Invité sur RTL ce lundi matin, le chef de l’Etat et candidature à sa réélection Nicolas Sarkozy s’est bien entendu félicité du succès de The Artist à la cérémonie des Oscars. Le film a obtenu cinq statuettes, dont les plus prestigieuses récompensant le meilleur film, le meilleur réalisateur (Michel Hazanavicius), et le meilleur acteur (Jean Dujardin). Pour Nicolas Sarkozy, ces prix légitiment l’action du gouvernement en faveur de la création, et en particulier la riposte graduée.

« C’est un succès formidable pour le cinéma français, et pour le cinéma de qualité. (…) Ça me permet de dire une chose, il y a peut-être vingt ans quand il y a eu la naissance du home cinema, on a parié sur la fin du cinéma en salle : c’est totalement faux. Les gens regardent les films chez eux, il y a eu plus de 200 millions d’entrées dans les salles l’année dernière

« (…) Ça doit nous renforcer dans l’idée de défendre la création, défendre les réalisateurs. Je suis heureux pour Thomas Langmann, et puis Claude Berry là où il se trouve. Il doit nous regarder (…) il faut défendre le cinéma, défendre les auteurs, les films on doit le payer, on ne peut pas les pirater, c’est ce qu’on a voulu avec la loi Hadopi. Je pense que ça préserve la création« .

Sur le tapis rouge des Oscars, le président de l’Union des Producteurs de Films (UPF), Alain Terzian, a carrément attribué le succès du film à l’Hadopi.

Thomas Langdmann, le producteur de The Artist, a pu produire le film grâce à l’investissement de Studio 37, la société de production d’Orange. Une savoureuse ironie lorsque l’on sait qu’il est aussi vice-président de l’UPF, et que l’on se souvient que l’UPF avait mis des bâtons dans les roues de Studio 37 en 2009 lors du Festival de Cannes.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés