La polémique sur le traçage des utilisateurs prend une nouvelle dimension avec l'intervention du PDG d'Apple. Dans une réponse adressée à un client, Steve Jobs assure que son entreprise ne piste personne et a rappelé en filigrane que la concurrence enregistre aussi des informations géolocalisées.

Tout comme avec l’affaire de l’iPhone 4 et sa mauvaise réception téléphonique, la controverse portant sur le fichier traçant les déplacements de l’iPhone a poussé Steve Jobs à réagir. Bien que le PDG d’Apple soit actuellement en arrêt maladie, il continue de suivre assidûment l’actualité concernant son entreprise. Interrogé par un client, Steve Jobs assure qu’Apple ne piste personne.

« Pourriez-vous expliquer s’il-vous-plaît la nécessité de l’outil de géolocalisation passif intégré dans mon iPhone ? C’est un peu énervant de savoir que ma position exacte est enregistrée en permanence. Peut-être pourriez-vous m’éclairer sur ce sujet avant que je ne change pour un téléphone Android. Ces derniers ne me suivront pas à la trace » a écrit le client dans un courrier adressé à Apple et obtenu par Mac Rumors.

« Oh si, [les téléphones Android] le font » a répondu un Steve Jobs laconique, faisant manifestement référence aux découvertes du suédois Magnus Erikssen. Celui-ci a remarqué que les téléphones sous Android effectuent aussi un suivi du mobinaute, en enregistrant les 50 dernières antennes GSM et les 200 derniers points d’accès WiFi détectés. Toutefois, Android limite le nombre d’entrées dans le fichier en question, contrairement à Apple.

« Nous ne pistons personne. L’information qui circule sur ce sujet est fausse » a-t-il poursuivi. Des vérifications plus approfondies semblent indiquer que les smartphones Apple sous iOS 4 n’enregistrent pas exactement la position GPS du mobinaute, mais plutôt celles des antennes GSM et des points d’accès WiFi à portée. Autrement dit, ce ne serait pas un véritable traçage.

Dans cette affaire, Steve Jobs semble surtout jouer avec les mots. Même si la base de données ne collecte pas la position exacte du mobinaute, il est toujours possible de connaître dans les grandes lignes ses déplacements en se référant à la carte listant les antennes GSM et les points d’accès WiFi détectés. De cette façon, il est possible de savoir dans quels lieux la personne est passée.

Brutes, ces données de géolocalisation ne servent pas à grand chose. Elles sont par ailleurs anonymisées, dans la mesure où il n’est pas possible pour Apple de connaître l’identité d’une personne en fonction de ces déplacements. En revanche, elles peuvent toutefois servir dans certaines circonstances, comme la publicité ciblée. Pas besoin de connaître l’identité d’une personne pour lui envoyer des annonces en fonction de sa position géographique.

Cette polémique connaîtra peut-être un dénouement devant les tribunaux. The Register rapporte qu’une plainte a été déposée aux États-Unis dans laquelle les demandeurs estiment qu’il s’agit là d’un « préjudice irréparable » ayant frappé « des millions d’Américains« . Déposée devant un tribunal de Floride, la plainte exige qu’Apple verse des dommages et intérêts.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés