Amazon a lancé en octobre une vaste opération de suppression de commentaires peu crédibles. D'après des analystes, l'entreprise a largement diminué le nombre d'évaluations malhonnêtes.

Les commentaires « payés » d’Amazon ont été en grande partie supprimés de sa plateforme de vente en ligne. Cette épidémie d’avis bidons repose sur un système dans lequel différents vendeurs proposent, gratuitement ou à un prix réduit, leurs produits aux clients en échange d’un commentaire très positif. Une tendance qui nuit considérablement à la crédibilité des avis publiés sur Amazon.

Le géant américain a donc réagi drastiquement face à ce problème. D’après ReviewMeta — un site qui analyse des millions de commentaires sur Amazon pour aider ses clients à trouver des produits fiables –, l’entreprise américaine a supprimé récemment la plupart de ces commentaires bidons.

crédits : ReviewMeta.com
Le pourcentage quotidien des commentaire bidons sur Amazon. crédits : ReviewMeta.com

ReviewMeta a analysé 32 060 produits et 65 millions commentaires, ce qui lui a permis de constater qu’Amazon en a effacé 500 000, dont 71 % étaient considérés comme « achetés ». La moyenne d’évaluation de ces derniers s’élève à 4.75 étoiles, bien plus haute que celle des commentaires normaux, de 4.36 étoiles.

Par conséquent, les produits en vente ont été dépouillés de milliers de commentaires, comme par exemple ce produit de beauté qui a perdu environ 9 000 commentaires.

Les analyses de ces deux dernières semaines, réalisées sur 10 millions de commentaires, ont amené ReviewMeta à constater que seulement 1.5 % d’entre eux étaient peu crédibles. Son patron, Tommy Noonan, l’affirme : «  Cette tendance est considérablement inférieure  à celle que l’on observait auparavant ».

crédits : ReviewMeta.com
La moyenne d’évaluations quotidiennes faites sur Amazon. crédits : ReviewMeta.com

Évidemment, Amazon n’a pas réussi a éliminer complètement le problème des commentaires malhonnêtes, mais c’est déjà une étape importante de franchie dans sa lutte permanente contre les failles du système.

 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés