Nous avons pu essayer la version « full power » du scooter électrique futuriste de BMW. Puissant, rassurant, endurant, connecté, il démontre avec brio tout le potentiel de ce genre d’engins, même si son gabarit est un peu grand pour nos centres-villes étriqués.

Le BMW CE 04 se présente comme un véritable concept-bike dans la ville, comme le prouvent les regards hallucinés des nombreux conducteurs de scooters arrêtés aux feux à côté de nous. Pour la deuxième génération de scooter électrique de BMW, les designers bavarois se sont lâchés ! Une prise en main d’une bonne demi-journée dans les rues de Barcelone et ses alentours nous a permis de prendre la mesure de cet engin qui semble tout droit sorti de Akira. Long et bas, tout en formes simples assemblées dans un ensemble complexe, on pourrait y voir un Transformer, prêt à changer d’apparence… 

Mais revenons sur l’asphalte, pour détailler ses points de design principaux, en commençant par son avant qui « mange » la roue dans le carénage, tandis que des coques habillent les disques de freins. Le regard des feux à LEDs est perçant, surligné d’un étrange petit saute-vent orange sur notre version d’essai. On apprécie la qualité de construction et de finition de cet objet design qui fait son effet en mouvement comme appuyé sur sa béquille latérale avec frein de parking automatique (béquille centrale en option). La partie centrale abrite distinctement un coffre éclairé à ouverture latérale dans lequel on peut ranger un casque intégral et un câble bien enroulé. 

Derrière lui, un bloc abrite le moteur électrique synchrone à aimant permanent et ses accessoires, refroidis par eau. Au-dessus, la très fine selle flottante souligne la silhouette hors du commun de cet engin, jusqu’à sa roue arrière visuellement détachée, avec un seul (gros) amortisseur, un monobras et une courroie de transmission apparente. Sauvage !

bmw -04_MJ_16_ 10
Le BMW CE 04 // Source : BMW
-04_MJ_16_ 18
Un endroit original pour ranger son casque // Source : BMW
bmw -04_MJ_16_ 19
L’arrière du CE 04 // Source : BMW

Un gabarit important mais un centre de gravité rassurant

Le démarrage se fait sans clé, il est rapide, le scooter étant opérationnel avant même que l’animation de son écran ne soit terminée. Dès les premiers mètres parcourus au guidon, on apprécie la facilité de prise en mains de ce gros bébé : 2,28 m de longueur totale, avec un empattement XXL de 1,67 m, pour un poids de 231 kg. Mais comme sa selle est basse et l’ensemble étroit (et le centre de gravité bas avec les quelque 55 kg de batterie au niveau des pieds), la maniabilité à basse vitesse est étonnante, du moins dans les grandes avenues de la capitale catalane. Le gabarit et le rayon de braquage seront plus problématiques au cœur du trafic englué des petites rues parisiennes… La marche arrière pourra aider pour les manœuvres de parking.

Au feu vert, difficile de résister à l’appel de la poignée droite, la clé pour des accélérations foudroyantes, grâce aux 42 chevaux de notre version réservée aux titulaires du permis moto A2/A. Une version destinée aux permis A1 (permis B + formation de 7 h, limitée à 23 kW de puissance) est aussi au programme. Toutes deux affichent une même valeur de couple de 62 Nm, de quoi offrir de belles relances. Le freinage régénératif est puissant, contribuant à la recharge comme à la conduite, évitant souvent le recours aux freins, jusqu’à l’arrêt si on anticipe un peu l’arrivée au feu rouge.

Lorsqu’il repasse au vert, 2,6 secondes suffisent pour accélérer de 0 à 50 km/h, dans un sifflement typique. L’antipatinage de série s’assurer d’éviter toute perte d’adhérence, tandis que le solide freinage reçoit naturellement un ABS. En option, ces deux assistances peuvent être upgradées pour des versions plus sophistiquées prenant en compte l’inclinaison en virage, équipant notre machine d’essai. Il est possible de choisir parmi plusieurs modes de conduite : Eco, Rain, Road ou Dynamic (en option) qui jouent sur la réactivité de la poignée droite et le niveau de récupération.

BMW CE 04_Valeano_MJ_ 35
L’essai du BMW CE 04 par notre journaliste. Source : BMW

Sur les petites routes qui surplombent Barcelone, nous avons apprécié la rigueur de comportement lorsqu’on hausse le ton. Maniable en petits virages, très stable sur voies rapides (vitesse maxi : 120 km/h), le scooter BMW est à l’aise partout. Il montre juste ses limites question protection aérodynamique à partir de 100 km/h, sans le pare-brise haut optionnel. Le confort est très correct pour ceux qui apprécient une certaine fermeté, tant côté amortissement qu’au niveau de la selle, très fine. 

La position de conduite est excellente et peut être changée en glissant ses jambes le long des platines repose-pieds qui courent du tablier avant à l’aplomb des genoux : relax ou plus agressif, on a le choix. Le passager sera moins choyé, avec l’impression d’être au bord de la selle, prêt à tomber sur la roue arrière et sans poignée de maintien efficace… 

Autonomie réelle au-delà des 100 km

La batterie (40 cellules li-ion Samsung) offre une capacité utile de 8,5 kWh. Nous avons constaté une consommation d’environ 7 kWh/100 km avec la conduite peu économique de notre essai en ville et sur route. À ce rythme, l’autonomie réelle dépassera les 100 km, il est donc possible d’approcher les 130 km revendiqués par le constructeur en adoptant une éco-conduite et en ayant recours au mode Eco. Un excellent résultat pour un usage quotidien, même si le précédent modèle de BMW, le C Evolution, certes plus gros, lourd et cher, offrait jusqu’à 160 km d’autonomie officielle. 

Pour la recharge, le CE 04 est équipé de série d’un chargeur de seulement 2,3 kW. Résultat, pour la version A2, il faut 4h20 pour une charge complète de 0 à 100 %, réduite à 1h40 si on prend le chargeur optionnel (1 240 €) de 6,9 kW. Plus intéressant en usage quotidien, on peut retenir que dans cette configuration on pourra passer de 20 à 80 % en 45 min, ce qui est encore un peu lent, mais jouable. Pas de recharge rapide DC au programme, c’est techniquement impossible d’après les ingénieurs bavarois pour une batterie de cette taille.

BMW CE 04_210_jk
La recharge du BMW CE 04

Connectivité accomplie

Comment imaginer un scooter électrique haut de gamme moderne sans une connectivité complète ? Heureusement, BMW a bien compris l’importance de cet aspect et fournit de série un très bel écran de bord de 10,25’’, en résolution full HD anti-réflexion parfaitement lisible, même sous le soleil catalan. Il peut afficher en plein écran la cartographie de la navigation en provenance de l’appli gratuite BMW iOS ou Android connectée en Wi-Fi, le smartphone ayant droit à un rangement parfait dans une boîte étanche dans le tablier, ventilée et pourvue d’une alimentation USB C 12 W et d’un système de fixation.

Elle se verrouille avec la condamnation centrale du véhicule. Une molette et un bouton menu au guidon permettent de jouer avec les différentes possibilités d’affichage, avec le curseur régénération/énergie aidant à la conduite, et dans une fenêtre en mode split screen, la musique, la téléphonie ou l’ordinateur de bord. Enfin, l’appel d’urgence est inclus dans la dotation de base.

IMG_2315
Le tableau de bord du BMW CE 04 // Source : Nicolas Valeano pour Numerama

Un objet de luxe

Le CE 04 est proposé en deux versions de puissance, mais avec un seul prix de base de 12 150 € (ou 180 €/mois en LLD 36 mois sans apport). Une version Pro est proposée pour 13 220 €, comprenant le pack City (770 € sur la version de base) avec poignées chauffantes, surveillance de pression des pneus, béquille centrale et alarme, ainsi que les aides à la conduite Pro et l’éclairage adaptatif en virages. 

C’est cher, mais c’est le prix d’une exclusivité à plusieurs niveaux : avec son look unique, mais aussi car les concurrents sont très rares à ce niveau de performances et de polyvalence. Enfin, pour une qualité made in Germany (Berlin en l’occurrence). Les commandes sont ouvertes et les premières livraisons attendues pour mars 2022. On devrait vite voir dans nos rues cet excellent produit qui pourrait remporter encore plus de succès en France que son prédécesseur, dont jusqu’à 80 % de la production a été exportée chez nous.