La fondation Mozilla vient de sortir la Release Candidate de Firefox 4. Cette nouvelle étape dans le développement du navigateur doit repérer les ultimes soucis majeurs du logiciel. Si aucun problème n'est repéré, la version finale sera très rapidement mise à disposition. Firefox 4 arrive dans un contexte plus difficile qu'auparavant, avec des navigateurs alternatifs très compétitifs.

Ce sont les derniers coups de pinceau. Douze jours après la publication de la douzième version beta de Firefox 4, la fondation Mozilla vient de mettre à disposition la Release Candidate (RC) de son navigateur web. Lors de cette étape, les développeurs et les testeurs éprouveront une ultime fois le logiciel. Si aucun problème majeur n’est découvert, la Release Candidate sera accessible à l’ensemble des utilisateurs.

Comme à chaque fois, cette nouvelle version vient corriger plusieurs centaines de bugs par rapport à Firefox 4 beta 12. La fondation Mozilla indique par ailleurs que 8 000 problèmes ont été corrigés depuis le début du développement. Rappelons à ce sujet que la première beta de Firefox 4 a été publiée en juillet 2010, il y a maintenant près de huit mois.

À la différence des versions beta qui sont avant tout destinées à un public restreint, les Release Candidate d’un logiciel peuvent être récupérées par beaucoup plus d’utilisateurs. Si des erreurs peuvent subsister, la stabilité et la fiabilité du logiciel sont globalement assurées. En ce qui concerne Firefox, Mozilla indique en plus que plus de 70 % des modules complémentaires sont compatibles avec Firefox 4 RC.

Longtemps le challenger idéal face à un Internet Explorer hégémonique, Firefox doit désormais rivaliser avec un autre acteur très dynamique sur le marché des navigateurs web : Google Chrome. Sorti fin décembre 2008, il a rapidement séduit de nombreux internautes au point de franchir récemment la barre des 10 % de parts de marché.

Auparavant exclusive à Firefox, l’image du navigateur alternatif face à Internet Explorer est aujourd’hui disputée par un Google Chrome très ambitieux. Une compétition d’autant plus compliquée que les principaux navigateurs respectent globalement les standards du web et ont des performances finalement assez équivalentes. Les grands écarts d’autrefois sont de plus en plus rares.

Pour les utilisateurs, cette rivalité est une excellente chose. Elle pousse les éditeurs à se surpasser pour respecter au plus près les standards web tout en améliorant encore et toujours les performances de chaque navigateur. Cette pression a par exemple conduit Mozilla à s’interroger sur le rythme des mises à jour de son navigateur, et sur les moyens de l’accélérer.

Chargé du développement chez Mozilla, Mike Beltzner a plaidé pour une sortie des versions 4 à 7 de Firefox au cours de l’année 2011. Une telle accélération obligera forcément les développeurs à revoir les urgences lors du développement du navigateur.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés