Après avoir dévoilé le Cybertruck, Tesla va faire une pause en matière de développement de voiture. Mais comptez sur le constructeur pour des technologies à la pointe.

« Cybertruck est notre dernier produit annoncé pour un moment, mais il y aura de nouvelles technologies (majoritairement) inattendues dévoilées dès l’année prochaine », a expliqué Elon Musk, après la présentation du pickup électrique, dans un tweet publié le 24 novembre. 

On peut tout à fait comprendre que Tesla fasse une pause dans le développement de nouveaux véhicules. Après tout, il a sur le feu le Model Y, le poids lourd Semi, le Roadster et, désormais, le Cybertruck, sans compter les Model S, X et 3. La production de ces produits n’a pas encore commencé et augmenter le catalogue n’aurait aucun sens — sauf à faire des promesses pour un futur de plus en plus lointain. Par exemple, les premiers pickups électriques ne sortiront pas des usines avant fin 2021, au mieux.

Elon Musk et « les nouvelles technologies (plutôt) inattendues »

Qu’entend Elon Musk par « les nouvelles technologies (plutôt) inattendues  » ? Sans doute un peu tout et n’importe quoi quand on connaît la communication du milliardaire, qui a tendance à en faire trop quand il se répand sur Twitter. Il peut difficilement annoncer qu’il n’y aura pas une nouvelle Tesla avant un moment sans promettre quelque chose pour compenser. D’où ces « nouvelles technologies (plutôt) inattendues ».

On sait que Tesla travaille depuis plusieurs semaines sur un nouveau groupe propulseur, articulé autour de trois moteurs. Il devrait également y avoir un châssis inédit, plus axé sur la performance. Ces technologies ne sont pas inattendues puisqu’Elon Musk en a déjà parlé. On peut en dire autant des réacteurs de fusée que certains propriétaires pourront commander en option sur le futur Roadster — option dont on parle déjà depuis plusieurs mois.

Tesla Roadster // Source : Tesla

Le constructeur a d’autres moyens d’améliorer ses voitures : en produisant ses propres batteries (plutôt qu’en se tournant vers Panasonic) et en continuant d’améliorer le système d’exploitation et la conduite autonome. Là encore, cela ne serait pas très « inattendu ».

Dans un article publié le 25 novembre, Electrek mentionne un brevet d’essuie-glace fonctionnant avec un laser. Le système nettoyant s’appuierait sur « un bloc optique qui émet un faisceau laser pour irradier une zone sur le verre du véhicule », ainsi qu’un détecteur de débris pour lancer l’opération de nettoyage. La puissance du laser serait pensée pour ne pas traverser le verre. Ok, ça, c’est «  inattendu ».

Partager sur les réseaux sociaux