] seul moyen de créer une meilleure acceptation des populations à l’égard de ces équipements, dont les effets néfastes sur la santé sont confortés par des études scientifiques« .

« En outre, la transparence des projets, compatible avec la concurrence entre les opérateurs, permettrait de susciter une harmonisation des plans de déploiement des opérateurs et donc une rationalisation, voire une mutualisation des réseaux« , a-t-il complété, rappelant que le gouvernement a été favorable à une meilleure information sur ce sujet lors d’une table ronde organisée en mai 2009.

Les craintes liées aux effets potentiels sur la santé humaine des ondes émises par les antennes-relais sont très vives chez les riverains. Les récents commentaires de l’OMS sur le rôle du mobile dans l’apparition d’un cancer ont contribué à renforcer l’hostilité des habitants à proximité de ces installations. Des actions en justice ont été menées, aboutissant parfois au retrait de ces dispositifs.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés