L'application Yuka, qui connait un important succès, a un nom qui fait référence à une région mexicaine.

À quoi mesure-t-on le succès d’un produit ? Sans doute à la façon dont son nom pénètre le langage courant. Le jeu Doom a donné le genre du doom-like. On entend dire que l’on va « googler » une information sur le net. Et, dans le cas de l’application Yuka, spécialisée dans l’évaluation de la qualité des aliments et des cosmétiques, on y fait référence en parlant du « Yuka des produits chimiques » ou du « Yuka du carbone ».

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas encore Yuka, ne serait-ce que de nom, il s’agit d’une application mobile qui note les produits de l’agroalimentaire et les produits de beauté via un système de code couleur renseignant le score obtenu (vert foncé : excellent ; vert clair : bon ; orange : médiocre ; et rouge : mauvais). Yuka détaille la composition des produits et les risques pour la santé.

Clin d’œil au Mexique

Ce nom, justement, n’a pas été choisi au hasard. Dans les pages d’aide de la société, on apprend qu’il s’agit en fait du diminutif de Yucatán, le nom d’un État du Mexique situé tout au sud du pays, sur la façade atlantique. Une syllabe en moins et une lettre c transformée en k plus tard, Yucatán est devenu Yuka. Pourquoi un c plutôt qu’un k ? L’entreprise ne le précise pas.

Yucatán Chichén Itzá
Détail mural à Chichén Itzá, dans le Yucatán. // Source : Mal B

Ce qui est par contre raconté, c’est la raison pour laquelle Yuka fait référence au Mexique. Il s’avère que l’épouse d’un des trois fondateurs vient de cette région. Et c’est peut-être d’ailleurs celle-ci qui a fait remarquer que Yuca, écrit ainsi, veut dire manioc en espagnol — en outre, Yucca, avec deux c, est un genre de plantes que l’on trouve également en Amérique centrale et dans diverses autres régions chaudes.

La fiabilité d’une application comme Yuka est un sujet récurrent, puisque les notes sont basées sur des interprétations. En outre, des critiques ont été adressées sur la manière dont l’évaluation est effectuée, notamment sur l’importance de certains critères par rapport à d’autres, alors qu’ils n’ont pas nécessairement la même importance ou qu’ils ne reposent pas sur le même état de connaissances scientifiques.

À l’inverse, les partisans de l’application considèrent que ce genre d’applications, aussi imparfaites soient-elles, sont susceptibles de déclencher un cercle vertueux, un peu comme le Nutri-Score. Les personnes peuvent être incitées à se tourner vers des produits mieux notés, incitant de fait l’industrie à revoir la composition des leurs pour ne pas perdre de parts de marché.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo