Reprise comme une fête commerciale par Alibaba en 2009, la journée des célibataires a de nouveau battu tous les records mondiaux en matière de transactions.

En 2009, Alibaba, qui est encore un challenger à l’échelle mondiale, récupère à son compte l’invention d’un étudiant chinois, la journée des célibataires du 11 novembre. Anti Saint-Valentin défendant les valeurs du célibat, le jour devient pour le mastodonte chinois une occasion d’avoir son Black Friday, ses rabais à n’en plus finir et des ventes record. Presque une décennie plus tard, même la concurrence suit le géant dans sa célébration : JD.com, numéro deux national, aurait ainsi également vu ses ventes décoller.

Plus d’un milliard d’internautes

Mais l’attention principale revenait à celui qui a sorti la fête des universités pour en faire un rendez-vous commercial pharaonique : le groupe Alibaba et ses dizaines de sites marchands. Comme le veut la tradition mercantile du Chinois, la journée du 11 novembre débutait dès minuit, après plusieurs heures de gala retransmis en direct où les stars de la télé nationale se bousculaient à côté de Nicole Kidman ou Pharell Williams. Téléshopping géant, le gala d’Alibaba allait ainsi durer toute la nuit. Minute après minute, le show était rythmé par le compteur géant qui surplombait la scène : le volume des transactions financières réalisées sur Alipay et les sites du géant.

Alibaba 2016

En deux minutes, le milliard de dollars est atteint. Seize heures plus tard, le géant chinois bat définitivement son record personnel en atteignant les 20 milliards de dollars. La journée se termine lorsque le compteur affiche 25,3 milliards de dollars. Une nouvelle excellente journée des célibataires pour le leader asiatique qui a alors vendu tout ce qui était imaginable : électroménager, alimentaire, mode, jouets, etc. Aucun événement commercial peut imaginer en faire autant : le Black Friday américain compte seulement 3,3 milliards de dollars de recettes pour les transactions en ligne.

En Chine, les achats sont faits sur smartphone : les Echos rappellent que dans les premières minutes de cette nuit de record, 90 % des achats sont réalisés en effet sur mobile. Les différents sites du géant, T Mall, Taobao, Aliexpress, etc., comptent autant d’applications sur lesquelles les achats se font en quelques secondes et les paiements sont instantanés. En outre, les marques internationales participent elles aussi à cette ruée vers l’or à coup de rabais : Uniqlo, L’Oréal ou encore Nike entrent dans la danse pour séduire les quelques 1,48 milliard de clients qui ont payé grâce à Alipay ce 11 novembre.

Les paillettes et la folie des records n’éclipsent toutefois pas le lourd bilan environnemental de cette fête du clic : à peine quelques jours avant le début de l’événement, Greenpeace rappelait qu’il s’agissait d’une catastrophe environnementale responsable de pas moins de 258 000 tonnes d’émission de CO2.

Partager sur les réseaux sociaux