Facebook est dans le collimateur de la FTC pour 20 ans. L'agence américaine, spécialisée dans le droit de la consommation, a signé un accord à l'amiable avec le réseau social afin de vérifier que la confidentialité des données personnelles est bien respectée. Le site devra se soumettre à des audits indépendants tous les deux ans et s'engager à recueillir le consentement explicite des membres à chaque modification sensible des réglages.

Facebook rentre dans le rang. Le réseau social a obtenu le feu vert de la Federal Trade Commission (FTC), une agence américaine spécialisée dans le droit de la consommation, pour appliquer un train de mesures destinées à éviter les écarts en matière de confidentialité des données personnelles. Facebook devra notamment se plier à des audits réguliers et indépendants pendant une période de 20 ans.

Il fallait au moins ça pour contraindre le site communautaire à se montrer plus précautionneux à l’égard des données personnelles, d’autant que Facebook compte aujourd’hui plus de 800 millions de membres. Bien qu’extrêmement populaire, le réseau social a malheureusement défrayé la chronique à de nombreuses reprises ces dernières années, s’attirant les foudres des associations et des autorités de régulation.

Mais avec cet accord, Facebook va devoir changer de fusil d’épaule et respecter scrupuleusement la vie privée de ses utilisateurs. C’est en tout cas l’objectif de l’accord à l’amiable passé entre la FTC et Facebook. « L’innovation au sein de Facebook ne doit pas s’effectuer aux dépens de la vie privée de l’utilisateur » a commenté le président de l’agence américaine, Jon Leibowitz.

Dans le détail, les audits se dérouleront tous les deux ans et le premier sera effectué dans un délai de quinze mois maximum. En parallèle, le site communautaire s’engage à obtenir le consentement explicite des membres avant la moindre modification qui irait à l’encontre des réglages en rapport avec la collecte, le partage et la confidentialité des données personnelles.

Pour justifier les exigences demandées à Facebook, la FTC a listé sept cas où le réseau social a fait défaut. Par exemple, il avait été promis aux utilisateurs que les données personnelles ne seraient pas partagées avec les régies publicitaires et les annonceurs. Or, le réseau social a menti sur ce point puisque certaines informations ont effectivement été transmises.

L’entreprise avait également effectué à la fin de l’année 2009 plusieurs modifications au niveau des paramètres de vie privée sans prévenir correctement les membres du site. La FTC a rappelé dans son communiqué que des informations définies comme privées, comme les listes d’amis, avaient été rendues publiques, sans l’autorisation des principaux intéressés.

Les manquements de Facebook ne seront pas résolus d’un coup de baguette magique parce que la FTC a décidé de placer le site sous surveillance. Preuve en est, de nouvelles pratiques ont été pointées du doigt encore récemment, concernant des cookies traceurs et des profils « fantômes ».

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés