On pourra peut-être bientôt se « dé-mentionner » sur Twitter et sortir d'une discussion qui ne nous intéresse plus. Des concepts ont été présentés par un responsable du réseau social.

Twitter est un outil de veille très pratique pour suivre l’actualité. C’est par ailleurs une plateforme qui offre l’opportunité d’engager des conversations sur toutes sortes de sujets avec d’autres internautes. Mais il y a des situations dans lesquelles, justement, on ne souhaite pas, ou plus, figurer dans une discussion. C’est justement un sujet sur lequel travaille le réseau social américain.

Dans une série de messages publiés justement sur le site communautaire, Dominic Camozzi, qui officie en tant que designer de fonctionnalités relatives à la vie privée, il est présenté une possible future option qui permettrait aux personnes de ne plus recevoir de notifications d’une personne ou d’une conversation — celles-ci surviennent lorsque son pseudonyme est inscrit dans un tweet avec un arobase.

La fonctionnalité, présentée le 14 juin, est encore à un stade précoce, selon Dominic Camozzi, mais elle pourrait servir dans deux cas de figure :

  • Un ou une internaute qui participait à une conversation qui se prolonge, mais pour laquelle il n’a plus d’intérêt, pourrait activer l’option de façon à ne plus recevoir des alertes ultérieures.
  • Autre situation : un ou une internaute se faisant interpeller par un fâcheux aurait la possibilité de l’activer pour le tenir à distance et ne plus rien recevoir de lui.
twitter
Quelqu’un vous interpelle alors que vous n’avez aucun lien avec sur Twitter ? L’option pourrait vous permettre de ne plus recevoir de notifications de sa part. // Source : Twitter

Une option complétant des fonctionnalités

Dominic Camozzi précise qu’il s’agit-là de concepts. Dans les visuels présentés, on peut voir la possibilité d’annuler une commande si jamais vous changez d’avis (et ainsi recevoir à nouveau les notifications d’une conversation dans laquelle vous vous trouvez ou bien les messages d’une personne que vous ne suiviez pas, mais qui s’adresse à vous). D’autres réglages supplémentaires sont envisagés, comme la possibilité de mettre en sourdine les mentions pour une durée variable (un jour, trois jours, sept jours), mais aussi pour gérer des notifications arrivant en masse.

De toute évidence, certaines options sont conçues pour adresser des problèmes de raids numériques et de harcèlements sur Twitter, ou si une discussion vire à la polémique et devient rapidement hors de contrôle. — dans un visuel, il est expliqué que cela peut « régler rapidement les situations qui se sont soudainement aggravées ». Ces options pourraient servir aux particuliers, mais aussi aux personnalités publiques et à certaines professions relativement exposées, comme les journalistes.

Rien ne dit si et quand la fonctionnalité présentée par Dominic Camozzi verra le jour sur Twitter. Elle pourrait néanmoins compléter la palette des outils mis à disposition des internautes pour contenir certaines interactions sociales. Cette option, spécifiquement, permet d’agir en aval, une fois que les mentions ont lieu. Elle pourrait compléter un autre réglage, qui s’active en amont, juste avant l’envoi d’un message : celui-ci permet de filtrer qui peut répondre à ses tweets.

Cette option apparaît comme un complètement d’une autre fonctionnalité, qui cette fois n’agit pas sur les mentions, mais sur les réponses : depuis 2019, il est possible de cacher les réponses à vos tweets qui vous déplaisent — cela ne les fait pas disparaître, ce qui n’est d’aucune aide en cas de cyberharcèlement, mais qui limite la visibilité de réactions qui dépassent le cadre normal d’une conversation.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo