L'application M6 Replay pour iPad interdit désormais de regarder sur un téléviseur les vidéos du service de catch-up TV de la chaîne, en utilisant la sortie HDMI de la tablette tactile.

C’est Macbidouille qui nous l’apprend. « Pour des raisons de droits d’exploitation des programmes, le service M6 pour iPad n’est pas disponible sur un écran externe« , affiche l’application M6 Replay pour iPad lorsque l’utilisateur préfère regarder une émission sur l’écran du téléviseur plutôt que celui de la tablette tactile. « Merci de votre compréhension« , ajoute le message.

Mais comment le consommateur peut-il comprendre quoi que ce soit ?

L’utilisateur a le droit de regarder une émission en utilisant le programme M6 Replay que lui propose la chaîne. En quoi regarder la même émission sur son téléviseur en utilisant la sortie HDMI de l’iPad (de surcroît protégée par le protocole HDCP qui empêche la copie) lui supprimerait subitement ce droit ?

Le problème vient du fait que M6 et ses partenaires producteurs veulent segmenter l’offre vidéo entre les appareils mobiles et les appareils fixes, ce qui les oblige à créer ce genre de restrictions grotesques qui rendent le droit d’auteur toujours plus insupportable. Les chaînes de télévision devraient avoir et transmettre le droit d’afficher la vidéo sans distinction du type d’écran utilisé.

La problématique sera d’autant plus importante avec les téléviseurs connectés, qui brouillent les pistes entre l’écran de l’ordinateur, l’écran du téléviseur et l’écran mobile. L’an dernier, Hulu avait bloqué ses vidéos lorsqu’elles étaient lues sur un système Android, parce qu’il n’avait pas négocié les droits mobiles. Le système d’exploitation équipera aussi des téléviseurs Google TV. En France, le CSA s’est emparé du sujet en organisant un colloque sur les téléviseurs connectés, qu’il lie à juste titre à la problématique de la neutralité du net. Comment assurer la neutralité si le contenu diffusé est bloqué selon le type de terminal utilisé ? Ou inversement, comment assurer la segmentation du marché audiovisuel dans un environnement où la neutralité des réseaux doit être parfaitement respectée ?

Les tensions, déjà palpables, promettent d’être vives dans les prochains mois et les prochaines années.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés