Harley-Davidson a isolé le problème de batterie qui a touché sa première moto électrique. Ce n'était qu'une fausse alerte et la production a été relancée.

Plus de peur que de mal. Harley-Davidson avait dû stopper la production et les livraisons de la LiveWire, sa première moto électrique, en raison d’un « problème non-standard  » lié à la recharge de la batterie. Bonne nouvelle, le constructeur a annoncé le 18 octobre 2019, dans les colonnes de The Verge, que ce souci apparu après le lancement est désormais de l’histoire ancienne. Il aura duré moins d’une semaine.

« Stopper temporairement la production de la LiveWire nous a permis de confirmer que le problème non-standard identifié sur une moto n’est apparu qu’une seule fois. Nous sommes fiers de nos tests de qualité rigoureux et de notre volonté de proposer les meilleures motos électriques du monde », confie un porte-parole. 

La moto électrique de Harley Davidson // Source : Electrek

Harley-Davidson relance la production de la LiveWire

Ce n’est donc qu’un léger contretemps pour Harley-Davison, qui ne devrait observer qu’un faible retard dans son carnet de commandes. Celles et ceux qui ont déjà reçu leur moto électrique peuvent recommencer à la charger chez eux. Ces derniers jours, ils étaient invités à faire le plein de la batterie chez un concessionnaire pour minimiser les risques. A priori, leur exemplaire ne sera pas rappelé par Harley-Davidson.

En France, les premiers exemplaires de la LiveWire devraient arriver sur les routes en fin d’année. Vendue 33 900 euros, elle est capable d’atteindre les 100 km/h en 3,5 secondes — soit une performance ébouriffante pour qui souhaiterait vivre quelques bonnes sensations derrière un guidon. Et ce, malgré l’absence du gros bruit qui plaît tant aux puristes de la marque.

Partager sur les réseaux sociaux