C’est une entreprise américaine parmi les plus importantes du secteur informatique. Née à la fin des années 70, Oracle est surtout connue pour sa fameuse base de données relationnelle. Mais l’origine de son nom l’est moins.

C’est l’un des poids lourds de l’informatique professionnelle. Sa capitalisation boursière atteint les 227 milliards de dollars. Elle emploie plus de 132 000 personnes dans le monde. Elle est derrière le langage de programmation Java depuis 2009 et on lui doit l’un des systèmes de gestion de base de données les plus répandus, avec MySQL ou PostgreSQL.

SDL, RSI puis Oracle

Cette société, c’est Oracle. L’entreprise américaine fondée par Larry Ellison, Bob Miner et Ed Oates fêtera en 2022 ses quarante-cinq ans d’existence. C’est en effet le 16 juin 1977 que la compagnie voit le jour. Mais à l’époque, Oracle ne s’appelle pas encore ainsi. Elle porte un autre nom, beaucoup plus terre à terre : Software Development Laboratories (SDL).

Un nom qui manquait clairement de charme, mais qui a été inspiré d’un papier de recherche scientifique dans l’IBM Journal of Research and Development. Il était alors question d’un prototype fonctionnel de système de gestion de base de données relationnelle — ce que sera Oracle Database, quand l’outil sortira en 1979, deux ans après la fondation de SDL.

Larry Ellison
Larry Ellison, en 2014. // Source : Hartmann Studios

Pour la petite histoire, racontée dans une frise chronologique sur le site d’Oracle, ce nom a été inspiré alors que Larry Ellison scannait des pages de l’IBM Journal of Research and Development. L’Américain avait alors compris qu’aucune entreprise ne commercialisait de système de gestion de base de données relationnelle. Il y avait une place à prendre et un coup à jouer.

Mais avant la naissance d’Oracle Database, les premières années du groupe sont marquées par une instabilité quant à son identité. En 1977, SDL voit le jour. En 1979, un premier changement s’opère : SDL devient RSI, l’acronyme de Relational Software, Inc. C’est l’année de lancement d’Oracle Database et il s’agit de refléter plus précisément le but de la société.

Fin de l’histoire ? Certainement pas. En 1982, deuxième et dernier changement de nom : RSI devient Oracle Systems Corporation, soit Oracle ou Oracle Systems dans le langage courant. L’entreprise adopte en fin de compte le nom de son produit — qui à ce moment-là a déjà quelques années d’expérience et est sur le point d’être mise à jour vers la version 3, en 1983.

Que l’entreprise prenne l’identité de son produit phare se défend. Mais pour autant, cela n’explique pas d’où vient le nom d’Oracle. En fait, c’est un nom qui existait déjà à la fin des années 70, quand la CIA, la très célèbre agence de renseignement américaine, désirait construire une énorme base de données, sous la direction de la société Ampex, raconte le Guardian.

Le nom de code du projet de la CIA était alors… Oracle. Larry Ellison avait été affecté au projet, quand il travaillait alors chez Ampex avec ses deux comparses, Bob Miner et Ed Oates. Les choses, toutefois, tournent mal pour l’Oracle de la CIA. « Le projet a été quelque peu désastreux », écrit à ce sujet le journal britannique. Mais pas pour Larry Ellison et ses compagnons.