Bien que concurrents, Google et Apple n'oublient pas leurs relations économiques. Lors d'un entretien accordé à Business Week, le directeur général de la firme de Mountain View a indiqué que l'accord avec Apple dans le domaine de la recherche mobile a été renouvelé. Un accord qui coûte 100 millions de dollars par an à Google.

Ce n’est pas une surprise, les relations entre Google et Apple se sont considérablement refroidies depuis quelques mois. L’an dernier, le PDG de Google avait dû quitter le conseil d’administration d’Apple sous la pression de l’administration américaine, afin que les deux entreprises puissent se livrer une bataille sans retenue. Depuis, Google et Apple s’opposent violemment sur le terrain des systèmes d’exploitation mobile ou de la publicité en ligne.

Publiquement, les deux sociétés cherchent pourtant à faire bonne figure. Si elles reconnaissent être concurrentes, les deux firmes assurent que cela se déroule dans un cadre respectueux et loyal. Et ce, malgré la colère de Steve Jobs en voyant Google marcher sur ses plates-bandes. « Nous ne sommes pas allés sur le marché de la recherche. Ils sont venus sur le marché de la téléphonie. Soyez assurés qu’ils veulent tuer l’iPhone. Nous n’allons pas les laisser faire » aurait déclaré le patron d’Apple en début d’année.

Preuve en est, Eric Schmidt a profité d’un entretien avec Business Week pour annoncer que le partenariat qui lie Apple et Google dans le domaine de la recherche mobile a été renouvelé. « Apple est une société avec laquelle nous sommes partenaires et concurrents. Nous avons un accord de recherche avec eux, récemment étendu » a expliqué le PDG de Google.

Un accord profitable pour Apple, puisque Google verse pas moins de 100 millions de dollars chaque année pour conserver sa place de moteur de recherche par défaut dans l’iPhone. Ainsi, malgré la forte concurrence qui oppose les deux entreprises, les relations économiques demeurent. Pour changer l’ordre établi, il faudrait que Microsoft propose un chèque encore plus conséquent pour imposer Bing. En supposant que Google ne bouge pas, ce qui est fort peu probable.

Plus spécifiquement, Eric Schmidt a tenu à remettre les les choses à leur place sur l’arrivée de de Google dans la téléphonie mobile, et en particulier dans le domaine des systèmes d’exploitation. « Android est arrivé un peu plus tôt que l’iPhone« , en référence à l’acquisition d’une start-up spécialisée dans les applications mobiles en 2005 alors que l’iPhone première génération a été dévoilé en janvier 2007, pour une commercialisation en été. Google en revanche n’a dévoilé son projet qu’en novembre 2007.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés