En milieu de journée, Numerama révélait que la Carte Musique Jeune lancée par le gouvernement ce jeudi peut servir y compris à l’achat moitié-prix d’applications pour iPhone ou iPad sur iTunes. Payez 10 euros, et offrez-vous pour 20 euros de logiciels. Une aubaine pour ceux que l’achat de musique n’intéresse pas, mais qui dépensent leur argent de poche en applications mobiles.

Cependant, le « bug » qui brouille la communication était connu de la rue de Valois, qui n’a pas réussi à convaincre Apple de modifier sa plateforme pour réserver les crédits au seul achat de musique. Electron Libre, qui a assisté à la conférence de presse de lancement du dispositif, rapporte toutefois que « le gouvernement ne dédommagera pas le fabricant californien pour les achats ne correspondant pas à de la musique« . Ce sera transparent pour le consommateur, mais pas pour Apple qui prend la différence à sa charge.

« Dans le cadre de la Carte musique, les relations contractuelles entre le ministère et les plateformes impliquent que soit adressé un rapport détaillé des achats effectués – les services de l’Etat ont même la possibilité de faire un audit sur place« , explique notre confrère. « Dans ces conditions, le gouvernement peut ne payer que la part de la musique. A Apple alors de faire avec le reste…« .

C’est une solution gagnant-gagnant, qui permet à Apple de profiter de la communication gouvernementale sur la Carte Musique pour attirer de nouveaux clients, et qui évite au gouvernement l’affront de ne pas compter iTunes parmi ses partenaires. La presse n’aurait pas épargné le ministère de la Culture si les jeunes acheteurs de la Carte n’avaient pu l’utiliser sur la plateforme de musique en ligne la plus populaire du moment.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés