Ne plus perdre de 1 point sur le permis de conduire pour un petit dépassement de la limitation de vitesse va indéniablement être populaire auprès des automobilistes. L’annonce, qui va favoriser les plus aisés, est toutefois critiquée par les associations pour plus de sécurité routière.

Souvent par inattention, les conducteurs se font flasher par un radar pour quelques kilomètre-heure au-dessus de la vitesse autorisée. 58 % des 13 millions de PV dressés chaque année concernent ce type d’infraction. Pourtant, les radars intègrent déjà une marge de tolérance de 5 % avant de sanctionner. Gérald Darmanin a annoncé que les textes évolueraient au 1er janvier 2024 par décret, pour ne plus retirer de points du permis de conduire, dans le cas où l’excès de vitesse n’excèderait pas 5 km/h en plus de la marge de tolérance du radar.

Derrière cette bonne nouvelle pour l’ensemble des détenteurs du permis de conduire, la décision soulève des inquiétudes quant au message envoyé pour la sécurité routière. Ce changement devient aussi une mesure plus inéquitable entre les conducteurs.

La perte de point disparaît mais l’amende reste

Le gouvernement ne veut pas lever complètement les sanctions autour de ce qui est qualifié comme des « petits excès de vitesse ». La perte de 1 point sur le permis, qui pouvait être récupéré en 6 mois si aucune autre infraction n’était constatée dans l’intervalle, va disparaitre. Par contre, l’amende reste bien en place pour sanctionner le conducteur. Le montant de la contravention varie selon le type de route entre 68 € et 135 € (à ne pas confondre avec les tentatives d’escroquerie en ligne) :

  • En agglomération (vitesse inférieure à 50 km/h) : 135 €, minorée à 90 € en cas de règlement rapide ou majorée à 375 € en cas de retard de paiement.
  • Hors agglomération (routes et autoroutes) : 68 €, minorée à 45 € et majorée à 180 €.

Si tous les conducteurs sont égaux face à la perte des points, ils ne le sont pas autant face à une simple amende. Ainsi, les conducteurs les plus aisés seront moins pénalisés que les conducteurs plus modestes, car ils auront les moyens d’absorber la pénalité financière.

Quid des véhicules utilitaires et des poids lourds ?

Tant que le décret n’est pas passé, certaines précisions sont manquantes, sur catégories de véhicules et de conducteurs concernés par la suppression de la perte de point pour ces écarts de vitesse.

Pour gagner quelques précieuses minutes, certains professionnels de la route pourraient être tentés de presser le rythme. Le cas des poids lourds et des véhicules utilitaires inquiète particulièrement. Avec le poids des véhicules, les conséquences d’un relâchement sur le respect des vitesses peut avoir de lourdes conséquences lors d’accidents.

Personne, ou presque, n’a perdu son permis qu’avec des « petits » excès de vitesse à 1 point

Plus de 7 millions de points sont retirés sur les permis de conduire par an pour des dépassements de vitesse « proches » de la limitation. Il est par contre extrêmement rare qu’un automobiliste arrive à perdre l’ensemble de ses 12 points (ou 6 pour les permis probatoires), juste avec ces infractions dépassant de moins de 5 km/h la limite de vitesse. Ces points bêtement perdus étaient quand même une manière efficace de pousser les conducteurs à se ressaisir et à redoubler de vigilance pour récupérer le point perdu en l’espace de 6 mois.

Périphérique parisien à proximité du parc des Princes // Source : Raphaelle Baut
Périphérique et sa limitation à 70 km/h // Source : Raphaelle Baut

Un mauvais signal envoyé sur l’attention des conducteurs, surtout en ville

Le plus inquiétant concerne quand même la circulation en agglomération. De plus en plus de villes intègrent des limitations à 30 km/h pour favoriser la cohabitation entre les différents modes de déplacement, il y a un risque que les personnes considèrent que 35 km/h devienne une vitesse acceptable dans ces zones. Les associations contre les violences routières craignent de voir les incidents se multiplier, notamment pour ceux que les amendes n’inquiètent pas.

Radar automatique  // Source : Raphaelle Baut pour Numerama
Radar automatique en ville // Source : Raphaelle Baut pour Numerama

Les conducteurs sont déjà bien trop souvent distraits par leur téléphone ou leur GPS ; lever une partie de la sanction en cas d’excès de vitesse, n’est pas vraiment le bon message à adresser pour la sécurité routière et le partage de la route.

Il faudra cependant attendre la publication du décret pour connaître l’ensemble des changements que le texte pourrait apporter au 1er janvier 2024. Le décret peut être plus précis que le Ministre de l’Intérieur sur le contour de ce changement.

L’automobile électrique est un secteur en plein boom, mais encore faut-il les clés pour le comprendre. Abonnez-vous à Watt Else, la newsletter gratuite de Numerama, garantie 100 % sans langue de bois sur la mobilité de demain.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous voulez tout savoir sur la mobilité de demain, des voitures électriques aux VAE ? Abonnez-vous dès maintenant à notre newsletter Watt Else !