Publié par Guillaume Champeau, le Mardi 07 Février 2012

Apple ou l'indécence fiscale saupoudrée d'actions caritatives

Ce n'est qu'une apparente générosité. Tim Cook, le PDG d'Apple, a choisi de communiquer sur les 100 millions de dollars de dons offerts par la firme à des oeuvres caritatives. Une aimable goutte d'eau qui a du mal à cacher l'océan de cash dont dispose Apple, et qui ne peut faire oublier les 64 milliards de dollars de liquidités que l'entreprise veut rappatrier aux Etats-Unis sans payer d'impôts, ou le moins possible.

Steve Jobs avait préféré rester discret sur ce sujet. Mais pour redorer le blason de la firme sur les questions sociétales, Tim Cook a livré des détails sur les fonds reversés aux œuvres caritatives par Apple.

Le PDG de la firme a ainsi annoncé avoir versé 50 millions de dollars à l'hôpital de Standford afin de permettre la construction d'un nouveau bâtiment et d'un hôpital pour enfants. 50 millions de dollars ont également été versés par Apple dans le cadre du Project Red luttant contre le sida (on notera que la somme n'a pas été donnée à la fondaton de Carla Bruni mais à la fondation créée par Bono, le chanteur du groupe U2).

Ces informaitons ont été données aux employés du siège de Cupertino lors d'un rassemblement visant à les féliciter pour les excellents résultats que la firme a enregistré au dernier trimestre de 2011 : 16 milliards de bénéfice sur un seul quart de l'année.

Tim Cook veut faire des 100 millions de dollars de don (soit 0,6 % du bénéfice trimestriel) le symbole d'une image sociale à reconquérir, notamment depuis qu'il fut "outré" des conditions de travail des ouvriers qui assemblent l'iPad, racontées dans le New York Times.

Ces 100 millions de dollars ne représentent qu'une infirme partie des 97,6 milliards de dollars dont dispose Apple en cash. Lesquels font eux-mêmes l'objet d'une grande polémique détaillée dans un excellent article du Figaro, à la fin du mois dernier. Le journal racontait qu'Apple, dont la trésorerie dépasse les propres réserves fédérales des Etats-Unis, voudrait rappatrier les 64 milliards de dollars dont elle dispose dans des comptes situés en dehors du pays. Mais elle ne le fait pas pour des raisons fiscales :

La société, véritable multinationale, est organisée en filiales, imbriquées les unes dans les autres à la manière de poupées russes. Grâce à ce système, Apple paie des impôts dans des pays dont les régimes fiscaux sont souvent plus favorables qu'aux États-Unis. Son taux d'imposition global est ainsi d'environ 25%, dix points de moins que le niveau de l'impôt sur les sociétés américain, reconnaît la société dans son rapport remis à la SEC, le gendarme boursier des États-Unis.

En contrepartie, Apple ne peut pas faire remonter librement les réserves de cash accumulées à l'étranger, là où il gagne le plus d'argent. Un retour de ce magot sur ses terres, versé par ses filiales au siège de Cupertino sous forme de dividendes, l'obligerait à s'acquitter d'impôts aux États-Unis. Une manœuvre extrêmement coûteuse. Selon les calculs de Bespoke Investment Group, Apple aurait à payer 22 milliards de dollars de taxes pour rapatrier l'ensemble de son cash, soit 5% de sa capitalisation boursière

Apple s'active donc discrètement pour faire changer la loi.

La firme de Cupertino est "la figure de proue d'un lobby de multinationales qui milite pour une nouvelle amnistie fiscale", qui lui permettrait de rappatrier sa fortune aux Etats-Unis en payant des taxes à un taux symbolique, très en deça du niveau réel qu'il devrait acquiter.

C'est d'une indécence incroyable, lorsque l'on connaît la crise budgétaire des Etats, qui exigerait au contraire d'augmenter les rentrées fiscales. La dette publique américaine a atteint un niveau record de 15 000 milliards de dollars, soit comme le rappellerait François Bayrou quinze mille fois mille millions de dollars. Les Etats-Unis ont besoin de tout, sauf d'une immunité fiscale. Tout comme l'Europe aurait besoin qu'Apple ne crée pas ses filiales uniquement au Luxembourg ou en Irlande, où l'imposition est la moins forte...

Apple est bien sûr loin d'être la seule multinationale à opérer cette indécente politique fiscale. Mais étant devenue la première capitalisation boursière, elle en devient aussi le porte-étendard. Les 100 millions de dollars de dons dont elle se vante sont le symbole du libéralisme le plus extrême, où les contribuables veulent décider eux-mêmes de l'attribution de leur contribution à la société (et si possible un petit montant), plutôt que de confier à l'Etat le soin d'arbitrer entre les différents postes de dépense publique.

A l'heure où l'on songe à poser un label "produit en France" pour les produits manufacturés dans l'hexagone, peut-être faudrait-il aussi que les industriels soient contraints d'indiquer sur leurs prix la part du chiffre d'affaires qu'ils reversent à la puissance publique sous forme d'impôts directs ou indirects. Ce pourrait faciliter le choix entre deux produits, à prix identique, en faveur de celui qui participe le plus à la communauté.

Publié par Guillaume Champeau, le 7 Février 2012 à 10h24
 
67
Commentaires à propos de «Apple ou l'indécence fiscale saupoudrée d'actions caritatives»
Inscrit le 30/04/2005
12571 messages publiés
Pétée de tunes, la pomme.
Inscrit le 30/03/2010
1015 messages publiés
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

Il y a deux problèmes. Le premier, c'est que le francais moyen en veut toujours plus, et comme ca fait des années qu'on le bassine avec "le rapport qualité/prix", qui est une expression moins grossière que "achetez de la merde, c'est pas cher", il préfère acheter de la merde made in taiwan / china.

Et qui peut l'en blamer ? Si on devait réellement payer le prix d'un ordinateur, d'une télé ou d'une voiture, y'en aurait nettement moins.


Le second problème, c'est que parfois y'a pas le choix, et la je parle pas d'achats de confort; quand tu as pas/peu d'argent, tu vas acheter de la bouffe de merde a lidl, et pas des steaks chez le boucher.
Inscrit le 07/07/2010
340 messages publiés
"Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre..."

Puant de libéralisme extrémiste...
Je ne prendrais même pas la peine d'argumenter sur l'absurdité d'une telle affirmation...
Inscrit le 13/08/2002
24474 messages publiés
Croustibat : c'est pour ça que je dis que le choix se ferait entre deux produits "à prix identique".
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.
Inscrit le 03/03/2009
151 messages publiés
typo: informaitons
Inscrit le 28/01/2010
28 messages publiés
tu vas acheter de la bouffe de merde a lidl, et pas des steaks chez le boucher.

Croustibat devrait s'intéresser aux études qualitatives des produits de supermarché dans les magazines types 60 millions de consommateurs. Il y aurait de grosses surprise pour casser le mythe de la bouffe de merde dans les magasins low-cost. Et par expérience perso, je trouve bien plus souvent de la viande retravaillée sinon avariée dans les grands hypers plutôt que dans les Lidl où çà ne m'est pas encore arrivé.
Inscrit le 11/03/2009
1651 messages publiés
fondaton
informaitons

Ca pique les yeux
Sinon : impôts d'Exxon Mobile en 2011 : 0$
[message édité par Melpheos le 07/02/2012 à 10:54 ]
Inscrit le 06/08/2009
998 messages publiés
Un des trucs qui me debecte le plus : se vanter de ce qu'on donne aux oeuvres et autres, et encore plus quand c'est aussi infime et que c'est pour justifier ce qu'on fait derriere.

Tu ne donnes pas pour t'acheter une image, donc tu ne t'en vantes pas.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
La dette publique américaine a atteint un niveau record de 15 000 milliards de dollars, soit comme le rappellerait François Bayrou quinze mille fois mille millions de dollars.


Les sondages créditent Bayrou de 12%, soit comme il le rappelle, deux fois six foix un pourcent.

Est-ce qu'on aimerait bien Bayrou chez Numerama ?

Parce qu'arriver à le citer pour une simple multiplication, là c'est vraiment très très fort.

Les 100 millions de dollars de dons dont elle se vante sont le symbole du libéralisme le plus extrême, où les contribuables veulent décider eux-mêmes de l'attribution de leur contribution à la société (et si possible un petit montant), plutôt que de confier à l'Etat le soin d'arbitrer entre les différents postes de dépense publique.

C'est un peu manichéen comme approche. Il y a effectivement une part commune de l'impôt que doivent payer les citoyens pour que l'Etat puisse assurer la répartition en fonction des priorités.
Mais il n'est pas anormal non plus que le citoyen puisse décider directement par lui-même pour quelles actions il veut donner une partie de son impôt. Ce sont les dons aux associations d'intérêt public qui sont en grande partie défiscalisés que ce soit pour les particuliers ou pour les entreprises.
Et je trouve ça plutôt normal : que chacun puisse indiquer où va son argent. Cela fait partie de la démocratie directe.
Après, il s'agit de trouver un juste équilibre entre intérêt général et envies particulières.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Hey00, le 07/02/2012 - 11:07
Un des trucs qui me debecte le plus : se vanter de ce qu'on donne aux oeuvres et autres, et encore plus quand c'est aussi infime et que c'est pour justifier ce qu'on fait derriere.

Tu ne donnes pas pour t'acheter une image, donc tu ne t'en vantes pas.


Heureusement qu'il y a des gens qui se vantent de donner pour la lutte contre le sida, contre la faim en Afrique, pour reconstruire Haïti, ... Cela permet aux gens de prendre conscience qu'il y a des personnes et et des endroits dans le monde qui sont dans la merde.
Et franchement je m'en fous que ce soit pour de basses raisons fiscales : il vaut mieux 100 millions de dollars qui partent vers un hôpital et que l'entreprise s'en vante et fasse de la pub là-dessus plutôt que 500 millions en impôts que le gouvernement utilisera pour aller faire la guerre en Irak ou en Afghanistan.

Ces gens que cela débecte, en général, ce sont ceux qui n'en ont rien à foutre et qui donnent zéro. Cela les renvoie à leur mauvaise conscience.
Inscrit le 07/07/2010
340 messages publiés
Il y a encore des gens qui défendent ça ??

Apple vole 22 milliards au gouvernement et donne 100 millions à des organisations caritatives (où le trajet de l'argent n'est pas toujours clair!) pour avoir l'air d'un bon samaritain... Et il y en a qui trouvent ça bien ??? Comprend pas...
Inscrit le 15/09/2010
144 messages publiés
boarf, 100 million sur 64 milliard, ça fait quand même 0,15%... Oh wait, non en fait c'est de la merde.
Inscrit le 13/08/2002
24474 messages publiés
zig, le 07/02/2012 - 11:11
Est-ce qu'on aimerait bien Bayrou chez Numerama ? Parce qu'arriver à le citer pour une simple multiplication, là c'est vraiment très très fort.


Il se trouve que c'est lui qui fait systématiquement ce rappel mathématique salutaire. Ca serait Mélenchon, on citerait Mélenchon. C'est important, de rappeler cet ordre de grandeur.

Et je trouve ça plutôt normal : que chacun puisse indiquer où va son argent. Cela fait partie de la démocratie directe.
Après, il s'agit de trouver un juste équilibre entre intérêt général et envies particulières.


C'est ça, c'est une question d'équilibre. Et là, le rapport est largement déséquilibré.
Inscrit le 17/08/2009
8 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.

+1
Inscrit le 25/01/2007
2899 messages publiés
les usa ont fait passer une loi qui permet d'assassiner ou d'emprisonner n'importe quel résident/citoyen américain, où qu'il se trouve dans le monde - sans procès et sans limite de durée ni avocat.

quand il s'agit d'éliminer de dangereux talibans/islamo/terroristes/pédophilesduweb/pirates, ils n'hésitent pas à l'utiliser.

pourquoi ne feraient ils pas la mm chose pour les patrons voyous ?

les usa ont inventés la dictature a deux vitesses !!
[message édité par pleindeuss le 07/02/2012 à 11:37 ]
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés

Il se trouve que c'est lui qui fait systématiquement ce rappel mathématique salutaire. Ca serait Mélenchon, on citerait Mélenchon. C'est important, de rappeler cet ordre de grandeur.

Euh... où ???
Inscrit le 22/09/2005
2045 messages publiés
Tiens... Numerama roulerais t'il pour Bayrou ?

Du Bayrou par ci, du Bayrou par la...

Marrant quand même, les forums, à quelques exceptions notables, roulent plutôt facho, réactionnaires et démago, tandis que la rédaction roulerais pour l'homme qui ne dit ni oui, ni non bien au contraire....
Inscrit le 22/09/2005
2045 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

Il y a deux problèmes. Le premier, c'est que le francais moyen en veut toujours plus, et comme ca fait des années qu'on le bassine avec "le rapport qualité/prix", qui est une expression moins grossière que "achetez de la merde, c'est pas cher", il préfère acheter de la merde made in taiwan / china.

Et qui peut l'en blamer ? Si on devait réellement payer le prix d'un ordinateur, d'une télé ou d'une voiture, y'en aurait nettement moins.


Le second problème, c'est que parfois y'a pas le choix, et la je parle pas d'achats de confort; quand tu as pas/peu d'argent, tu vas acheter de la bouffe de merde a lidl, et pas des steaks chez le boucher.


De toutes les façons... Y a t'il encore des entreprises franchouillardes de construction de quoi que ce soit ?

C'est bien gentillet de dire "acheter franchouille nom de d'la !"

Mais s'il n'y a plus de production local... Tu fais comment ?

Le reste n'est que posture électoraliste.
Inscrit le 11/03/2009
1651 messages publiés
Les mélanchonistes disent que Guillaume roule pour le FN et zig et puce dit qu'il roule pour Bayrou...
Chacun voit ce qu'il veux voir visiblement :|
Inscrit le 29/10/2011
232 messages publiés
L'hypocrite M. Champeau qui joue l'indigné découvrant le capitalisme et ses usages libertariens sur lesquelles lui-même prospère et dont il fait régulièrement la promotion des aspirations aux dérégulations sauvages est à la fois comique, ridicule et pitoyable.
Inscrit le 22/09/2005
2045 messages publiés
Des Mélanchonistes ?
Il y en auraient donc bien finalement ??!
Inscrit le 19/05/2011
1215 messages publiés
L'hypocrite M. Champeau qui joue l'indigné découvrant le capitalisme et ses usages libertariens sur lesquelles lui-même prospère et dont il fait régulièrement la promotion des aspirations aux dérégulations sauvages est à la fois comique, ridicule et pitoyable.


Hypocrite, comique, ridicule, pitoyable...
1) si M. Champeau ne te plait pas, c'est ton droit. Que fais-tu sur numerama, et pourquoi lis-tu encore ses articles ?
2) Tu as également le droit de pas être d'accord sur l'article, d'émettre ton point de vue. Te sens-tu obligé d'en insulter l'auteur ?
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
M4khno, le 07/02/2012 - 12:01
L'hypocrite M. Champeau qui joue l'indigné découvrant le capitalisme et ses usages libertariens sur lesquelles lui-même prospère et dont il fait régulièrement la promotion des aspirations aux dérégulations sauvages est à la fois comique, ridicule et pitoyable.


De quelles "dérégulations sauvages" parles-tu ?

Sinon, ce sujet me rappelle celui de la fondation Bill Gates, soit-disant caritative, et qui sert en réalité de cache-sexe à une puissante machine de lobbying.

Y a pas de morale dans les affaires, faut pas croire ceux qui prétendent en distiller.
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
Apple ou l'indécence fiscale saupoudrée d'actions caritatives

En un mot : Libéralisme.
Pas mieux.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Melpheos, le 07/02/2012 - 12:01
Les mélanchonistes disent que Guillaume roule pour le FN et zig et puce dit qu'il roule pour Bayrou...
Chacun voit ce qu'il veux voir visiblement :|


Je fais juste une remarque : arriver à citer Bayrou dans un article qui concerne Apple et la loi fiscale américaine, je constate juste que c'est très fort. Après chacun en tire les conclusions qu'il veut, y compris des "il fait systématiquement ce calcul" !

Donc effectivement, je confirme, tu vois ce que tu veux voir
Inscrit le 13/08/2002
24474 messages publiés
C'est juste qu'on a parlé de ce "rappel mathématique" dans un article hier, donc c'était encore frais (j'aurais dû faire un lien, du coup je le rajoute) :
http://www.numerama....r-internet.html
Inscrit le 30/04/2005
12571 messages publiés
Mais laissez Hollande tranquille!

Inscrit le 16/06/2009
692 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...


Dit comme ça, on dirait que le salarié est un parasite de l'entreprise.
Alors que comme souvent on est en face d'un système symbiotique, une association où l'un *ET* l'autre trouve chacun un intérêt personnel.

"Permettre de vivre" n'est qu'une partie de cette relation, l'autre étant "créer de la richesse".
Le problème n'est pas le patronat ou le salariat, le problème est dans la tendance à un déséquilibre de plus en plus marqué entre l'intérêt particulier de l'un au dépend de l'autre. Quand on a plus d'un million de travailleurs pauvres, ce "leur permet de vivre" n'est plus vrai automatiquement. Et c'est bien ça le problème : travailler ne paye plus. Posséder (même virtuellement) paye infiniment bien plus. Surtout virtuellement.

Que le français moyen (sic - au passage, bravo pour cette marque de mépris) n'apprécie pas qu'on lui en demande toujours plus pour en échange obtenir de moins en moins de quoi vivre voir survivre, c'es ni étrange ni même limité au seul français, aussi moyen soit-il. Il suffit de voir les mouvements d'indignation partout dans le monde...
[message édité par byte_order le 07/02/2012 à 12:48 ]
Inscrit le 22/09/2005
2045 messages publiés
byte_order, le 07/02/2012 - 12:39
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...


Dit comme ça, on dirait que le salarié est un parasite de l'entreprise.
Alors que comme souvent on est en face d'un système symbiotique, une association où l'un *ET* l'autre trouve chacun un intérêt personnel.

"Permettre de vivre" n'est une partie de cette relation, l'autre étant "permet de créer de la richesse".
Le problème n'est pas le patronat ou le salariat, le problème est dans la tendance à un déséquilibre de plus en plus marqué entre l'intérêt particulier de l'un au dépend de l'autre. Quand on a plus d'un million de travailleurs pauvres, donc pour qui "permet de vivre" n'est plus vrai automatiquement.

Que le français moyen (sic - au passage, bravo pour cette marque de mépris) n'apprécie pas qu'on lui en demande toujours plus pour en échange obtenir de moins en moins de quoi vivre voir survivre, c'es ni étrange ni même limité au seul français, aussi moyen soit-il.


Tu ne connais pas Croustibat encore...

Tout ce qui n'est pas CSP++, tout ce qui n'emmarge pas à plus de 4K€uros/Mois ne mérite que mépris et humiliation...
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
U., le 07/02/2012 - 12:18
De quelles "dérégulations sauvages" parles-tu ?

Et bien par exemple, celles qui permettent à M M4khno de planquer de l'argent dans les paradis fiscaux.

U., le 07/02/2012 - 12:18
Sinon, ce sujet me rappelle celui de la fondation Bill Gates, soit-disant caritative, et qui sert en réalité de cache-sexe à une puissante machine de lobbying.

Y a pas de morale dans les affaires, faut pas croire ceux qui prétendent en distiller.

Tout à fait, cf leurs relations avec Monsanto.
L'argent qui échappe aux impôts ne pourra pas non plus être réinvesti non plus dans les systèmes d'éducation et de soin public ou d'assurance sociale.
Dire que l'argent des impôts ne sert qu'a faire les guerre est faux.
Et dire qu'il ne doit servir qu'a ça c'est être un libéral, c'est à dire, être un porc.
Charo, le 07/02/2012 - 12:50
Tu ne connais pas Croustibat encore...

Tout ce qui n'est pas CSP++, tout ce qui n'emmarge pas à plus de 4K€uros/Mois ne mérite que mépris et humiliation...

Comme Copé donc.
[message édité par Zergy le 07/02/2012 à 12:55 ]
Inscrit le 09/03/2010
1073 messages publiés
L-observateur, le 07/02/2012 - 10:30
Pétée de tunes, la pomme.


Pourrie jusqu'au trognon...
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
C'est pas un problème spécifiquement français, et ceux qui le prétendent sont des menteurs.

Salarié et petron de PME sont dans le même bateau (et si besoin était, faut rappeler qu'un salarié ne gagne rien sans l'entreprise qui le rémunère, mais que l'employeur ne gagne rien sans le salarié qui travaille, alors douvement avec les phrases réversibles du type "le patronat permet au salarié de vivre", parce que la réalité c'est la bonne vieille exploitation de l'homme par l'homme, sous forme de constat objectif et sans connotation idéologique).

L'écart croissant entre masses (couches populaires et moyennes) et quelques élites oligarchiques, est mondial. La confiscation d'une partie toujours croissante des richesses (matérielles et incorporelles) par une partie toujours moins responsable de la population (les fameux 1% qu'on mentionne aux sauteries des Indignés) ne fait que s'accentuer.

La nouveauté c'est que les petits occidentaux commencent à le sentir au sein de leurs propres pays.

Quand on prend suffisamment de hauteur, on constate que quelques industries (au premier rang desquelles l'industrie financière) et quelques oligarques, amassent et manipulent des sommes positivement délirantes, pendant que les 3/4 de la population mondiale rencontre des difficultés pour travailler, échanger, partager ou simplement se nourrir ou se soigner. Le débat sur les "biens communs" n'est qu'une illustration de la question de la redistribution des richesses, et donc de la conception qu'on se fait de l'Humanité.

C'est peu dire que les conceptions qui ont cours dans les beaux salons des winners sont étrangères à cette notion de redistribution (http://www.youtube.com/watch?v=j0Zch-4sW0M)
Inscrit le 28/12/2010
3690 messages publiés
Zergy, le 07/02/2012 - 12:54

U., le 07/02/2012 - 12:18
Sinon, ce sujet me rappelle celui de la fondation Bill Gates, soit-disant caritative, et qui sert en réalité de cache-sexe à une puissante machine de lobbying.

Tout à fait, cf leurs relations avec Monsanto.


Tiens Zergy, puisque tu en parles, je n'arrive pas encore à évaluer le degré de crédibilité de ceci : http://libertesinter...eur-de-lavenir/

Pas de sources, peu d'articles dans le même sens, et je me méfie du conspirationnisme. Mais l'exemple de la "Révolution verte" n'est plus à démontrer.
Inscrit le 27/12/2011
96 messages publiés
C'est d'une indécence incroyable, lorsque l'on connaît la crise budgétaire des Etats, qui exigerait au contraire d'augmenter les rentrées fiscales.


Attention à ce genre de raccourcis hasardeux ! C'est aux Etats de gérer et optimiser leurs budgets, leurs dépenses et leurs dettes. "Augmenter les rentrées fiscales" n'est pas la solution à tout. Bien au contraire, c'est un cruel aveux d'échec dans la plupart des cas.
Inscrit le 07/07/2010
340 messages publiés
Pour rappel, le cas présenté (et c'est partout pareil) ce n'est pas d'augmenter les rentrées fiscales mais simplement de récupérer son dû !!!
L'évasion/fraude fiscale c'est un peu comme quand on rentre dans un magasin, qu'on se sert et qu'on repart sans payer.
Si Apple n'aime pas un pays (US, Europe ou autre) ils ne sont pas obligés d'y être présent. Mais si ils choisissent d'y aller, alors ils doivent suivre les règles et payer leur part d'impôt. (ce qu'ils ne font pas!!!). C'est aussi simple que ça.

Au passage : "Augmenter les rentrées fiscales est un cruel aveu d'échec"...
D'où sors-tu ça ??? Tu es complètement HS, voire complètement infesté de pensée noélibérale pourie!
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
U., le 07/02/2012 - 13:11


Tiens Zergy, puisque tu en parles, je n'arrive pas encore à évaluer le degré de crédibilité de ceci : http://libertesinter...eur-de-lavenir/

Pas de sources, peu d'articles dans le même sens, et je me méfie du conspirationnisme. Mais l'exemple de la "Révolution verte" n'est plus à démontrer.

Il me semble que j'avais déjà vu un reportage là-dessus.
Inscrit le 07/02/2012
2 messages publiés
On peut avoir une liste des associations caritatives pour savoir quels sont les liens entre apple et ces entités .
Je parie que la pomme récupèrent leur argent en faisant ces donations , bref de l'esbrouffe .
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
U., le 07/02/2012 - 13:11
Pas de sources, peu d'articles dans le même sens, et je me méfie du conspirationnisme. Mais l'exemple de la "Révolution verte" n'est plus à démontrer.

Mouai… je me méfie aussi des mongoloïdes conspirationnistes.
Ceci dit, quand on vois les actes de Monsanto pour imposer ses semences, faire chier les agriculteurs et les dernières lois les empêchant de replanter leurs semences.
Disons que ça pourrait aller dans ce sens…
[message édité par Zergy le 07/02/2012 à 13:31 ]
Inscrit le 07/02/2012
2 messages publiés
APPLE c'est BHOPAL on pourrit la vie des pays étrangers et on indemnise chez soit :

http://fr.wikipedia....rophe_de_Bhopal

MDR !

Ils recommencent .
Inscrit le 15/03/2011
265 messages publiés
faut arreter de croire que les impots vous dans la poche du pauvre et de l'orphelin...
http://www.impots-ec...iment-nos-elus/
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
ladyblabla, le 07/02/2012 - 13:51
faut arreter de croire que les impots vous dans la poche du pauvre et de l'orphelin...
http://www.impots-ec...iment-nos-elus/

Même s'il y a des abus tu aurais put trouver autre chose qu'un site issu de la galaxie " Cri du contribuable " qui n'est que le faux nez des libéraux qui pensent que la France est un satellite de l'URSS, que Pinochet c'était le bon temps et qui couinent a longueur de temps que le pays ne se Thatcherise pas assez vite.

Tien d'ailleurs, le tenancier de ce torche-cul est Alain Dumait, et c'est qui Alain Dumait ?
- 1970-1973 : rédacteur économique à Valeurs actuelles.
- 1973-1976 : rédacteur économique puis chef du service économique de France Soir.
- 1976-1978 : chef adjoint du service économique du Figaro.
- Fondateur en 1994 de l'hebdomadaire Les 4 Vérités.
- Depuis début 2007 : animateur épisodique du Libre Journal des Contribuables sur Radio Courtoisie (tous les 4 mardis, à 18h)
- Initiateur avec Claude Reichman d'un Comité pour l'entente à droite, favorable à une alliance entre la droite et le FN2, qui organise une première "convention pour l'entente à droite" le 6 juin 19983 et une deuxième le 23 janvier 1999.
- Le 16 mars 2002 il a appelé à voter pour Jean-Marie Le Pen dès le premier tour de l'élection présidentielle de 20024.
- Candidat aux élections sénatoriales de 2011 en tête de la " Liste d'Union et d'entente à droite " notamment soutenue par le Front National.

Alors oui, je sais, les libertarés vons venir couiner que " C'est pas vrai d'abord, La Pen beurk beurk. " Mais on sais bien dans la réalité ils voteront pour elle par, disons, " anticommunisme " Pavlovien.
Je rappel quand même que pour ces mous du boulbe, Sarkozy est, tenez-vous bien, socialiste. Oui oui.
Y'a du niveau moi j'dis. Image IPB
Inscrit le 30/03/2010
1015 messages publiés
milord, le 07/02/2012 - 10:40

En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.


Non. Ce qui fait vivre le francais moyen, ce sont les impots sur les sociétés, la TVA et tout le reste. Le salaire du francais moyen c'est peanuts par rapport a ce qu'il coute. Tu crois vraiment que quelqu'un gagnant un smic (ou deux, ou trois) ne coute que ca à la société ? Tu n'as aucune idée du cout d'entretien d'une voirie ou des services publics.

Mais merci d'avoir démontré exactement ce que je disais, contre ton gré.

djsebx, le 07/02/2012 - 10:53

Croustibat devrait s'intéresser aux études qualitatives des produits de supermarché dans les magazines types 60 millions de consommateurs. Il y aurait de grosses surprise pour casser le mythe de la bouffe de merde dans les magasins low-cost. Et par expérience perso, je trouve bien plus souvent de la viande retravaillée sinon avariée dans les grands hypers plutôt que dans les Lidl où çà ne m'est pas encore arrivé.


Croustibat est un salaud de riche qui achete de la viande chez le boucher. Moins cher qu'en supermarché la plupart du temps d'ailleurs. Les études type je m'en fous, ce que je constate c'est que j'ai envie de vomir quand je mange du lidl/ autre low cost.

byte_order, le 07/02/2012 - 12:39

Dit comme ça, on dirait que le salarié est un parasite de l'entreprise.
Alors que comme souvent on est en face d'un système symbiotique, une association où l'un *ET* l'autre trouve chacun un intérêt personnel.


Oui. Je l'ai volontairement dit comme ca, pour faire sortir les francais moyen de leurs cachettes. Ca appelait a réflexion. Merci de l'avoir fait remarquer.



byte_order, le 07/02/2012 - 12:39

Le problème n'est pas le patronat ou le salariat, le problème est dans la tendance à un déséquilibre de plus en plus marqué entre l'intérêt particulier de l'un au dépend de l'autre. Quand on a plus d'un million de travailleurs pauvres, ce "leur permet de vivre" n'est plus vrai automatiquement. Et c'est bien ça le problème : travailler ne paye plus. Posséder (même virtuellement) paye infiniment bien plus. Surtout virtuellement.

Justement, si. D'abord cette opposition salarié / patronat est idiote. Des patrons qui roulent sur l'or, y'en a vraiment pas tant que ca. La plupart naviguent a vue en espérant avoir mis suffisamment de coté en cas de grave pépin de santé ou pour leur retraite ( eh oui, pas d'ASSEDIC pour les patrons, et l'assurance maladie est également risible).

encore une fois, j'ai parlé de "permettre de vivre". Pas de "verser un salaire".

byte_order, le 07/02/2012 - 12:39

Que le français moyen (sic - au passage, bravo pour cette marque de mépris) n'apprécie pas qu'on lui en demande toujours plus pour en échange obtenir de moins en moins de quoi vivre voir survivre, c'es ni étrange ni même limité au seul français, aussi moyen soit-il. Il suffit de voir les mouvements d'indignation partout dans le monde...


Le français moyen est con et méprisable, et s'il arretait d'acheter des canapés, des ordinateurs, des voitures et des télés plasma a crédit, il aurait sans doute un peu plus d'argent pour bouffer et se loger. Mais effectivement, c'est pas un mal limité au francais, l'américain moyen est au moins aussi con. Ca n'excuse rien.

Le français moyen ne voit pas que son pays (et l'Europe toute entiere) est au bord du gouffre, et trouve encore moyen de se plaindre en permanence qu'il n'a "pas assez". Ca va lui faire tout drole au francais moyen quand l'état pourra pas lui filer ses assedics, son RMI, payer la police ou les hopitaux. Et ca, ca arrivera avant la fin du prochain mandat présidentiel, quoi qu'on fasse. Le français moyen ferait bien d'apprendre a cultiver sa bouffe et élever du bétail s'il veut continuer a manger. En attendant, il ferait mieux de profiter de ce qu'il a, parce que ca ne durera pas.


Charo, le 07/02/2012 - 12:50

Tu ne connais pas Croustibat encore...

Tout ce qui n'est pas CSP++, tout ce qui n'emmarge pas à plus de 4K
€uros/Mois ne mérite que mépris et humiliation...


Ah ca c'est sûr, quand on n'a rien à dire sur le fond, autant balancer des attaques personnelles

Je suis salarié, pas d'une grande boite, pas de grandes responsabilités (voire pas de responsabilités tout court, ou pas loin), et je n'émarge pas a plus de4K/mois. Ni meme a 3K. Mais j'ai un cerveau, et je m'en sers Si le francais moyen le faisait aussi, il serait un peu moins con

Mais le francais moyen n'en a rien a battre, parce qu'il n'a aucune idée de ce qui va lui arriver. Je pleurerai pas sa perte ...
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Ah ok, les français moyen, ce sont en fait ceux que tu considères plus cons que toi.
Ca semble faire du monde, vu comme tu as l'air de te prendre pour quelqu'un...
Inscrit le 10/06/2005
6355 messages publiés
ze_katt (Modérateur(rice)) le 07/02/2012 à 15:00
Bientôt tu vas nous faire croire que les millions de smicards français sont entretenus par pur bonté d'âme par une poignée de patrons philanthropes.
Inscrit le 24/02/2009
2237 messages publiés
@ M4khno

Euh, tu peux respirer un air et te plaindre d'une odeur? Peut-être même aérer pour être moins incommodé?

@ Others

c'était quoi, la méthode de dévier la discuss' sur un point de détail non-pertinent pour égarer le fond de la réflexion?
Inscrit le 24/07/2007
553 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 14:37

Le français moyen ne voit pas que son pays (et l'Europe toute entiere) est au bord du gouffre, et trouve encore moyen de se plaindre en permanence qu'il n'a "pas assez". Ca va lui faire tout drole au francais moyen quand l'état pourra pas lui filer ses assedics, son RMI, payer la police ou les hopitaux. Et ca, ca arrivera avant la fin du prochain mandat présidentiel, quoi qu'on fasse. Le français moyen ferait bien d'apprendre a cultiver sa bouffe et élever du bétail s'il veut continuer a manger. En attendant, il ferait mieux de profiter de ce qu'il a, parce que ca ne durera pas.


Le français "pas moyen" que tu es et les profiteurs qui se gavent sur le travail des autres devraient d'ailleurs se méfier des millions de français moyens qui n'accepteront *jamais* de retomber à l'état de pays sous-développé: si la tendance actuelle s'accentue, le français moyen n'aura plus rien à perdre et c'est pas manifester qu'il fera, mais couper les têtes des français "pas moyens" qui font du beurre sur son dos.

C'est déjà arrivé et ça pourrait recommencer.
Inscrit le 16/06/2009
692 messages publiés
Familieri, le 07/02/2012 - 13:16
C'est d'une indécence incroyable, lorsque l'on connaît la crise budgétaire des Etats, qui exigerait au contraire d'augmenter les rentrées fiscales.


Attention à ce genre de raccourcis hasardeux ! C'est aux Etats de gérer et optimiser leurs budgets, leurs dépenses et leurs dettes. "Augmenter les rentrées fiscales" n'est pas la solution à tout. Bien au contraire, c'est un cruel aveux d'échec dans la plupart des cas.


Toutafé.
En conséquence, les services d'ordre de l'Etat n'assureront plus la sécurité des abords des zones industrielles et des bassins d'innovations.
L'Etat n'assurera plus non plus les coûts de formation des futurs travailleurs, ni la prise en charge de leur santé. Et ce afin "d'optimiser son budget".

Si les entreprises veulent plus de sécurité, des travailleurs en bonne santé et compétents, elles doivent en assumer les conséquences financières. Après tout, l'Etat n'a jamais pris en charge le coût de maintenance des machines d'une usine ni de leur mise à jour. Pourquoi devrait-il faire pour la ressource humaine des entreprises ce qu'il n'a pas à faire pour les autres ressources des entreprises !?

Et l'on revient à l'intérêt ou pas de mutualiser certains coûts, et des droits mais AUSSI des devoirs que cela impliquent. On appelle ça vivre en société.
Malgré l'absence de majuscule, la société est plus importante à plus de monde que la Société.
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
Arrêtez de vous battre pour un projet de société, l'Union Européenne à choisi pour vous, avec le futur TSCG et sa règle d'or (plus l'obligation d'emprunter à taux usurier aux gentils-marchés-qui-rendent-heureux-et-qui-font-des-bisous) ce sera l'austérité pour tous (sauf les très riches) et la matraque pour que vous vous teniez tranquille.
Inscrit le 11/04/2007
170 messages publiés
milord, le 07/02/2012 - 10:40
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.


Et en général, quand il n'y a pas de patron, qui donne du travail au "français moyen" comme tu dis ? MDR avec tous ces pourfendeurs de patrons qui oublient que sans entreprises, pas de salariés.
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
Samenerve, le 07/02/2012 - 16:24

SCOP
SAPO
[message édité par Zergy le 07/02/2012 à 16:30 ]
Inscrit le 11/04/2007
170 messages publiés
MrPatator, le 07/02/2012 - 15:51
croustibat, le 07/02/2012 - 14:37

Le français moyen ne voit pas que son pays (et l'Europe toute entiere) est au bord du gouffre, et trouve encore moyen de se plaindre en permanence qu'il n'a "pas assez". Ca va lui faire tout drole au francais moyen quand l'état pourra pas lui filer ses assedics, son RMI, payer la police ou les hopitaux. Et ca, ca arrivera avant la fin du prochain mandat présidentiel, quoi qu'on fasse. Le français moyen ferait bien d'apprendre a cultiver sa bouffe et élever du bétail s'il veut continuer a manger. En attendant, il ferait mieux de profiter de ce qu'il a, parce que ca ne durera pas.


Le français "pas moyen" que tu es et les profiteurs qui se gavent sur le travail des autres devraient d'ailleurs se méfier des millions de français moyens qui n'accepteront *jamais* de retomber à l'état de pays sous-développé: si la tendance actuelle s'accentue, le français moyen n'aura plus rien à perdre et c'est pas manifester qu'il fera, mais couper les têtes des français "pas moyens" qui font du beurre sur son dos.

C'est déjà arrivé et ça pourrait recommencer.


Toujours aussi nuancés les propos des forums : patron = salaud profiteur, smicard = pauvre travailleur exploité. Ca sent bon l'égalitarisme forcé et le communisme, comme quoi certains n'ont toujours rien compris.
Inscrit le 11/04/2007
170 messages publiés
Zergy, le 07/02/2012 - 16:29
Samenerve, le 07/02/2012 - 16:24

SCOP
SAPO


Il me semble bien que certains salariés de Seafrance voulaient créer une coopérative avant de se rappeler que c'étaient certains autres qui avaient coulé leur propre boîte... Et non, tout le monde ne peut pas être patron, sinon il y aurait beaucoup plus de coopératives.
Inscrit le 16/06/2009
692 messages publiés
croustibat, le 07/02/2012 - 14:37
Non. Ce qui fait vivre le francais moyen, ce sont les impots sur les sociétés,


Donc une part des bénéfices générés par son travail mais non redistribué dans son salaire ?

la TVA


Donc une part du prix des produits qu'il achète avec son salaire ?

et tout le reste.


Quelle précision.
Bref, résumons : l'odieux français moyen vit sur une part des bénéfices générés indirectement par son travail mais non redistribué directement à travers le vecteur idéal pour valoriser son travail, la fameuse "valeur travail" dont on evite soignement de parler depuis des années : le salaire ?
Et il vit sur une part de l'argent qu'il dépense en achetant des produits ?
Et tout le reste (non précisé, mais on image que cela doit scandaleux, un véritable racket de parasite à n'en point douter) ?

Vous avez raison, c'est un scandale toute cette qualité vie financer par son travail. Vite, une loi pour interdit de tirer profit de son travail, uniquement de son capital. Y'a urgence, le français moyen abuse de la valeur travail là !

Le salaire du francais moyen c'est peanuts par rapport a ce qu'il coute. Tu crois vraiment que quelqu'un gagnant un smic (ou deux, ou trois) ne coute que ca à la société ?


Environ le double.
Quelle coincidence, dans des pays ou les entreprises ne payent pas de charge sociales, les salaires à compétence égale sont environ le double d'en France.
Une coincidence, sûrement.

Par ailleurs, attention à ne pas confondre salaire net et salaire. Le salaire brut inclu une part non négligeable de contributions au financement du budget de la société. Reste ensuite les impôts sur le revenu qui s'applique sur le salaire net, restant. Autant de poste que l'employeur devrait assumer seul si l'Etat ne le faisait pas à sa place.
Alors dire que le salaire du français moyen n'est qu'un coût pour l'employeur c'est faire acte d'amnésié, mais sélective.
Croyez-vous vraiment que le soutien de l'activité économique par l'Etat ne lui coûte rien ?

Tu n'as aucune idée du cout d'entretien d'une voirie ou des services publics.


Certes, mais je parierais que c'est *nettement* inférieur à celui de *construction* de ladite voirie par les services publics.
Avez-vous (on se connait pas vraiment, alors le tutoiment comme ça direct, hein...) la moindre idée du coût des infrastructures de transport en France ? Des réseaux d'énergie ? De la défense du territoire ? De l'application des lois ? De l'éducation du la masse salariale moyenne toute juste bonne selon vous à être autorisée par l'employeur à vivre ?

Justement, si. D'abord cette opposition salarié / patronat est idiote.

Alors pourquoi vous la faites ? Parce qu'en déclarant "le patronat permet aux salariés de vivre", vous installez clairement une division avec d'un côté une partie qui permet, autorise, accepte, tolère, et de l'autre une partie qui ne sera pas tout à fait aussi légitime que l'autre d'aspirer à vivre elle aussi.

Des patrons qui roulent sur l'or, y'en a vraiment pas tant que ca. La plupart naviguent a vue en espérant avoir mis suffisamment de coté en cas de grave pépin de santé ou pour leur retraite


Tout comme n'importe quel français moyen, qui lui aussi navigue à vu en tentant comme il peut de se prémunir des aléas de santé ou de retraite.

( eh oui, pas d'ASSEDIC pour les patrons, et l'assurance maladie est également risible).


Libre à un patron de se verser un salaire et d'y inclure une cotisation à la sécurité sociale ou toute autre forme d'assurance sociale équivalente. Mais on ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre : ne pas vouloir payer le prix de la sécurité sociale et vouloir en bénéficier.

encore une fois, j'ai parlé de "permettre de vivre". Pas de "verser un salaire".


Oui, et c'est du pur mépris (enfin, pur comme purulent plutôt). Techniquement parlant, y'a un contrat qui dit qu'en échange de N heures de location du temps et des compétences du salarié, il reçoit tel montant d'argent. Point barre. Nul par il est écrit dans un contrat de travail que le salarié reçoit en échange le droit de vivre !
Cette expression putride suinte le snobisme et l'arrogance de vous croire une autorité supérieure.

Le français moyen est con et méprisable, et s'il arretait d'acheter des canapés, des ordinateurs, des voitures et des télés plasma a crédit, il aurait sans doute un peu plus d'argent pour bouffer et se loger.


Et ?
Il fait ce qu'il veut du revenu de son travail. Ou du crédit que sa banque veut bien lui accorder. Ou de la vie à crédit que ses representants politiques veulent bien lui accorder.
Par ailleurs, il y a une différence entre bouffer + se loger et les autres postes de dépense : la même qu'entre survivre et vivre.

Et même le français moyen à, comme tout humain, le droit d'aspirer à vivre, pas juste survivre.
Ne vous en déplaise.

Le français moyen ne voit pas que son pays (et l'Europe toute entiere) est au bord du gouffre, et trouve encore moyen de se plaindre en permanence qu'il n'a "pas assez".


Vous, vous vivez toujours au 20ieme siècle.
Ce que le français/européen/occidental moyen se plaint ce n'est pas de ne pas avoir assez, mais PLUS assez. Il se plaint que sa qualité de vie se dégrade à vitesse grand V, sauf pour une toute petite minorité qui elle voit sa qualité de vie explosé exponentiellement à vitesse grand V.

En gros, il se plaint que la règle du grand jeu du chacun pour moi est truquée.

Ca va lui faire tout drole au francais moyen quand l'état pourra pas lui filer ses assedics, son RMI, payer la police ou les hopitaux. Et ca, ca arrivera avant la fin du prochain mandat présidentiel, quoi qu'on fasse. Le français moyen ferait bien d'apprendre a cultiver sa bouffe et élever du bétail s'il veut continuer a manger. En attendant, il ferait mieux de profiter de ce qu'il a, parce que ca ne durera pas.


Réveil !
Le français moyen, il le sait déjà tout ça. Votre prophétie à 15 ans de retard : le français moyen a cessé de profité de ce qu'il avait, et c'est désormais ceux qui avaient le plus qui sont seuls à vraiment profiter de ce qu'ils ont.
Et là encore, cela ne durera pas.
Les signes sont là, un peu partout dans le monde. La crise est structurelle, et comme toute crise structurelle, sa résolution n'aura lieu que par des changements structurels.

Donc par définition de gros changements.
Et le français moyen si cher à votre coeur ne sera pas le seul à devoir y faire face. P'tet même qu'il sera l'un des acteurs de ces changements. Il l'a déjà fait, tout comme les peuples dans le monde l'ont déjà fait dans le passé.

Mais le francais moyen n'en a rien a battre, parce qu'il n'a aucune idée de ce qui va lui arriver. Je pleurerai pas sa perte ...


De l'art de se croire exclu d'un groupe...
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Samenerve, le 07/02/2012 - 16:24

milord, le 07/02/2012 - 10:40

croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...


En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.



Et en général, quand il n'y a pas de patron, qui donne du travail au "français moyen" comme tu dis ? MDR avec tous ces pourfendeurs de patrons qui oublient que sans entreprises, pas de salariés.

D'une part, ce n'est pas moi qui parle de français moyen, je ne faisais que reprendre le terme - visiblement condescendant - de croustibat.
D'autre part, j'ai toujours considéré qu'une entreprise, c'est donnant-donnant : le patron offre au salarié la possibilité de travailler, le salarié permet à l'entreprise de produire. Je réagissais juste aux propos débiles de croustibat, en lui montrant qu'on peut avoir des propos aussi débiles que les siens, mais dans l'autre sens.
Et enfin, un patron, ce n'est pas une entreprise, et inversement. Donc mélanger allègrement les deux n'a rien de logique.
Inscrit le 16/06/2009
692 messages publiés
Samenerve, le 07/02/2012 - 16:24
Et en général, quand il n'y a pas de patron, qui donne du travail au "français moyen" comme tu dis ?


Donne ?
Le travail est vraiment offert, sans rien de demandé en échange ?!
J'ai moi l'impression qu'il s'agit plus d'un échange temps et/ou compétences contre argent.
Il n'est donc pas si "offert" que cela. Vouloir l'oubliez, c'est bien pratique, certes, mais c'est faux.

MDR avec tous ces pourfendeurs de patrons qui oublient que sans entreprises, pas de salariés.


Et réciproquement. Encore ici, c'est facile de l'oublier.

Historiquement, il n'y a pas toujours eu des patrons. Par quel hasard l'Humanité a-t-elle réussie à survivre jusqu'a nos jours sans patron pour la sauver ?
[message édité par byte_order le 07/02/2012 à 16:41 ]
Inscrit le 28/05/2009
1276 messages publiés
Samenerve, le 07/02/2012 - 16:32
Il me semble bien que certains salariés de Seafrance voulaient créer une coopérative avant de se rappeler que c'étaient certains autres qui avaient coulé leur propre boîte... Et non, tout le monde ne peut pas être patron, sinon il y aurait beaucoup plus de coopératives.

Ah oui, c'est vrai que j'ai oublié que dans la tête de libéral, le travailleur n'est qu'un untermensch qui doit être civilisé (comme l'internaute, tien).
" Quand même mââââârde quoi, ces salle sous-races de travailleurs qui ne veulent se prendre en mains, c'est inadmisiiiible, c'est irresponsââââble, on est plus chez nous, ça devrait être interdit ! De toute façon, on peut pas faire autrement parce que c'est ça ou le communisme, parfaitement, le COM-MU-GNIIISME. "
Inscrit le 20/03/2009
1116 messages publiés
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

hé machin, t'as pas l'impression que c'est l'inverse???? ceux qui ont le pognon et le pouvoir, c'est à dire en aucun cas le français moyen comme tu dis, ne vivent que grâce au français moyen justement! qui achète? le français moyen! qui travaille pour fabriquer? le français moyen!
et comme ces pourris en veulent toujours plus, ils ont inventé la mondialisation: faire fabriquer ailleurs à bas cout pour revendre au prix habituel au français moyen! mais voilà, comme tout le monde joue ce petit jeu, le français moyen n'as plus de boulot, et ne peut donc plus acheter, donc les marges baissent et les pourris délocalisent encore plus, et voilà la boucle est bouclée!
et pour couronner le tout, ces pourris accusent pointes du doigt les autres en les accusant d'être responsables de la crise: les chômeurs, les immigrés, les pauvres, brefs ceux qui n'ont pas le moindre pouvoir de décision! et bien sur ça marche, comme à chaque fois tous les débiles profonds tombent dans le panneau du bouc émissaire!
regarde l'affaire lejaby: le repreneur n'a même pas honte de dire à la télé qu'il va délocaliser! mais put1 si il ne fait pas fabriquer en france qui vas acheter sa camelote??? les chômeurs qu'il a lui-même créés???
c'est simple, pour moi un type qui délocalise il faut le fusiller direct! il n'y a que ça pour limiter l'hémorragie! c'est valable pour le boulot aussi bien que pour la fiscalité! regarde total, l'entreprise française qui fait le plus de bénéfice ne paye pas un euro d'impôts en france!

merde!
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Dans ce débat entre patrons et salariés, quelques petits rappels (INSEE chiffres 2010)

65.4% des entreprises ont 0 salariés
94.2% des entreprises ont entre 0 et 9 salariés
99.0% des entreprises ont entre 0 et 49 salariés
99.8% des entreprises ont entre 0 et 199 salariés
99.9% des entreprises ont entre 0 et 499 salariés
99.99% des entreprises ont entre 0 et 1999 salariés

Alors, 9 patrons sur 10 sont des gens qui bossent autant que leurs salariés, souvent même plus et le plus souvent avec eux.

http://www.insee.fr/..._id=NATTEF09203
Inscrit le 25/01/2007
2899 messages publiés
zig, le 07/02/2012 - 19:14
Dans ce débat entre patrons et salariés, quelques petits rappels (INSEE chiffres 2010)

65.4% des entreprises ont 0 salariés
94.2% des entreprises ont entre 0 et 9 salariés
99.0% des entreprises ont entre 0 et 49 salariés
99.8% des entreprises ont entre 0 et 199 salariés
99.9% des entreprises ont entre 0 et 499 salariés
99.99% des entreprises ont entre 0 et 1999 salariés

Alors, 9 patrons sur 10 sont des gens qui bossent autant que leurs salariés, souvent même plus et le plus souvent avec eux.

http://www.insee.fr/..._id=NATTEF09203


Et ben nous c encore plus fort : ma boite emploie plus de 50 personnes mais n a aucun salarie et peut donc appliquer la loi fillon et nous mettre aux 39 h !

C est le miracle de l intermittence.

Ceci dit, c est un statut qui permet a la fois aux employes et aux entreprises d avoir cette fameuse flexi securite et qui in fine est super avantageux des lors qu on bosse de maniere industrielle.
Inscrit le 25/05/2008
3003 messages publiés
Inscrit le 15/07/2011
593 messages publiés
zig, le 07/02/2012 - 11:44

Il se trouve que c'est lui qui fait systématiquement ce rappel mathématique salutaire. Ca serait Mélenchon, on citerait Mélenchon. C'est important, de rappeler cet ordre de grandeur.

Euh... où ???


Dans ton cul. AH AH AH AH AH. C'est drôle hein?
Inscrit le 07/02/2012
1 messages publiés
En meme temps la dette des etat est cree pour les elites et par les elites (je carricature a peine) allez voir sur le net, les economistes en parle.
D autre part j aimerais bien savoir quel est le chiffre en dollard ou euro des magouille pour "esquiver le tribu" des autres multinationnal
Inscrit le 03/06/2011
341 messages publiés
milord, le 07/02/2012 - 10:40
croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...

En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.

T'as pas honte de dire une enormite pareil ???? Monte ta boite et on verra ce que ca donne. 90% des patrons n'ont rien a voir avec ceux dont parlent les medias. J'ai dirige ma boite fut un temps. Au bout d'un moment j'ai jete l'eponge devant les difficultes avec les banques ou avec l'URSSAF. Les employes etaient toujours payes, moi parfois non pendant 6 mois.
Avant de deblaterer des conneries d'un tel niveau, apprends ce que c'est que de monter une boite et de la faire vivre !
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
zemarsu, le 08/02/2012 - 00:15

milord, le 07/02/2012 - 10:40

croustibat, le 07/02/2012 - 10:37
J'aimerai beaucoup croire au dernier paragraphe. Mais derrière toutes les bonnes intentions qu'il peut afficher, le français moyen n'en a rien a faire des entreprises françaises. Le français moyen déteste le patronat, tout en oubliant que c'est ce patronat qui leur permet de vivre...


En général, ce qui fait vivre le français moyen, c'est son travail. Quant au patron, ce qui lui permet de vivre, c'est le travail du français moyen.


T'as pas honte de dire une enormite pareil ???? Monte ta boite et on verra ce que ca donne. 90% des patrons n'ont rien a voir avec ceux dont parlent les medias. J'ai dirige ma boite fut un temps. Au bout d'un moment j'ai jete l'eponge devant les difficultes avec les banques ou avec l'URSSAF. Les employes etaient toujours payes, moi parfois non pendant 6 mois.
Avant de deblaterer des conneries d'un tel niveau, apprends ce que c'est que de monter une boite et de la faire vivre !

T'aurais mieux fait de lire la totalité du sujet, au lieu de partir en vrille.
Inscrit le 03/04/2009
689 messages publiés
Hey00, le 07/02/2012 - 11:07
Un des trucs qui me debecte le plus : se vanter de ce qu'on donne aux oeuvres et autres, et encore plus quand c'est aussi infime et que c'est pour justifier ce qu'on fait derriere.

Tu ne donnes pas pour t'acheter une image, donc tu ne t'en vantes pas.


Heureusement qu'il y a des gens qui se vantent de donner pour la lutte contre le sida, contre la faim en Afrique, pour reconstruire Haïti, ... Cela permet aux gens de prendre conscience qu'il y a des personnes et et des endroits dans le monde qui sont dans la merde.
Et franchement je m'en fous que ce soit pour de basses raisons fiscales : il vaut mieux 100 millions de dollars qui partent vers un hôpital et que l'entreprise s'en vante et fasse de la pub là-dessus plutôt que 500 millions en impôts que le gouvernement utilisera pour aller faire la guerre en Irak ou en Afghanistan.

Ces gens que cela débecte, en général, ce sont ceux qui n'en ont rien à foutre et qui donnent zéro. Cela les renvoie à leur mauvaise conscience.


le même discours que tous ces crétins du showbiz qui nous font la leçon sur les ?uvres caritatives et qui vivent dans l'opulence...
Inscrit le 16/06/2009
692 messages publiés
zig, le 07/02/2012 - 19:14
Dans ce débat entre patrons et salariés, quelques petits rappels (INSEE chiffres 2010)

65.4% des entreprises ont 0 salariés
94.2% des entreprises ont entre 0 et 9 salariés
99.0% des entreprises ont entre 0 et 49 salariés
99.8% des entreprises ont entre 0 et 199 salariés
99.9% des entreprises ont entre 0 et 499 salariés
99.99% des entreprises ont entre 0 et 1999 salariés

Alors, 9 patrons sur 10 sont des gens qui bossent autant que leurs salariés, souvent même plus et le plus souvent avec eux.

http://www.insee.fr/..._id=NATTEF09203


Ce rappel souligne également quel est le véritable problème de compétitivité française comparé - et c'est la grande mode actuellement - à notre voisin allemand : nous avons beaucoup trop de TPE et pas assez de PME. Résultat des dizaines de milliers de TPE se concurrencent dans des conditions économiques lamentables et pour l'essentiel survivent quelques années avant de sombrer suite à un problème de trop. Et les pas assez nombreuses PME françaises sont elles concurrencées par le bas par ces TPE et par le haut par les quelques TGE qui elles noyautent ce qu'elles considèrent *leur* marché.

Que 95% des entreprises ne dépassent pas 9 salariés c'est la preuve qu'il y a un vrai problème de croissance des entreprises dans notre pays.
Pourtant, les tribunaux de commerce continuent de sauver régulièrement des centaines de TPE chaque mois alors qu'elles ne sont pas viables et ne le seront probablement jamais et qu'il serait plus judicieux d'aider la croissance des TPE en PME plutôt que d'effacer leur ardoise pour qu'elles puissent redemarrer encore et encore par la case TPE.

En bref, au lieu de chercher à sauver des emplois à tout prix, on devrait chercher à péréniser ceux existant en aidant les entreprises à se consolider, à grossir. Et pour cela il faut ouvrir les yeux et dire que parmi ces 95% de TPE, il y en a facilement 25% qui ne seront JAMAIS viable, c.a.d. à même de procurer à la fois un salaire aux employés, au patron et honorer ses factures.

Comme par hasard, on constate facilement cela dans le milieu du bâtiment...
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Février 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11