L’art est une science. En tout cas, le travail de l’industrie culturelle pourrait ressembler de plus en plus à un travail scientifique plus qu’artistique. L’AFP rapporte ce lundi que des chercheurs américains ont présenté dans le Journal of Consumer Psychology une étude qui démontrerait qu’il est possible de prédire le succès d’un tube en analysant les réactions cérébrales des adolescents.

« Il est possible jusqu’à un certain point d’utiliser les techniques d’imagerie du cerveau dans un groupe d’individus pour prédire la popularité (d’une chanson)« , explique Gregory Berns, neuro-économiste et directeur du centre de neuropolitique de l’Université Emory à Atlanta. En 2006, les chercheurs avaient fait écouter 120 chansons essentiellement inconnues issues de MySpace, à 27 adolescents de 12 à 17 ans. Pendant l’écoute, ils enregistraient leurs réactions neurologiques, et les cobayes devaient ensuite attribuer une note aux chansons. Quelques années plus tard, « une analyse comparative des résultats de l’étude a révélé que les données recueillies étaient statistiquement significatives pour prédire le taux de popularité des différentes chansons mesurée en termes de ventes de 2007 à 2010« , rapporte l’AFP.

En 2005, un logiciel de prédiction de succès baptisés Hit Song Science avait débarqué sur le marché français. A partir d’une vingtaine de critères tels que la mélodie, l’harmonie, la mesure ou le ton, HSS calculait les chances de succès populaire des chansons qui lui étaient proposées. On ignore si sa précision s’est vérifiée depuis, mais il était dit à l’époque que le logiciel avait pu prédire des succès de Maroon 5, Jenifer Lopez ou Norah Jones.

Plus récemment, en 2010, Yahoo avait montré qu’il était possible de prédire le succès d’une œuvre culturelle en voie de commercialisation grâce au volume de requêtes saisies par les internautes avant sa sortie. Mais le critère était alors l’intérêt porté à l’œuvre, et non l’œuvre elle-même.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés