Twitter et Telegram sont restés inaccessibles pendant une douzaine d'heures entre le 30 septembre au soir et le 1er octobre au matin. Le problème touchait majoritairement les connexions établies depuis le réseau fixe de l'opérateur historique.

Depuis le 30 septembre au soir et jusqu’au 1er octobre en milieu de matinée, de nombreux internautes ont rencontré des problèmes pour accéder à Twitter et Telegram. Les sites web, les applications ou les sites mobiles sont restés inaccessibles pour de nombreuses personnes en France, comme le signalent les pages Twitter et Telegram de DownDetector. La connexion aux serveurs de jeu FIFA 22 semblait également perturbée.

Le problème semblait toucher tout particulièrement les connexions Wi-Fi établies via les box Orange. De nombreuses adresses IP venues du réseau fixe de l’opérateur n’ont pas pu établir de connexion avec le site de microblogging, ou l’application de messagerie instantanée.

Le nombre de signalements sur DownDetector depuis le 30 septembre // Source : Capture d’écran Downdetector

Passer par la 4G ou un VPN ?

Étrangement, basculer en 4G sur le réseau mobile d’Orange semblait résoudre le problème, pour certains utilisateurs. Se connecter en Wi-Fi, mais via un VPN, permettait aussi de rétablir l’accès aux services touchés. Le problème se situait donc plus probablement du côté de l’opérateur, que de celui de Twitter ou Telegram. Les DNS d’Orange n’étaient à priori pas en cause, puisque même en passant par ceux de Google, le problème persistait.

Les témoignages sur DownDetector, ainsi que les messages de nombreux internautes sur Twitter, ont pointé du doigt le réseau fixe d’Orange. Tous les clients n’étaient cela dit pas touchés, certains parvenant encore à se connecter aux différentes plateformes via leur box.

Pour le moment, ni Orange, ni les comptes officiels de Twitter France ou Telegram n’ont réagi pour livrer des explications.

Aucun contenu ne se chargeait depuis une connexion Wi-Fi Orange // Source : Capture d’écran

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo