S'il a déjà beaucoup de modèles 100 % électriques dans les tiroirs, Volkswagen compte utiliser sa plateforme MEB pour développer des voitures sportives.

Ces dernières années, Volkswagen a investi dans une plateforme de développement modulaire pensée pour construire toute une gamme de voitures électriques. Le but est d’occuper un maximum de segments, y compris les moins évidents. Dans un article publié le 24 février dans les colonnes d’Autocar, on découvre que la multinationale travaille sur des sportives. À cet effet, une nouvelle technologie de batterie est à l’étude.

« Nous avons commencé à travailler sur les premières batteries pour des voitures sportives de série, grâce à l’équipe dédiée à l’ID.R [le prototype basé sur la performance] », révèle Sven Smeets, directeur du département des sports mécaniques. Volkswagen compte donc se baser sur les enseignements tirés des records établis par l’ID.R pour ses futurs modèles commerciaux. Le bolide s’est distingué à Pikes Peak puis au Nürburgring et au Festival de Goodwood

Volkswagen ID.R à Goodwood // Source : Volkswagen

Une nouvelle batterie pour des sportives Volkswagen

Jost Capito, à la tête de la division R performance, explique qu’il y a plusieurs types de cellules et différentes manières de les assembler. Il ajoute : « Les voitures de série et celles de performance ont des besoins différents, et nous étudions tous les aspects pour voir ce que nous pouvons faire avec la technologie. Nous avons vu comment cela fonctionnait avec la ID.R et, aujourd’hui, nous voulons voir à quoi cela pourrait ressembler sur une voiture de série. » Pour Volkswagen, tout l’enjeu sera de concevoir une batterie suffisamment efficiente pour ne pas que l’autonomie pâtisse des performances plus élevées. Il se donne visiblement du temps puisque la première voiture ne serait pas attendue avant 2025. 

Autocar évoque carrément une concurrente pour le Tesla Roadster, qui promet une accélération de 0 à 100 km/h en un peu plus de 2 secondes, une vitesse maximale susceptible de dépasser les 400 km/h et… une autonomie de 1 000 kilomètres (grâce à une grosse batterie de 200 kWh). La voiture de Volkswagen profiterait de la modularité de la plateforme MEB, qui peut donner naissance à un véhicule à propulsion, à traction ou à quatre roues motrices. Cela permet aux ingénieurs de tester et étudier différentes configurations avant de trouver la bonne. Il en va de même pour la disposition des sièges (2 ou 2+2).

Si les prestations sont au rendez-vous, l’architecture MEB pourrait aussi être employée pour d’autres marques : le média cite une Audi TT 100 % électrique et une Porsche Boxster. Ce serait tout de même étrange puisque les deux constructeurs ont mis leur talent en commun pour concevoir la plateforme PPE, dédiée au segment luxe. Déjà commercialisée, la Taycan se base sur la J1.

Partager sur les réseaux sociaux