MySpace Music ouvre lentement ses portes aux labels et artistes indépendants. Après The Orchard, c’est l’agrégateur de labels indépendants IODA qui conclut un accord de nature contractuelle avec la plateforme de musique en ligne, qui propose l’écoute de musique illimitée en streaming, financée par la publicité. Comme pour The Orchard, il n’est pas question d’un accord de participation au capital de l’entreprise, réparti entre entre MySpace et les quatre majors de l’industrie musicale Universal, Warner, EMI et Sony BMG.

IODA devrait ainsi enrichir la plateforme de 50.000 artistes de labels d’une cinquantaine de pays, qui recevront une rémunération en principe déterminée par le nombre d’écoutes de leurs titres réalisées sur le service. « Aucune participation ni aucun intéressement aux bénéfices ne faisaient partie de l’accord conclu« , explique le PDG de IODA, Kevin Arnold. Une situation que semble préférer certains labels indépendants.

Cité par notre confrère Electron Libre, le PDG de l’agrégateur français Believe Denis Ladegaillerie estime qu’une rémunération indirecte par la proposition d’une participation au catalogue est « proprement scandaleux« . « C’est accepter une sous-rémunération du catalogue via un pourcentage des revenus publicitaires qui ne va rapporter que 1 ou 2 centième d’€ à l’écoute, base sur laquelle les artistes vont être rémunérés ; en contrepartie d’une incitation à long terme sous la forme d’une participation au capital, sur laquelle rien ne leur sera reversé« .

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés