Conçu pour être à iTunes ce que Firefox fut à Internet Explorer, SongBird n’a pour le moment pas eu le succès qu’il espérait. Le logiciel est pourtant très bien réalisé et extrêmement complet, mais il pêche à la fois d’un manque de médiatisation et, semble-t-il, d’un développement ralenti par la contrainte du support multi-plateformes. Jusqu’à récemment, SongBird était en effet aussi bien disponible sous Windows que Mac OS et Linux. Ce qui ne sera le plus le cas.

L’équipe en charge du développement a annoncé qu’elle se concentrait désormais exclusivement sur Windows et Mac OS, pour des raisons de rentabilité du temps de développement. Les utilisateurs sous Linux ne seraient pas assez nombreux pour justifier le temps investi.

Cependant, il y avait quelque chose d’étrange à voir un logiciel libre disponible uniquement sur des systèmes propriétaires. Il n’a donc pas fallu attendre longtemps pour qu’une version alternative pour Linux soit développée. D’abord baptisé Lyrebird, Nightingale (Rossignol, en français) a été imaginé par Antoine « GeekShadow », un contributeur français de longue date à Songbird.

Mais la société POTI à l’origine du projet SongBird, qui a levé 10 millions de dollars pour son développement, aurait demandé aux auteurs de Nightingale de ne pas rendre leur propre version compatible avec Windows et Mac OS, pour ne pas rentrer en concurrence avec leur logiciel.

Une curieuse vision de l’open-source, qui est en plus contre-productive économiquement. Toute « concurrence » stimule l’innovation et aurait permis à SongBird non seulement d’améliorer continuellement son propre produit en bénéficiant des améliorations apportées par son « concurrent », mais aussi d’améliorer la visibilité des solutions alternatives à iTunes sur le marché grand public.

« Si un jour Songbird supporte Linux à nouveau (ce qui est probable), est-ce que ça voudra dire que nous serons obligé de fermer Nightingale plus tard pour éviter de s’arracher le coeur des utilisateurs de Linux ?« , se demande Andrew Luecke, co-initiateur du projet.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés