La branche AMG de Mercedes a annoncé ses ambitions pour la mobilité électrifiée. Elle compte se servir des enseignements de la Formule 1 pour lancer des bolides hybrides, puis 100 % électriques.

Si les voitures 100 % électriques sont capables de fournir des accélérations franches, qui peuvent surprendre lors des premiers trajets, elles atteignent vite leur pic de performance (afin d’éviter une surchauffe de la batterie). Voilà pourquoi les constructeurs sont parfois obligés de brider leurs véhicules, par exemple en jouant sur la vitesse maximale. Mercedes-AMG, branche axée sur la performance du constructeur allemand, entend pousser la mobilité dans ses retranchements grâce à son expertise dans la Formule 1 — annonce-t-elle dans un communiqué publié le 31 mars.

Les Formule 1 d’aujourd’hui s’appuient sur un bloc hybride, associant un moteur thermique à 6 cylindres de 1 600 cm³ et des technologiques basées sur les propriétés de l’électricité. Concrètement, une Formule 1 est aujourd’hui capable de stocker de l’énergie électrique, produite lors du freinage ou grâce à la chaleur émise par les gaz d’échappement. Elle permet de fournir un surplus de puissance à la monoplace. Ces technologies peuvent ensuite être reprises, sinon adaptées, pour des voitures de série. 

Prototype Mercedes-AMG // Source : Mercedes-AMG

Mercedes-AMG veut lancer des bolides électriques

Pour parvenir à ses fins, Mercedes-AMG va donc se rapprocher des experts de la Formule 1, qui travaillent sur des voitures électrifiées performantes depuis maintenant plusieurs années. La firme allemande a déjà ciblé un point important : le refroidissement des batteries. Elle compte mettre au point un système qui gérera la température des cellules de manière individuelle, par l’intermédiaire d’un liquide non-conducteur. « Le système est pensé pour assurer une distribution de la chaleur équivalente dans toute la batterie », précise Mercedes-AMG, qui s’était déjà rapproché du monde de la F1 avec l’impressionnante Project One.

« Par conséquent, la batterie est toujours dans une fenêtre de température optimale autour des 45 degrés, qu’importe quand elle se charge [freinage] ou se décharge [accélération]. Les systèmes de refroidissement classiques ne permettent pas cela, et la batterie ne peut pas toujours utiliser pleinement sa capacité », vante Mercedes. D’après ses tests, les prototypes auraient déjà avalé plusieurs kilomètres sans aucun problème. Les véhicules offriraient alors des hautes performances de manière permanente.

Mercedes-AMG s’axe avant tout sur des voitures hybrides. Mais, dès cette année, il devrait présenter un véhicule 100 % électrique, dérivé de la plateforme EQ de Mercedes. Le bolide reprendra l’intérieur avec l’écran futuriste MBUX (introduit dans la future EQS) et sera équipé de deux moteurs synchrones déjà capables d’engloutir le 0 à 100 km/h en moins de 4 secondes (vitesse maximale de 250 km/h). On a hâte de découvrir l’autonomie, en espérant que le refroidissement révolutionnaire soit de la partie.

À noter que Mercedes-AMG n’est pas le seul constructeur à s’appuyer sur l’expérience des sports mécaniques pour améliorer ses produits : Jaguar a utilisé son engagement dans la compétition eTrophy et dans le championnat Formule E pour faire évoluer l’autonomie de l’I-Pace.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo