Instagram commence à déployer de nouvelles options pour cacher les mentions « J'aime » sur le site. Les vôtres et celles des autres.

Les tests ont laissé place à la certitude. Instagram annonce ce mercredi 26 mai l’arrivée de deux options conçues pour, dit-il, « réduire la pression » quand on se balade sur le site. Les internautes vont pouvoir cacher les mentions « J’aime » sur leurs publications, mais aussi masquer celles reçues par les autres membres du réseau social, afin d’éviter d’avoir à se comparer avec les autres.

En la matière, Instagram fait le choix de ne pas trancher lui-même entre les deux voies : laisser la situation telle quelle ou tout masquer. La plateforme opte pour une voie médiane, qui laisse à l’internaute le soin de choisir ce qui lui paraît le mieux. Évidemment, on peut passer d’une option à l’autre à tout moment si l’on change d’avis, afin de « réduire la pression  » si l’on se sent submergé.

Les nouvelles options.

Bien-être et authenticité

L’option est en cours de déploiement et prendra quelques semaines à être disponible pour tout le monde. De notre côté, nous ne l’avons pas encore sur l’application mobile ; dès que ce sera le cas, nous actualiserons le papier en conséquence. Selon les visuels fournis par Instagram, le premier réglage se trouvera dans la future rubrique « publications ». L’autre se situera dans les paramètres de chaque photo que vous postez.

En 2016, un article du Washington Post montrait que le compteur de likes faisait peser sur les épaules d’une partie de la jeunesse une importante pression sociale. Une jeune femme mentionnée dans le sujet expliquait supprimer régulièrement ses photos sur Instagram et ne garder que les clichés suscitant assez d’engagement. Les autres étaient bazardées au bout d’un certain temps.

Le compteur de likes peut s’avérer vexant, voire blessant, s’il reste bas ou vierge, car cela peut donner l’impression que tout le monde s’en fiche. Ces obsessions numériques peuvent entraîner des difficultés à s’épanouir et réduire l’authenticité de ce qui est publié sur le site. À cause de la course aux likes, on ne publie peut-être plus les contenus que l’on aime, mais ceux qui ont des chances de plaire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo