Hyperloop One, qui rêvait de construire des lignes de transport ultra-rapides grâce à la technologie de l’hyperloop, va fermer à la fin de l’année 2023. L’entreprise avait levé des centaines de millions de dollars, mais n’avait signé aucun projet.

Le rêve d’un hyperloop s’éloigne encore un peu plus : Hyperloop One, anciennement connu sous le nom de Virgin Hyperloop One, met la clé sous la porte. Bloomberg a rapporté la nouvelle le 21 décembre 2023, citant des sources internes à l’entreprise. La direction d’Hyperloop aurait annoncé aux employés que leurs contrats se termineront le 31 décembre 2023, mettant ainsi fin à presque 10 ans d’expérimentations.

L’hyperloop, un projet de transport futuriste et révolutionnaire, devait permettre de transporter très rapidement passagers et marchandises dans des capsules, lancées à très haute vitesse à travers des tubes à basse pression grâce à de la propulsion par champ magnétique. L’idée, formulée en 2013 par Elon Musk, avait enthousiasmé le monde, et de nombreuses entreprises s’étaient lancées, avec l’objectif de construire des hyperloops viables. Avec la fin d’Hyperloop One, un tel plan parait aujourd’hui difficilement atteignable.

Les difficultés d’Hyperloop One

Hyperloop One, créée en 2014, avait réussi à lever 450 millions de dollars pour ses divers projets d’hyperloop — dont un trajet pour les marchandises qui aurait permis de relier la Chine à l’Europe en un jour. Mais, l’entreprise a, au fil des années, rencontré de nombreuses difficultés. Les tests n’ont jamais réussi à atteindre la vitesse escomptée, atteignant au maximum 160 km/h seulement, contre les 1200 km/h annoncés.

Une capsule imaginée par Hyperloop One. // Source : Virgin Hyperloop One
Une capsule imaginée par Hyperloop One. // Source : Virgin Hyperloop One

En plus de l’échec technologique, l’entreprise s’est fait connaître pour de mauvaises raisons. L’un des cofondateurs d’Hyperloop, Brogan BamBrogan, aurait retrouvé une corde en forme de nœud coulant un jour sur sa chaise de bureau, et l’autre fondateur, Shervin Pishevar, est accusé de harcèlement sexuel. Enfin, un ancien directeur d’Hyperloop One, Ziyavudin Magomedov, a été arrêté à Moscou après avoir été accusé de détournement de fonds, rappelle Bloomberg.

Virgin, qui avait investi massivement dans l’entreprise, s’est également séparé d’Hyperloop en février 2022 — l’entreprise venait d’annoncer qu’elle allait se concentrer sur le transport de fret, et non de passagers. Le départ de Virgin a certainement porté un coup fatal à Hyperloop One, qui n’avait jamais réussi à signer de contrats, selon Bloomberg. La liquidation des possessions de l’entreprise serait en cours.

Une partie d’Hyperloop devrait néanmoins survivre. DP World, un exploitant portuaire appartenant au gouvernement de Dubaï, possède toujours la majorité des actions de l’entreprise, et recevra donc les droits de propriété intellectuelle, notamment concernant leurs avancées.

Hyperloop One était l’entreprise la plus avancée et la plus médiatique du secteur des hyperloop, mais sa faillite ne signifie pas l’abandon total du projet. « Plusieurs entreprises spécialisées dans l’hyperloop en sont à divers stades de construction de prototypes, notamment Hardt Hyperloop, Hyperloop Transportation Technologies, et Swisspod Technologies », rappelle Bloomberg.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.