Google prend des restrictions additionnelles autour de la guerre en Ukraine. Désormais, les contenus ne peuvent plus être monétisés sur ce sujet, pour éviter notamment les fausses nouvelles.

C’est par un mail, adressé le 13 avril 2022 aux annonceurs, que Google vient de clarifier ses règles à l’égard des contenus qui cherchent à gagner de l’argent sur la guerre en Ukraine : cette monétisation n’est plus possible. Ce changement de politique, explique la société américaine, vise à limiter l’émergence de fausses informations sur le conflit en cours dans l’est de l’Europe.

La modification s’applique indistinctement aux contenus qui « exploitent, nient ou cautionnent la guerre », mais la firme de Mountain View cible notamment ce qui relève de la désinformation. En guise d’exemples, Google cite les allégations selon lesquelles l’Ukraine commet un génocide ou attaque délibérément ses propres citoyens.

Google Ukraine
Le message adressé aux annonceurs. // Source : Capture d’écran

Des restrictions progressives

L’annonce de la société fait écho à des mesures similaires prises en d’autres temps, sur des sujets équivalents pouvant charrier des fake news. En mars 2020, lorsque l’épidémie de coronavirus se répandait à toute vitesse en Occident, YouTube, une filiale de Google, avait ajusté ses règles pour démonétiser des vidéos évoquant le covid-19.

Les modifications de Google sur les contenus monétisés sur la guerre en Ukraine ont été prises il y a quelque temps déjà, mais elles n’étaient pas connues de tout le monde. Le nouveau cadre date du 23 mars, soit près d’un mois après le début des hostilités — une prise de conscience qui semble tardive, bien que Google précise avoir pris une série de dispositions avant.

Ainsi, l’entreprise rappelle avoir décidé avant le 23 mars de fermer plusieurs canaux de financement vers la Russie : dès le 26 février, soit deux jours après l’invasion de l’Ukraine, les médias financés par Moscou ont été privés de monétisation. Le 3 mars, la diffusion d’annonces auprès des utilisateurs situés en Russie a été coupée. Et le 10 mars, de nouvelles restrictions ont été annoncées.