Les écouteurs Beoplay EX de la marque de luxe Bang & Olufsen ajoutent un argument de style à des atouts technologiques qu’on trouve ailleurs. Et le prix s’en ressent.

Bang & Olufsen fait partie de ces marques intrigantes. Vous êtes sans doute déjà passé à côté d’une boutique, sans y rentrer par peur de lorgner sur des produits que vous ne pourrez jamais vous payer (le problème du luxe). Avec ses écouteurs Beoplay EX, l’entreprise ne compte pas changer son fusil d’épaule.

On parle en effet d’écouteurs haut de gamme commercialisés à 400 €. Pour ce prix, la fiche technique fait rêver : réduction de bruit active, mode transparence, application compagnon, boîtier de recharge sans fil… À ces arguments très classiques, et indispensables pour un tel positionnement, Bang & Olufsen ajoute une emphase sur le design. Est-ce suffisant ?

Des écouteurs qui ne laissent pas indifférent

Parés pour le sport ?

Les Beoplay EX sont certifiés IP57, ce qui assure une résistance aux éclaboussures et à la sueur. Parfait pour faire la belle ou la beau à la salle de sport.

Avec les Beoplay EX, Bang & Olufsen ne vend pas simplement des objets technologiques. La marque tient aussi à proposer un produit pensé pour le style. Un argument que certains trouveront futile, mais qui est pleinement assumé. De fait, dans le cadre de ce test, j’ai demandé à deux personnes ce qu’elles pensaient du design des Beoplay EX. La première ne s’est pas extasiée, quand la deuxième a lâché un waouh de plaisir sitôt le capot du boîtier ouvert. Ce que dit cette petite expérimentation ? Les Beoplay EX ne laissent pas indifférent, en plus de confirmer qu’un design disruptif n’est jamais aussi réussi que quand il divise — le but recherché étant de créer une émotion, quelle qu’elle puisse être.

Look d’exception

Paradoxalement, les Beoplay EX ressemblent à des écouteurs d’avant, avec cette longue tige qui rend hommage aux premiers AirPods d’Apple. À ceci près que les ingénieurs ont ajouté une sacrée dose d’élégance, avec une association de matériaux nobles qui justifient — un peu — la facture. Ainsi, la structure en polymère — rendu mat — s’habille d’un disque tactile en verre et d’un cercle en aluminium. Et sauf à choisir la finition Black Anthracite, ce n’est pas la discrétion qui est recherchée avec les Beoplay EX. Bref, le design est exquis, même s’il ne plaira pas à tout le monde.

À écouteurs au look d’exception, boîtier, ou plutôt écrin, d’exception. La station de charge sans fil, comme aime l’appeler Bang & Olufsen, ne dénote pas du tout. Pour preuve, elle se pare d’aluminium, renforçant cet ancrage dans le premium. La texture, froide, mais pas glacée, et granuleuse, mais pas trop, est agréable au toucher. C’est pour ce genre de micro détail qu’on peut accepter de mettre 400 € dans des écouteurs, un prix que rien ne justifie, au fond. Mais il faut bien se chercher des excuses, fondées ou non.

DSC01833
Les Bang & Olufsen Beoplay EX // Source : Louise Audry pour Numerama

Toujours l’application magique

Pour profiter pleinement des Beoplay EX, le mieux reste de télécharger l’application Bang & Olufsen, disponible sur iOS et Android. Elle donne accès à plusieurs fonctionnalités intéressantes, sachant que l’appareillement à son smartphone — ou un autre appareil — se fait en quelques secondes depuis les paramètres Bluetooth. Nous sommes en 2022 et cette technologie de communication est désormais maîtrisée à 100 %. On n’a d’ailleurs constaté aucun problème de liaison pendant nos quelques heures d’écoute.

Les Beoplay EX sont tous deux pourvus d’une zone tactile autorisant quelques commandes non personnalisables :

Écouteur droitÉcouteur gauche
Un appuiPause/lectureRéduction de bruit
Deux appuis Chanson suivanteChanson précédente
Appui prolongéVolume augmentéVolume baissé

Comme la zone tactile est suffisamment large pour épouser le bout de l’index, l’ergonomie est plutôt bonne. D’autant qu’on ne s’éparpille pas dans les manipulations et que la sensibilité est bien dosée.

DSC01835
Ils sont tellement beaux… // Source : Louise Audry pour Numerama

Confort imparfait

On aurait tellement aimé écrire que le confort des Beoplay EX est irréprochable. Hélas, ce n’est pas tout à fait le cas. On a connu pire. Mais on a connu beaucoup mieux (les AirPods en tête). Le fait est que la partie qui s’insère dans l’oreille est, a priori, quelques millimètres trop épaisse. Par conséquent, on la sent quand les BeoPlay EX sont portés, et cela peut provoquer une certaine gêne après une longue session.

Heureusement que Bang & Olufsen fournit plusieurs embouts — XS, S, M, L — pour faciliter le maintien (les BeoPlay EX tiennent très bien). Outre les quatre options en silicone, on trouve une alternative à mémoire de forme un peu déroutante si on n’est pas habitué. En réalité, il faut l’utiliser plusieurs fois pour se rendre compte de ses vertus : une fois que la matière s’est faite à notre morphologie, on gagne en confort (et aussi en isolation).

On vous conseille en tout cas de tester tous les embouts mis à disposition : alors que j’ai l’habitude de la taille M sur les autres écouteurs, dans le cas des Beoplay EX, c’est la taille S qui me convient le plus.

DSC01836
Les embouts à mémoire de forme // Source : Louise Audry pour Numerama

Son délicat et précis

Les BeoPlay EX sont pourvus d’une réduction de bruit active, avec trois niveaux d’efficacité et un mode adaptatif (le switch est un peu long). Si la fonctionnalité fait un travail suffisant d’atténuation, elle ne parvient pas à tout supprimer non plus. Vous pourrez passer l’aspirateur sans être agacé par son bruit, mais certaines décibels continueront de passer au travers des mailles du filet. On notera quand même que le traitement est assez naturel, avec aucun souffle perçu. On n’en dira pas autant du mode Transparence, plus superficiel que celui des AirPods Pro en comparaison. Si vous recherchez la meilleure réduction du bruit au format écouteur du marché, les BeoPlay EX ne sont pas les mieux placés.

En revanche, les performances acoustiques sont vraiment de haute volée. Bang & Olufsen a opté pour un haut-parleur de 9,2 millimètres de diamètre, qui assure d’abord une belle assise dans les graves (sans jamais tomber dans le zèle, avec une délicatesse bienvenue). Globalement, on a l’impression d’écouter des morceaux de musique remplis de détails, avec un travail intéressant sur la profondeur et une appropriation pertinente de la scène stéréo. Pour des écouteurs, c’est vraiment bluffant. En résulte une signature très chaleureuse avec le mode d’écoute Optimal. Elle est seulement trahie par des aigus qui, parfois, peuvent un peu siffler.

À noter que l’application donne accès à un égaliseur très bien fait. Baptisé Beosonic, il prend la forme d’un cercle découpé en quatre zones — Claire, Dynamique, Chaud et Détendu — sur lequel on peut balader un curseur afin de jouer sur le niveau des basses et des aigus. Cela permet de mieux comprendre ce qu’on fait quand on est moins expert, par rapport à une courbe d’ajustement avec des fréquences.

DSC01838
Oui le verre attrape les traces de doigt (mais c’est quand même joli) // Source : Louise Audry pour Numerama

Quelle autonomie ?

L’autonomie en une seule charge est comprise entre 6 et 8 heures selon que vous activiez ou non la réduction de bruit active. Elle grimpe à 21 heures en tout, grâce au boîtier compatible avec la charge sans fil. Sur ce terrain, les Beoplay EX ne sont pas les meilleurs du marché.

Le verdict

Il serait bien évidemment très facile d’attaquer les Beoplay EX sur le critère du prix. À 400 €, ils rebuteront nombre de personnes intéressées par des écouteurs pourvus d’un maximum de fonctionnalités. Mais Bang & Olufsen ne s’adresse pas à monsieur-tout-le-monde. Il vise une clientèle qui fait du design une priorité, un argument supplémentaire pour se démarquer et ne pas porter des AirPods comme les autres.
D’autant que Bang & Olufsen ne se range pas uniquement derrière l’argument luxueux des Beoplay EX, qui sont bien plus que de très jolis écouteurs. Derrière l’apparence de haute couture se cachent d’abord des prestations acoustiques au-dessus de la mêlée (désolé Apple), un critère indispensable quand on parle d’un produit audio. Dommage que le confort discutable, la réduction de bruit tout juste moyenne et une autonomie en retrait grèvent un peu ses ambitions.

Certains liens de cet article sont affiliés. On vous explique tout ici.