Mercredi dernier, des députés de la majorité présidentielle organisaient un débat à l’Assemblée nationale sur la société face aux enjeux du numérique. Cette réunion, ouverte à tous, visait à prolonger les discussions issues du rapport « °thique du numérique » remis début juin au président du groupe UMP, Jean-François Copé.

La réunion organisée il y a deux jours réunissaient donc les principaux auteurs du rapports, notamment Hervé Mariton, Patrice Martin-Lalande et Lionel Tardy, mais également Franck Riester, bien connu des internautes pour avoir être membre du Collège de la Hadopi et ancien rapporteur de la loi à l’Assemblée nationale.

Sur son blog, Lionel Tardy nous informe que le débat a été filmé, et fut articulé autour de trois grands thèmes : : « Requiem pour la vie privée », « Internet, un marché comme les autres ? » et « La net neutralité, c’est du pipeau ? »

Jusqu’à présent, l’UMP apparaissait assez hermétique à ces questions. Néanmoins, cette démarche – relativement nouvelle – est sans aucun doute le signe d’une nouvelle approche de la majorité parlementaire face aux problématiques du numérique dans notre société.

À cette occasion d’ailleurs, Jean-François Copé a fait un effort de contrition assez inattendu sur la loi Hadopi. « J’en percevais déjà les faiblesses. Maintenant, j’ai évolué sur cette question mais il fallait protéger le droit d’auteur. De même je suis conscient que les technologies sont plus rapides que les politiques » ont rapporté nos confrères de Clubic.

Une évolution bien tardive pour un député qui a longtemps fustigé les opposants à la loi Hadopi. En mai 2009, au micro d’Europe 1, Jean-François Copé déclarait, à propos de l’amendement Bono au Parlement européen :

« l’Europe que j’aime c’est pas celle-là, c’est pas celle des combines dans lesquelles des socialistes français non contents d’avoir menacé la création française en s’opposant à la loi Hadopi passent des coups de fil à leurs copains européens qui s’allient avec des ultra-libéraux pour voter au Parlement Européen et inventer que l’accès à Internet est un droit fondamental« .

Et d’ajouter : « Quelle insulte pour les droits fondamentaux pour lesquels nous nous battons, et Dieu sait si nous avons des libertés autrement plus importantes« . « Ca ne m’empêche pas de penser qu’Internet est un espace fantastique de liberté, d’expression, de connaissance… c’est aussi un espace de danger, et j’espère que l’Europe saura aussi trouver le bon équilibre entre liberté et sécurité dans ce domaine« .

Un équilibre qui n’a manifestement pas su être trouvé.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés