Pour lutter contre les vols de vélos, la mairie de Paris commence à mettre en place des abris fermés à clé : les véloboxes.

D’ici la fin 2019, la mairie de Paris compte installer des abris à vélos dans toute la capitale : les véloboxes. Ce jeudi 21 mars, les deux premiers ont été installés, à titre d’expérimentation, dans l’impasse Guéménée et dans la rue Jacques Cœur (IVe arrondissement). Dans leur version finale, ces cages métalliques — dont le design n’est pas définitif — seront fermées à clé et accessibles uniquement aux résidents ayant payé un abonnement.

Un des véloboxes installé dans le IVe arrondissement de Paris // Source : Abri Plus

Sous leur forme actuelle, les véloboxes peuvent contenir six bicyclettes et ont été mises gratuitement à la disposition de quelques volontaires. Christophe Najdowski, l’adjoint à la maire, précisait au Parisien que « comme il s’agit d’une expérimentation, le modèle qui sera déployé dans Paris d’ici la fin de l’année ne sera peut-être pas exactement celui-là. » Sa taille et sa contenance mises à part, on sait déjà que son utilisation ne sera pas gratuite et qu’elle devrait coûter « 8 à 10 euros par mois » selon l’élu. D’après le site officiel de Paris,  «  cette expérimentation permettra de déployer dans un premier temps une soixantaine d’abris  », soit 360 places avec les véloboxes actuelles.

Des plaintes dès le lancement

L’annonce des véloboxes a été très vite suivie par des commentaires peu élogieux. Sous le tweet d’Anne Hidalgo, la maire de Paris, beaucoup d’internautes parlent d’abris « pas très esthétiques », voire « moches ». Même en laissant l’esthétique de côté, les véloboxes risquent de ne pas faire plaisir aux automobilistes. Selon Abri Plus, le constructeur, ce modèle prend « une demi-place de parking », ce qui signifie quand même une place en moins pour une voiture. Pas de quoi changer quelque-chose au désamour des automobilistes pour la ville de Paris, qui, elle, reste concentrée sur son plan : faire de la capitale un paradis pour les vélos.

La route est longue.

Partager sur les réseaux sociaux