La mise en place de la riposte graduée promet une intense bataille de communication entre les fournisseurs d'accès. Alors que Numericable, Orange, SFR et Bouygues ont commencé à envoyer les mails d'avertissement à leurs abonnés, Free résiste. Une attitude dont s'est plaint Numericable à la Haute Autorité.

Visiblement, Numericable n’apprécie pas du tout l’attitude de Free sur les e-mails d’avertissement. Alors que le câblo-opérateur et trois autres fournisseurs d’accès à Internet de premier plan (Orange, SFR et Bouygues Télécom) ont tous commencé à relayer le premier jalon de la riposte graduée, Free fait de la résistance. En effet, l’opérateur ne souhaite pas coopérer tant qu’une convention, prévue par la loi, n’est pas signée.

Cet acte de défiance, salué par Nicolas Dupont-Aignan aujourd’hui même, a suffisamment agacé Numericable pour l’inciter à écrire un courrier à la Hadopi, le jour même de l’envoi des premiers mails. C’est ce que rapporte le quotidien La Tribune, dans des propos cités par Benjamin Ferran sur son blog.

Dans sa missive, Numericable a invité la Haute Autorité à « saisir les autorités compétentes s’il s’avérait que des opérateurs s’entendent pour faire obstacle à vos opérations, et en tirer un bénéfice concurrentiel« . Comme le fait remarquer à raison notre confrère, Numericable aimerait ne pas écorner son image sur un dispositif particulièrement mal perçu par de nombreux internautes.

Un zèle qui pourrait avoir des répercussions commerciales conséquentes, puisque des abonnés pourraient être tentés de s’abonner à des fournisseurs d’accès de moindre envergure ou qui exploitent légalement tous les recours et toutes les possibilités pour ralentir ou retarder le déploiement de la riposte graduée.

Numericable n’est toutefois pas le seul à critiquer le comportement de Free. Orange a estimé que la rébellion du FAI est « pour entretenir l’image d’un certain laxisme« . Et pour s’attirer la sympathie des internautes. Rappelons que la directrice de communication d’Orange est l’ancienne ministre de la culture, Christine Albanel. La guerre de communication commence.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés