Nicolas Sarkozy s'efforce de tisser des liens nouveaux avec les acteurs du numérique. Plusieurs initiatives ont été lancées tout au long de l'année, afin d'atténuer les précédentes politiques menées dans ce domaine (Hadopi, filtrage, ACTA). Une opération séduction que dénonce la Quadrature du Net.

Du 17 au 19 novembre se tiennent les rencontres internationales de la culture, de l’économie et des médias au Forum d’Avignon. À cette occasion, le président de la République doit y livrer un discours sur la création numérique, la diffusion des œuvres et la protection des droits de propriété intellectuelle sur Internet. Cette intervention doit ainsi « approfondir » les discussions engagées lors de l’eG8 organisé en mai.

Il est notamment prévu que Nicolas Sarkozy s’entretienne avec les participants du Forum d’Avignon sur le thème de la culture à l’ère du numérique. Si l’Élysée ne précise pas les grandes lignes des points qui seront abordés au cours de cet échange, la Quadrature du Net en est convaincue :il s’agit d’une opération séduction du président de la République pour séduire le monde de la culture et plaire aux acteurs du numérique.

Nicolas Sarkozy a multiplié ces dernières semaines les initiatives sur le numérique. Il y a eu la création du Conseil national du numérique en début d’année, puis la tenue d’un sommet international en marge du G8 où de nombreux pontes de la Silicon Valley ont été aperçus. Plus récemment, le chef de l’État a souhaité l’instauration de Journées du numérique.

Pour la Quadrature du net, cette manœuvre est vouée à l’échec car elle ne trompera pas les internautes français. L’initiative citoyenne rappelle en particulier son bilan désastreux en matière de politique numérique, avec en point d’orgue la création de la loi Hadopi, censurée partiellement par le Conseil constitutionnel mais finalement adoptée et promulguée en 2009.

La Quadrature du Net souligne également les propos de Nicolas Sarkozy sur le filtrage du net lors de la présentation de ses voeux au monde la culture au début de l’année 2010. Le président de la République avait alors « souhaité que soit expérimentés « sans délai » des dispositifs de filtrage visant à dépolluer automatiquement les réseaux et serveurs de toutes sources de piratage« .

L’association rappelle enfin les votes à venir au Conseil de l’Union européenne et au Parlement européen, notamment concernant l’accord anti-contrefaçon ACTA. À aucun moment la France n’a freiné le développement des discussions sur certains points, comme le volet numérique. Il s’agit, pour la Quadrature du Net, d’un grief supplémentaire à l’égard de la politique du président de la République.

« On a décrit Nicolas Sarkozy comme le président des riches, mais il restera aussi comme le président des médias du passé, du refus de l’innovation dans les politiques du droit d’auteur et de la culture. Avec la marchandisation sans frein du domaine public et le refus des pratiques hors marché des individus, le président de ‘l’Internet civilisé’ ignore la culture numérique » a déclaré Philippe Aigrain, co-fondateur de La Quadrature du Net.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés