Après plusieurs semaines d'hésitations, HP a annoncé vouloir conserver sa division ordinateurs personnels. Meg Whitman, à la tête du groupe depuis un mois, enterre ainsi un processus initié par son prédécesseur.

Avec 40,1 milliards de chiffre d’affaires l’an passé, la division systèmes personnels pèse lourd dans les finances d’HP. Cela lui permet également d’être numéro un mondial sur ce marché, juste devant Lenovo et Dell, et de réaliser un bénéfice de 2 milliards de dollars.

Malgré cela, HP songeait sérieusement à se séparer de cette branche, poussé par son ancien PDG remercié en septembre dernier. Le groupe invoquait des questions de rentabilité pour justifier ce projet, même si les coûts de cette scission auraient été plus importants que les économies ensuite réalisées.

HP a finalement annoncé ce jeudi qu’il conserverait cette branche et ne suivrait donc pas l’exemple d’IBM qui avait revendu ses activités grand public à Lenovo. Le Wall Street Journal évoquait la perte de poids dans les négociations avec ses fournisseurs comme l’une des possibles raisons de ce choix. En ne vendant plus d’ordinateurs personnels, HP leur passait moins de commandes et avait donc moins de marge de manœuvre pour faire baisser les prix.

Meg Whitman, aux commandes de la firme depuis un mois, prend donc ici sa première décision d’envergure et affirme sa différence avec l’ancien PDG. Elle a néanmoins, comme le signale La Tribune, confirmé une décision prise par ce dernier en finalisant le rachat d’Autonomy, éditeur de logiciels, pour plus de 10 milliards de dollars.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés