Un employé de Nest, une filiale de Google, a porté plainte contre son ancienne entreprise. Il aurait été licencié pour avoir posté sur Facebook des memes très critiques à l'égard de son patron, qui a lui-même été placardisé. Il juge le licenciement abusif.

Il n’est jamais bon de se moquer de son patron sur les réseaux sociaux. Un employé de Nest, la startup rachetée par Google et spécialisée dans les objets connectés pour la maison (thermostat, alarmes, caméras…), en a fait les frais. Ce chef de projet, resté anonyme, a déposé plainte en mai contre son ancienne entreprise ainsi que contre Google qui l’a rachetée en 2014 pour 3,2 milliards de dollars. Celui-ci aurait été viré pour avoir posté sur un groupe privé Facebook des memes peu flatteurs à l’encontre de son patron.

Les employés veulent un meilleur environnement de travail

La plainte a été déposé au près du National labour relation board, l’agence américaine chargée d’enquêter sur les pratiques illégales dans le monde du travail. L’employé y explique que « Tony Fadell, le PDG actuel de Nest, est un mauvais meneur d’hommes. Il a créé une ambiance de travail qui est une pagaille totale. Les employés de Nest veulent que leur environnement de travail soit meilleur. Ils veulent un environnement de travail au moins aussi bon que celui de Google. En ce moment, sous la directions de Fadell, les employés sont maltraités ou licenciés pour avoir usé de leurs droits privés en utilisant des réseaux sociaux tels que Twitter, Facebook et Snapchat ».

Le patron Tony Fadell n’est plus en poste depuis le 3 juin dernier mais le co-fondateur de Nest était effectivement très critiqué pour son caractère jugé tyrannique. Pour se moquer de lui, certains employés de Nest se sont donc amusés à créer des memes humoristiques, qu’ils se partageaint en privé. Or, ces derniers ont fuité dans la presse en avril.

L’ex-employé a déclaré à un enquêteur qu’il n’était pas à l’origine de cette fuite mais qu’il avait bien publié des posts très critiques et que c’est à cause de cela qu’il a été licencié.

Capture d'écran Recode.

Selon ses avocats, ce licenciement irait à l’encontre de la loi. Leur but est d’obtenir une compensation financière et, éventuellement, forcer Nest à ré-embaucher leur client. Dans sa plainte, celui-ci estime également que « Google doit revoir sa politique de confidentialité pour que les employés puissent avoir le droit de discuter de leur conditions de travail avec n’importe qui ».

Depuis son rachat en 2012, Nest ne répond pas aux objectifs fixés par Google et semble aujourd’hui laissée à l’abandon, le projet Google Home ayant même été réalisé directement par la maison-mère, plutôt que par sa filiale domotique. Un nouveau PDG a donc pris les commandes et Tom Fadell a été muté à Alphabet en tant que conseiller pour Larry Page.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés