Si vous suivez les informations avec attention, vous n’êtes pas sans savoir qu’un drame est survenu tout récemment dans le nord du Royaume-Uni. Pendant trois longues heures, un tueur va abattre méthodiquement pas moins de douze personnes, avant de retourner l’arme contre lui. Or, si la police a sans aucun doute déclenché les procédures habituelles dans ce genre de cas, cette fusillade a également été l’occasion pour les forces de l’ordre de se servir de Twitter.

En effet, la police de Cambrie n’a pas hésité à utiliser son compte, ouvert depuis l’été dernier, pour informer plus rapidement et plus massivement les résidents de la petite ville de Whitehaven sur la situation autour de la ville. Mais selon The Telegraph, les policiers n’ont pas été les seuls à se saisir de l’outil de micro-blogging.

Devant l’importance des évènements, des habitants ont également publié des messages pour s’informer et échanger des informations. Ainsi, les résidents de Whitehaven ou du comté de Cumbrie ont ajouté des mots-clés spécifiques à leurs messages, comme les hashtags (sorte de mots-clés propres à Twitter) #cumbria ou #whitehaven.

Une fois encore, Twitter a démontré son très fort potentiel de viralité de l’information. Si Twitter est un outil très pratique pour partager des liens ou faire de la veille, certains utilisateurs n’ont pas hésité à exploiter le site de micro-blogging comme arme politique ou caisse de résonance médiatique. Voire comme service d’urgence, comme le démontre cette actualité.

Preuve en est, l’utilisation de Twitter par les opposants au régime de Mahmoud Ahmadinejad pour protester contre sa réélection à la tête de l’Iran, mais également des messages concernant le séisme du Sichuan, l’amerrissage incroyable de l’Airbus sur un fleuve américain ou encore la disparition de Michael Jackson.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés