L'app de rencontre française Happn se démarque en proposant à ses utilisateurs et utilisatrices de faire un premier pas virtuel avec des personnes croisées « dans la vraie vie ». Mais contrairement à ce que l'app affirme officiellement, elle peut pas géolocaliser les rencontres qui ont lieu à moins de 250 mètres.

« Rencontrez qui vous croisez !  » Le slogan de l’app de rencontre française Happn résume la façon dont elle veut se distinguer de ses concurrents comme Tinder ou Once. Elle vous promet de retrouver la personne avec qui vous avez échangé un regard appuyé à la terrasse d’un café, celle avec qui vous avez échangé quelques mots dans le bus ou celle qui vous a fait un clin d’œil en quittant l’ascenseur. Bref, vous pourrez faire un premier pas virtuel que vous n’aurez pas eu le courage de faire dans la vraie vie. Ce message est mis en avant dans les différentes vidéos publicitaires de l’entreprise et sur son site.

Il ne correspond pourtant pas au fonctionnement de l’application, comme Numerama l’a appris au cours d’une enquête en deux parties.

Il faut dire que Happn revendique plus de 70 millions d’utilisateurs et utilisatrices dans le monde, et qu’il y a donc un bon espoir pour que cette personne que vous avez entrevue ait également activé l’application. Afin de rendre la rencontre avec votre futur(e) amant(e) possible, l’entreprise vous demande de lui partager votre position GPS, et encourage à la garder même lorsque l’app n’est pas active pour maximiser le potentiel de rencontres. Happn vous indiquera les profils que vous avez « croisés », et vous pourrez décider si vous souhaitez engager la discussion avec eux. Avec un peu de chance, le profil de la charmante personne croisée plus tôt s’affichera.

Mais il y a un hic : la façon dont Happn définit techniquement un « croisement » entre deux utilisateurs rend improbables les cas décrits dans ses publicités. Pour des raisons de sécurité des utilisateurs, comme nous l’avons découvert, l’entreprise a dû mettre en place des garde-fous dans la façon dont elle recueille et exploite les données de géolocalisation. Ces garanties sont là pour empêcher certains actes malveillants  elles se sont pourtant montrées inefficaces contre le possible hack que nous avons mis au jour), mais elles empêchent Happn de remplir sa promesse marketing : la majorité du temps, la personne que vous avez « croisée » sur Happn se trouve à plusieurs rues de vous. Et il est probable qu’elle ne soit jamais entrée dans votre champ de vision.

Dans ses spots publicitaires, Happn met en situation des utilisateurs qui se sont croisés dans un ascenseur avant de commencer à discuter grâce à l’app. // Source : YouTube – Happn

Vous n’étiez pas dans la même rue que votre futur(e) amant(e)

Le 14 juin, le chercheur en cybersécurité Tristan Granier a présenté à Numerama  sa méthode de traçage des utilisateurs de Happn. Nous avons donc contacté l’entreprise pour obtenir des détails sur leur gestion des données de géolocalisation. Ce sont le directeur technique Christophe Eblé et ses équipes qui ont répondu à nos questions.

« Nous ne cherchons pas à avoir une localisation forte des utilisateurs  », ont-ils expliqué d’entrée à Numerama. Pour des raisons de sécurité, Happn demande à Android et iOS de ne pas envoyer la géolocalisation exacte de ses utilisateurs. En conséquence, les coordonnées GPS récupérées et exploitées par l’app correspondent à une position approximative, à quelques centaines de mètres près, de l’utilisateur. Happn ne sait donc pas avec certitude que vous êtes à la terrasse d’un café ou à l’intérieur d’un immeuble. Il ne sait pas exactement où se trouve la personne avec qui vous venez de croiser un regard.

Difficile d’échanger un regard à plusieurs rues d’écart

L’approximation ne s’arrête pas ici. L’app indique le « croisement », c’est-à-dire la « rencontre » entre deux utilisateurs, lorsque leurs coordonnées GPS indicatives se trouvent à une distance comprise dans une zone de 250 mètres autour des utilisateurs et 700 mètres des utilisateurs. Happn vous indiquera le lieu de ce croisement. Il ne s’agit en réalité que d’une estimation approximative de votre position.

Concrètement, si l’application vous indique que vous avez croisé Camille sur l’« avenue Bidule », il est possible que vous n’ayez même pas mis un pied sur l’« avenue Bidule ». Vous marchiez peut-être sur le « boulevard Machin », à quelques centaines de mètres de là. Camille, de son côté, faisait sûrement du vélo dans la « rue Truc », à plusieurs centaines de mètres dans l’autre direction. Finalement, vous et Camille êtes passés dans le même quartier, mais vous n’avez pas croisé vos chemins, et vous ne vous êtes pas aperçus.

Happn ment sur le fonctionnement de son application

Certaines personnes que vous « croisez » n’auront donc jamais été dans votre champ de vision, ce qui va à l’encontre du principe de l’app. Voici ce que promeut Happn sur son site : « Parce que nous pensons que c’est la chance qui réunit deux personnes au même endroit au même moment et provoque leur rencontre, mais que les conditions ne sont pas toujours réunies pour favoriser l’échange, nous avons créé un outil pour les faciliter ». La définition du « même endroit » est plus que discutable.

Ce décalage entre la réalité technique et la communication de l’entreprise se retrouvait sur la FAQ officielle de Happn. À la question «  à partir de quel périmètre considère-t-on que j’ai croisé quelqu’un ? », l’entreprise répond : « une personne est considérée comme ‘croisée’ à partir du moment où son chemin croise le vôtre dans un rayon compris entre 1 mètre et 250 mètres  ».

L’équipe technique de Happn a confirmé à Numerama qu’il s’agit d’une erreur, et que le rayon utilisé est compris entre une approximation de position de 250 mètres autour de vous et 700 mètres autour de vous. À la date de publication de notre article, ce 25 juin 2020, la FAQ affichait pourtant toujours ces indications qui sont fausses.

Sur sa FAQ officielle, Happn n’indique pas la bonne mesure pour le croisement. // Source : Capture du site de Happn le 25 juin à 14h30

Après la publication de notre article, Happn a mis à jour sa FAQ, qui décrit correctement le croisement : « Une personne est considérée comme « croisée » à partir du moment où son chemin croise le vôtre dans un rayon compris entre 0 m et 250 m. Selon la précision du GPS des utilisateurs et le contexte de géolocalisation, ce rayon peut s’étendre jusqu’à 1km. Cela permet de garantir votre sécurité tout en vous permettant de croiser un nombre suffisant de profils. »

Offrir plus de garanties de sécurité signifie parfois de faire des concessions sur les fonctionnalités de l’app. Mais dans le cas de Happn, c’est l’entièreté du contrat implicite avec l’utilisateur qui est remis en cause. Dès lors, un changement de communication est-il à prévoir ?

Article mis à jour le vendredi 26 juin à 11h20 avec le changement de la FAQ de Happn.

Crédit photo de la une : Capture d'écran YouTube

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo