Le PDG d'Apple Steve Jobs a annoncé qu'il prenait un congé maladie, pour une période indéterminée. Ce qui fait craindre le pire pour le fondateur de la firme de Cupertino, qui avait déjà frôlé la mort et subi une greffe il y a deux ans.

Il ne fait de mystère pour aucun lecteur fidèle de Numerama qu’Apple n’est pas l’entreprise dont nous vantons le plus les mérites. Encore ce matin, nous fustigions sa volonté d’imposer aux journaux de passer par sa plateforme iTunes pour vendre des abonnements sur iPad, en prenant au passage une commission de 30 %. Mais il faut distinguer la société commerciale de l’homme qui la dirige, Steve Jobs.

Nous avons pour celui-ci beaucoup de respect pour le combat qu’il a mené contre la maladie, et surtout pour la manière dont il a su en profiter pour organiser discrètement, mais très efficacement, un lobbying favorable aux malades en recherche de greffons. Désormais, grâce à Steve Jobs et à l’ancien gouverneur Arnold Schwarzenegger qu’il a su convaincre, chaque Californien qui souhaite renouveler son permis de conduire doit dire s’il souhaite ou non être donneur d’organe. Auparavant, seuls les organes de ceux qui se faisaient connaître spontanément pouvaient être prélevés à leur décès.

C’est donc avec une certaine crainte et une certaine émotion que nous relayons l’information que vous connaissez déjà probablement. Steve Jobs est de nouveau malade, comme il l’a fait savoir dans un cour message adressé à ses employés :

Chère équipe,

A ma demande, le conseil d’administration m’a accordé un congé maladie pour que je puisse me concentrer sur ma santé. Je continuerai à être le PDG et à être investi dans les décisions stratégiques majeures pour la société.

J’ai demandé à Tim Cook d’être responsable d’Apple pour les opérations quotidiennes. J’ai grande confiance dans le fait que Tim et le reste de l’équipe de direction fera un travail fantastique pour mettre à exécution les projets passionnants que nous avons mis en place pour 2011.

J’aime tellement Apple et je souhaite être de retour aussi vite que possible. Dans l’attente, ma famille et moi apprécierions grandement le respect de notre vie privée.

Le message est laconique, et rappelle celui qu’avait déjà adressé Steve Jobs il y a deux ans, lors de sa greffe du rein. Le fait qu’il n’annonce aucune date pour son retour, et finisse son message par une déclaration d’amour à Apple et un simple « espoir » d’être retour, ne présage pas du meilleur. Pour ne pas subir la réaction de panique des marchés aux Etats-Unis, l’annonce a été faite un jour qui est férié outre-Atlantique. Ce qui n’est pas le cas en Europe, où l’action baisse de près de 10 %.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés