Selon LeMonde.fr, Apple devrait bloquer les abonnements des journaux sur iPad lorsque les paiements ne sont pas effectués à travers iTunes, où la firme de Steve Jobs souhaite prélever une commission de 30 %.

La presse va-t-elle enfin réaliser que se jeter dans les bras d’Apple était la pire des solutions possibles pour trouver son renouveau économique dans l’univers numérique ? Nous avons souvent critiqué le recours à l’iPad, et le développement d’applications propriétaires largement inutiles à l’ère du HTML5, qui rendent les journaux dépendants de la ligne éditoriale fixée par Apple. Editer une application pour iOS (iPhone ou iPad), c’est dépenser du temps de développement pour un logiciel que les autres plateformes sont incapables de lire, et qui ne pourra être distribuée qu’à travers la plateforme iTunes d’Apple, selon les conditions contractuelles qu’elle impose et qui peuvent changer à tout moment. Y compris lorsqu’il sera déjà trop tard pour changer d’avis, parce que les lecteurs auront pris l’habitude de trouver leur journal sur iTunes.

Le Monde, qui avait été l’un des plus fervents soutiens du lancement de l’iPad, avec une application fièrement affichée dans ses publicités par Apple lors du lancement de la tablette tactile en France, réalise quel peut être le poids de la firme de Cupertino. « D’après les informations du Monde.fr, Apple souhaite imposer aux journaux son système d’abonnement via iTunes – permettant à la marque à la pomme de toucher 30 % du prix des abonnements« , écrit le journal dans un article daté de vendredi. « La possibilité de proposer ces derniers depuis un site Web serait alors bloquée par Apple ; seul le couplage d’une édition papier et d’une édition iPad serait autorisé par l’entreprise« .

Du point de vue technique, il ne serait pas difficile pour Le Monde et les autres journaux de proposer une application gratuite sur l’iPad, qui afficherait une page web pour payer l’abonnement ou entrer ses identifiants. Le journal serait alors maître de sa facturation, et pourrait afficher une version réduite ou complète de l’application en fonction de l’abonnement payé ou non par l’utilisateur. Mais si l’on en croit LeMonde.fr, qui est particulièrement bien placé pour ce type d’informations, Apple devrait interdire ce type de stratagème, et obliger les journaux à recourir à iTunes, en versant chaque mois près d’un tiers de leur chiffre d’affaires relatif à l’iPad.

Ce qui prouve qu’Apple n’a pas suffisamment confiance dans la simplicité d’utilisation et la pertinence d’iTunes pour risquer de laisser le choix aux éditeurs de presse, et à leur clients.

« A la fin de 2010, la direction d’Apple avait bloqué au dernier moment un accord entre plusieurs journaux allemands et Apple Europe, qui prévoyait la vente groupée de tablettes aux journaux. Ces derniers comptaient lancer des opérations de promotion spéciales, incluant une tablette d’Apple et des abonnements multisupports, pour les fêtes de fin d’année« , relate Le Monde.

Le journal rappelle aussi que les éditeurs de presse s’étaient émus mi-2010 du fait qu’en passant par la propre régie publicitaire iAd d’Apple, avec là aussi un paiement de commissions très importantes, il est possible de davantage personnaliser les messages publicitaires qu’en passant par des régies concurrentes. Apple limite en effet la concurrence sur iOS en réservant à iAd l’exclusivité de certaines données personnelles concernant les utilisateurs. Or en matière de publicité numérique, les données personnelles deviennent le nerf de la guerre.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés