Quelques semaines après avoir procédé à l'acquisition de Pebble, la société Fitbit va se séparer d'une partie de ses salariés. 110 personnes sont concernées, soit 6 % de l'ensemble du personnel.

Fitbit réduit la voilure. Le spécialiste du bracelet d’activité et des objets connectés va procéder au licenciement d’une partie de ses effectifs en raison d’un quatrième trimestre 2016 nettement moins satisfaisant que prévu. Au total, ce sont 6 % des salariés qui vont devoir plier bagage, soit 110 personnes.

La réduction prochaine du personnel de Fitbit survient quelques semaines après l’annonce du rachat de Pebble, une société spécialisée dans les montres connectées qui avait fait grand bruit il y a quelques années en réussissant un financement participatif pour concrétiser ses modèles.

Fitbit n’a pas détaillé les secteurs qui seront touchés par la diminution du personnel. Avec l’achat de Pebble, on peut imaginer qu’une chasse aux emplois redondants sera faite, au nom de la rationalisation. Toute la question est de savoir si l’effort sera partagé entre Fitbit et Pebble ou si c’est ce denier qui supportera ces départs.

Fitbit acquiert Pebble puis annonce une réduction d’effectifs

Les difficultés de Fitbit illustrent la mutation qui traverse le marché des gadgets connectés. À l’enthousiasme des débuts a succédé une accalmie dans les marchés développeurs où Fitbit mettait l’accent. Même si certains marchés émergents sont prometteurs pour prendre le relais, comme en Asie, le secteur n’a pas réussi à démontrer le caractère indispensable de ce genre d’appareil.

En marge de la suppression de plusieurs dizaines de postes, Fitbit a aussi l’intention de baisser les dépenses opérationnelles de 200 millions cette année, de façon à aligner les ventes avec les dépenses en marketing, selon des propos rapportés par The Verge. Il reste maintenant à savoir si les mesures que prend l’entreprise lui permettront de passer sans encombre le creux de la vague.

À lire sur Numerama : 4 questions sur le rachat de Pebble par Fitbit

Partager sur les réseaux sociaux