De nombreux abonnés de Free constatent un débit fortement bridé sur des sites de téléchargement et de streaming de vidéos en ligne. Un signe peut-être que la stratégie d'accès prioritaire payant à certains services se met en place chez l'opérateur.

Free bride-t-il le streaming et les sites de téléchargement direct ? Depuis quelques jours, plusieurs abonnés Free se sont manifestés pour signaler un problème de débit sur certains sites web. Selon nos confrères d’Univers Freebox, les freenautes disposant d’une offre dégroupée ne parviendraient pas à naviguer convenablement sur des sites web comme YouTube ou Google.

« Il semblerait que le chargement des vidéos en 1080p est impossible à certaines heures. Même en choisissant le mode 360p, certains freenautes observent des coupures » est-il expliqué. Un problème qui ne toucherait cependant pas les internautes disposant d’une offre Freebox Only.

Dans les commentaires, de nombreux internautes sont venus corroborer l’hypothèse du bridage. Le problème toucherait non seulement les sites de streaming (YouTube, Dailymotion, Vimeo, Vpod, MegaVideo) mais également les sites TV de rattrapage (M6 Replay, France Télévisions) et les sites de téléchargement direct (RapidShare, MegaUpload, Depositfiles).

Les témoignages indiquent que les comptes premium n’y changent rien, pas plus que la puissance du débit. D’après les commentaires, le bridage interviendrait essentiellement en semaine, du lundi au vendredi. Reste à savoir si cela survient à certaines heures. Dans ce cas, cela laisserait penser que Free souhaite réduire la consommation de la bande-passante aux heures de pointe.

Si l’hypothèse du bridage se confirme, notamment aux heures de pointe, cela pourrait être le signe d’une démarche de qualité de service (Quality of Service, QoS) pour son service payant TV Replay. Pour 0,99 euro (« Pass soirée ») ou 3,99 euros (« Pass Mois »), l’opérateur veut proposer à ses clients d’accéder aux services de télévision de rattrapage, avec l’assurance d’être servis en priorité par rapport aux autres abonnés.

Le fournisseur d’accès à Internet concrétiserait par la même occasion la vision d’un réseau à plusieurs vitesses, qui a reçu les faveurs de l’Autorité de la concurrence dans le débat sur la neutralité. Et surtout, cette politique de QoS ne concernerait pas le réseau Internet, mais uniquement le service TV Replay. Idéal pour continuer à se positionner en faveur de la neutralité du net.

Ce n’est pas la première fois que Free est suspecté de brider ses abonnés. Début avril, l’opérateur avait été accusé de limiter l’accès à certains protocoles, comme la voix sur réseau IP (VoIP), le peer-to-peer ou encore le SSH (Secure Shell, un protocole de communication sécurisé) en zone non dégroupée.

À l’époque, les internautes avaient souligné que cette politique était mise en œuvre principalement en soirée, à partir de 18 heures et jusqu’à minuit. Un créneau qui a semblé témoigner d’une volonté de réduire la consommation de la bande-passante à certaines heures clés.

Abonnés Free, rencontrez-vous des difficultés similaires ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés