Après le départ de son PDG historique, Tony Fadell, poussé vers la sortie par Alphabet, les doutes et les rumeurs ont repris concernant l'avenir de Nest. Mais juste après son installation, Marwan Fawaz, le nouveau dirigeant rassure déjà : la société ne sera pas vendue par Alphabet.

Google a annoncé la sortie de son Home, petite enceinte intelligente à la manière de l’Echo d’Amazon, pour préparer le marché de la domotique et s’installer durablement dans les foyers avec son assistant virtuel. Le défi est de taille car il faut fournir un appareil à la fois accessible, légitime et créant la demande dans un segment encore fragile, la maison connectée.

Et pour ce segment, on pensait qu’Alphabet pariait sur Nest, qui avait été racheté par Google. Mais la société, malgré le budget illimité que lui avait octroyé Mountain View n’a jamais été en mesure d’introduire un tel produit finalisé sur le marché. Devant la crise interne à la startup, Alphabet a laissé Google reprendre le projet.

À lire sur Numerama : Google a un projet d’objet connecté qu’il préfère ne pas confier à Nest

Dès lors, les rumeurs des analystes et des indiscrets de la Silicon Valley se sont affolées. Que pouvait-il se passer chez Nest pour qu’une startup aussi prometteuse ne soit pas en mesure de finaliser une introduction sur le marché d’un tel objet ? Les mauvaises langues et à l’évidence Alphabet, rejetèrent la faute sur le co-fondateur et PDG Tony Fadell. L’ex-CEO de Nest avait rejoint Google après avoir fondé Nest lors de son départ d’Apple.

Un passage chez Apple qui aura largement marqué l’entrepreneur, Ars Technica allant jusqu’à se moquer de lui en le décrivant comme le Steve Jobs auto-proclamé de Nest, une startup infructueuse. Tony Fadell est connu chez Alphabet pour son perfectionnisme presque maladif qui selon les employés relevait plus souvent du despotisme que du génie.

Alphabet a eu l’élégance de pousser Tony Fadell en dehors de Nest, en lui proposant un poste de conseiller auprès d’Alphabet. Fonction plus honorifique qu’exécutive…

Une nouvelle histoire à écrire

En nommant à la succession de Fadell, Marwan Fawaz, Alphabet a semé le trouble et dans la startup et dans le petit monde de la tech. De nombreux analystes commençaient déjà à imaginer un scénario dans lequel Fawaz reprenait Nest le temps de garder l’entreprise à flot pour une belle vente. Mais dans ses premières déclarations que The Verge a dévoilé, le nouveau PDG se montre particulièrement rassurant pour ses employés. Nest restera chez Alphabet et Alphabet conservera Nest.

Dans sa note, le nouveau dirigeant clarifie ses ambitions : « Mon seul agenda pour Nest est de croître grâce à des produits innovants. Nest n’est pas à vendre. Et grandir et innover n’est pas contradictoire.  » Il rajoute aussi, toujours en direction de ses employés : « Beaucoup d’entre vous ont demandé s’il y avait du changement dans notre stratégie et notre direction. Il n’y en a pas. Nous avons besoin de nous concentrer sur l’excellente feuille de route que nous avons déjà mise en place. »

Le nouveau dirigeant se montre assez classique et ne prépare pas de révolutions, ce qui n’est pas forcément mauvais signe. En revanche, Marwan Fawaz sait très bien que son entreprise a un problème de communication et de lisibilité. Pour s’en sortir, il parie sur la commercialisation de leur prochain projet qui devrait redorer le blason de la startup. Il le formule ainsi : « [Lancer un nouveau produit] C’est ainsi que nous recommenceront la narration autour de Nest, en rappelant à nos clients, à nos partenaires et à nos compétiteurs comment nous sommes devenus les numéro un de la maison connectée en premier lieu. »

Une place de leader que Nest a perdu et il faudra à la société un produit domotique plus innovant que le Home de Google, afin de clarifier la légitimité de la startup dans l’écosystème Alphabet. Et ce n’est pas super bien parti : il semblerait que ce produit soit une caméra Nest… pour l’extérieur. Pas de quoi nous techno-exciter.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés