Pour limiter la propagation des faux avis, Amazon limite désormais à cinq le nombre de commentaires par semaine qu'un utilisateur peut publier sans faire vérifier ses achats.

Les faux commentaires publiés sur les sites de e-commerce sont une catastrophe à la fois pour les plateformes, qui aimeraient ne pas voir prospérer sur leurs pages des avis falsifiés, et pour les internautes, qui tiennent à lire l’opinion d’autres clients avant de décider s’il faut passer commande ou non. Or, il n’est pas simple de distinguer un message fiable d’une fausse réaction.

Sur ce terrain, Amazon est en toute première ligne. Du fait de son statut de géant du e-commerce, le site doit faire face à des milliers et des milliers de faux avis. Dès lors, il doit multiplier les initiatives pour les combattre, de l’action en justice contre les sites proposant des opinions falsifiées à la purge ponctuelle des messages sur son site qui ont été détectés comme trompeurs.

Pas plus de 5 commentaires d’achats non-vérifiés par semaine

Dernière mesure en date, la limite du nombre d’avis qu’un internaute peut publier par semaine si les achats qu’il a passés n’ont pas été vérifiés par une preuve d’achat. GeekWire explique qu’Amazon restreint désormais ce seuil à cinq commentaires par semaine. Pour dépasser ce plafond, il devient impératif de faire vérifier l’acquisition correspondant à l’avis que l’internaute cherche à partager.

« Un commentaire Achat Vérifié Amazon signifie que nous avons vérifié que la personne qui écrit l’avis a acheté le produit sur Amazon et n’a pas reçu le produit à un rabais important », écrit Amazon sur sa page d’aide. « Les opinions qui ne sont pas marquées sont aussi précieuses mais nous ne pouvons pas confirmer que le produit a été acheté sur Amazon ou que le client n’a pas payé un prix qui n’est pas disponible pour la plupart des acheteurs Amazon ».

Quelques exceptions existent : la restriction ne concerne pas une bonne partie des biens culturels que propose la plateforme (livre, musique, vidéo), par exemple. Les retours liés au programme Vine sont aussi exclus.

Enjeu financier

La lutte contre la prolifération des faux avis revêt un enjeu économique pour Amazon, car son image de marque a tout à perdre à les laisser perdurer. La plateforme donnerait en effet une impression de laxisme et d’incertitude si elle ne faisait rien contre ce fléau et elle risquerait alors de voir sa clientèle privilégier d’autres sites de e-commerce jugés bien plus sérieux dans la tenue de leurs pages.

Si la fiche technique d’un produit a son importance, tout comme son visuel, les avis laissés par d’autres internautes ont aussi un rôle important dans l’acte d’achat : une étude menée par le Cefrio montre que deux internautes sur trois lisent et prennent en compte l’opinion de ceux qui possèdent déjà le produit proposé à l’achat. C’est même une tendance qui a tendance à progresser avec le temps.

À lire sur Numerama : Amazon s’attaque aux auteurs de faux avis

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés