Le navigateur Google Chrome continue son ascension. Selon les données collectées par Net Applications, le navigateur web a passé le cap des 10 % de parts de marché. En conséquence, la part de marché des logiciels concurrents, comme Firefox et Internet Explorer, a sensiblement reculé. Au point de supplanter peu à peu Firefox comme navigateur alternatif idéal.

C’est une étape supplémentaire que vient de franchir Google Chrome. Alors qu’il dispose déjà d’une part de marché supérieure à 14 % en Europe, le navigateur web vient de franchir la barre des 10 % à l’international, selon les chiffres fournis par Net Applications. En parallèle, les parts de marché d’Internet Explorer et de Firefox reculent respectivement de 4,65 % et de 1,77 %, entre mars et décembre 2010.

Dans le détail, seuls Google Chrome et Safari progressent sur cette période. Le premier est passé de 6,13 % à 10,70 %, tandis que le second a progressé de 4,65 % à 6,30 %. Les trois autres grands navigateurs web, IE, Firefox et Opera, voient leurs parts de marché relatives reculer plus ou moins sensiblement. À ce rythme, les courbes de Firefox et Google Chrome pourraient bien se croiser dès cette année.

Sorti en version 1 en décembre 2008, Google Chrome a connu un développement très soutenu en 2009 et 2010. La dernière version stable est estampillée 8.0.552.237, tandis que la version avancée est numérotée 10.0.642.2. En deux ans, le navigateur web a ainsi connu huit versions majeures. Bien que Chrome bénéficie de l’appui de Google, la performance est remarquable.

Parmi les autres navigateurs, c’est peut-être Firefox qui est le plus affecté par la notoriété grandissante de Chrome. Pendant longtemps, la fondation Mozilla a misé – et mise toujours – sur l’aspect alternatif de Firefox, face à l’antédiluvien Internet Explorer. Mais depuis quelques années, des concurrents sérieux ont émergé ou se sont réveillés. La marge de manœuvre du navigateur est désormais beaucoup plus limitée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés